revue boursière de mars 2022

Une récession nous pend-elle au bout du nez ?

La courbe des taux d’intérêt s’est inversée aux États-Unis pour la première fois depuis 2 ans. Une inversion de la courbe de taux est considérée comme  l’indicateur le plus  fiable qu’une récession pourrait survenir au cours des prochains mois.

On compare les taux des obligations venant à échéance dans 2 ans avec celles venant à échéance dans 10 ans. Quand les taux des obligations 10 ans sont supérieurs au taux des 2 ans, on dit qu’on a une courbe normale des taux et on s’attend à la croissance économique. Quand les taux des obligations à court terme dépassent ceux des 10 ans, on a une courbe inversée. Le graphique ci-dessous démontre l’écart des taux depuis la fin des années 1980.

La ligne bleue correspond à la différence entre les obligations de 10 ans et celles de 2 ans aux États-Unis. La ligne noire horizontale montre quand les taux des 10 ans sont égaux aux taux des 2 ans. Quand on tombe sous la ligne horizontale, on a une inversion de taux. Les zones ombragées indiquées en gris dans le graphique représentent les périodes de récession. 

 On constate en observant le graphique que l’inversion de la courbe des taux a été un bon indicateur par le passé. Un analyste de la firme Bespoke a constaté qu’il y avait 66% de chance d’avoir une récession dans l’année qui suit l’inversion de la courbe et de 98% de chances dans les 2 ans qui suivent cette inversion.

Pour comprendre la logique de cet indicateur, il faut se placer du point de vue d’une banque. Les banques empruntent de l’argent à court terme pour le prêter à long terme. La différence de taux représente le profit pour une banque. S’il n’est pas profitable pour les banques de prêter de l’argent, elles ne le feront pas. Si les consommateurs et les entreprises empruntent moins, la croissance économique va tomber et pourrait être négative.

On avait demandé à Ronald Reagan d’expliquer la différence entre une récession et une dépression. La réponse du président a été qu’une récession survient quand votre voisin perd son emploi alors qu’une dépression arrive quand vous perdez votre emploi…

 Valeur au 31 mars 2022 Variation du moisVariation du mois %
TSX21 890,16763,803,62%
Dow Jones34 678,35785,752,32%
Pétrole100,284,564,76%
Or1 954,0053,302,80%
CAD/USD0,80010,01121,42%

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadiennePerspectives à court termeEn hausse
 Croissance des profitsEn hausse
   
Bourse américainePerspectives à court termeEn hausse
 Croissance des profitsEn hausse

Source : VectorVest


Sur notre radar ce mois-ci:

Nutrien ltée est un joueur mondial majeur dans la production d’engrais. La Russie, l’Ukraine et le Canada sont les plus grands producteurs mondiaux de potasse. Avec la guerre en Ukraine, on peut s’attendre à ce que le Canada en profite et Nutrien est le plus important producteur au pays. Les investisseurs ont noté ce fait et le titre est en croissance de 35% depuis le déclenchement de la guerre. Il est un peu tard pour acheter ce titre, mais il mérite notre attention, car on s’attend à ce que la demande mondiale d’engrais augmente de 50% d’ici 2050 vu que la population mondiale consomme de plus en plus de viande.  N’hésitez pas à me contacter pour voir si ce titre pourrait convenir à votre portefeuille.

— Salutations