Revue de la semaine terminée le 15 juin 2018

Turbulence attendue sur les marchés…

 

Nous approchons de la fin du trimestre qui se terminera le 30 juin prochain. Les entreprises se font plus discrètes en matière de nouvelles financières les concernant de crainte de divulguer des informations privilégiées qui doivent être données à tous les investisseurs en même temps lors du dévoilement des résultats.

Faute de résultats financiers, l’attention des investisseurs se porte davantage sur les politiques monétaires des banques centrales et bien sûr sur les politiques du président américain qui réussit à faire bouger les marchés à coup de tweet…

Une des rumeurs qui laisse croire à plus de volatilité est que les entreprises interrompent le rachat de leurs actions pendant les périodes de blackout. Une période de blackout couvre la période entre la fin d’un trimestre et le jour du dévoilement des résultats. On veut éviter par le blackout que les membres de la haute direction d’une entreprise ne profitent d’informations privilégiées pour acheter ou vendre des actions. Dans les faits, il est permis de poursuivre les rachats d’actions pourvu que ces rachats soient faits de façon systématique, qu’ils ne se fassent dans les 10 dernières minutes de transaction de la journée, qu’ils n’utilisent pour ce faire que les services d’un seul courtier et que le volume de transactions n’excède pas de plus de 25% le volume moyen des 4 semaines précédentes.

Un analyste technique, Steve Miller, s’attend à une baisse des marchés pour les 4 prochaines semaines avant que ceux-ci ne reprennent leur tendance haussière à long terme. L’approche de M. Miller repose sur l’idée que des cycles se superposent pour nous donner la direction du marché. Chacun des cycles est représenté par un demi-cercle. La convergence des cycles à la baisse devrait se terminer vers la mi-juillet comme le montre le graphique ci-dessous. La ligne bleue pointillée représente la direction la plus probable des marchés selon M. Miller.

 

Une zone de turbulence prévue n’est jamais une raison valable pour sauter en bas d’un avion en plein vol…  Un portefeuille bien diversifié, composé entre autres d’entreprises rentables, en croissance et à prix raisonnables devrait passer les 4 prochaines semaines sans trop de dommages et profitera de la reprise qui devrait suivre si on se fie toujours à la même analyse de Steve Miller.

 

Revue de la semaine terminée le 15 juin 2018

La hausse du prix du pétrole faisait monter la bourse canadienne alors que c’était le clame plat aux États-Unis en cette première journée de la semaine. Mardi, les investisseurs restaient sur les lignes de côté dans l’attende de la rencontre de la Réserve fédérale américaine (FED) à venir le lendemain.  Puis mercredi, la FED annonçait une hausse de taux et portait à croire qu’il y en aurait deux autres cette année.  Ceci, donnant une hausse de taux de plus qu’anticipé par plusieurs, faisait baisser les marchés.  Peu de nouvelles financières jeudi et vendredi les marchés chutaient sur l’annonce d’imposition de tarifs douaniers par Trump.

Ce que nous réserve la semaine du 18 au 22 juin 2018

Mardi : Mises en chantier aux États-Unis

 Jeudi : Ventes de gros au Canada

Vendredi:  Données sur l’inflation et le commerce au détail au Canada

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine:

Mardi: Fedex, Oracle

Mercredi: Micron

Vendredi: BlackBerry, Carmax

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous vous présentons intuitive Chirurgical (ISRG). ISRG développe et manufacture des systèmes opératoires assistés et robotisés de sorte que certaines opérations peuvent maintenant se faire sans trop de dommages permanents sur le patient.  Les excellents résultats du dernier trimestre, ainsi que le fait que la compagnie soit plutôt optimiste dans ses prévisions de profits pour cette année font en sorte que nous aimons passablement le titre. Le titre se transige à 490S US et Michel Ratty de Value Line croit que le titre pourrait aller aussi haut qu’à 650$ d’ici un an.

 

N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.