Revue boursière de la semaine terminée le 8 février 2019

Pause dans le momentum haussier, un problème technique?

 

 

La poussée à la hausse des marchés boursiers amorcée à la fin du mois de décembre a semblé s’essouffler la semaine dernière.

La majorité des entreprises du S&P500 ont présenté leurs résultats et ceux-ci étaient meilleurs qu’attendu.  Trois grandes idées ont été évoquées pour expliquer ce ralentissement de croissance survenue au cours des derniers jours:

1) Les analystes revoient à la baisse les prévisions de profits pour le premier trimestre de 2019.
2) Les résultats étant sortis, les marchés recommencent à se préoccuper de la politique et de l’échéance de délais ( nouvelle fermeture possible du gouvernement américain et négociations avec la Chine)
3) Les marchés atteignent la moyenne mobile de 200 jours qui agit comme résistance.

La troisième raison relève de l’analyse technique. La moyenne mobile à 200 jours est souvent utilisée pour déterminer la direction à long terme du marché. La reprise actuelle des marchés a commencé le 26 décembre et a été synchronisée à l’échelle mondiale. On considère qu’un marché est en tendance haussière à long terme quand il se transige au-dessus de sa moyenne mobile de 200 jours. La bourse canadienne a été sous sa moyenne mobile de 200 jours depuis le 5 octobre et a momentanément dépassé cette moyenne jeudi avant de se replier sous la moyenne vendredi. La ligne en blanc sur le graphique ci-dessous illustre la moyenne mobile à 200 jours.

Les investisseurs attendent un dépassement de la moyenne mobile avant d’investir pourraient aider à pousser la bourse à de nouveaux sommets si cette ligne est franchie. Ceux qui croient que les marchés ont entamé une tendance à la baisse à long terme pourraient voir un signe de vente au fait que l’on ait touché à cette moyenne mobile et pourraient faire baisser les marchés en vendant… On peut donc dire que la moyenne mobile à 200 jours sera un seuil psychologique important à suivre au cours des prochaines semaines.  La moyenne se situe présentement à 15 697 points pour le TSX et à 2 742 points pour le S&P 500. Le graphique ci-dessous montre la situation sur le marché américain:

Revue de la semaine terminée le 8 février 2019

Les deux premiers jours de la semaine boursière se terminaient positivement alors que les profits corporatifs étaient positifs et qu’on avait une impression d’améliorations des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis.  Mercredi, les marchés prenaient une pause, des résultats corporatifs en dent de scie en étant la cause.  Jeudi, la commission européenne révisait ses prévisions de croissance économique à la baisse et la bourse américaine chutait.  Au Canada, on parvenait à se maintenir au neutre.  Puis vendredi, les craintes d’un ralentissement économique mondial faisaient baisser les marchés

Perspectives techniques et quantitatives des marchés:

 

Ce que nous réserve la semaine du 11 au 15 février 2019

 

Nouvelles Économiques

 

Mercredi :  Publication des données sur l’inflation américaine

Jeudi : ventes du secteur manufacturier au Canada, Ventes au détail américaines

 

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Restaurant Brands (Burger King & Tim Horton)

Mardi: Molson Coors, Shopify

Mercredi : Barrick Gold, Kinross Gold, Manulife, Sun Life Teck Ressource

Jeudi: Bombardier, Coca-Cola, Fairfax, Telus

Vendredi: Air Canada, Enbridge, Aliments MTY, Pepsico

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous vous présentons un fonds négocié en bourse qui investit dans les banques canadiennes et qui, par une stratégie de vente d’options d’achat d’actions, nous donne un dividende supplémentaire. Ainsi on investit dans les banques canadiennes, lesquels nous donnent déjà des dividendes intéressants, mais en plus on augmente ce dividende suite aux primes générées par la stratégie du fonds, de sorte que le dividende de ZWB s’élève à 5.09% au moment d’écrire ces lignes.  N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce placement peut vous convenir.