Revue boursière de la semaine terminée le 30 septembre 2016

Septembre: plus de volatilité sans grande direction
La bourse de Toronto a connu une hausse de 0.87% en septembre tel que calculé par le S&P TSX. Ce qui a caractérisé septembre par rapport à août a été le retour de la volatilité. La hausse d’une ou deux journées était la plupart du temps contrecarré par la baisse de la journée suivante. Le prix du pétrole et le secteur de l’énergie ont contribué à la petite hausse connue à Toronto pendant le dernier mois.
Indice S&P TSX pour le mois de septembre 2016:

tsx-septembre
Source: VectorVest

La situation n’était guère plus excitante du côté américain où le S&P 500 a reculé de 0.12% pendant le mois.
Indice S&P 500 pour le mois de septembre 2016:

spx-septembre

Source: VectorVest
La crainte d’une hausse de taux d’intérêt par la Réserve fédérale semble avoir été mise sur la glace jusqu’en décembre selon ce qu’en disent de nombreux observateurs. La direction des marchés devrait donc être dictée par les résultats financiers des entreprises pour le trimestre terminé le 30 septembre. Ces résultats commenceront à être connus la semaine prochaine, mais la plupart des entreprises dévoileront leurs chiffres pendant les deux dernières semaines d’octobre.

 

Revue de la semaine terminée le 30 septembre, 2016

 

La volatilité s’invite à la fête aux États-Unis.  En effet, chacune des sessions boursières de la semaine s’est terminée par des variations de plus de 100 points chez nos voisins du Sud.  Alors on débutait la semaine avec les banques américaines en baisse et une certaine crainte par rapport au débat présidentiel américain, tenu lundi soir.  Mardi, Hilary Clinton apparaissait comme la gagnante du débat, ce qui plaisait au marché américain, lequel terminait en forte hausse, alors qu’au Canada, la baisse des actions du secteur de l’énergie entrainait la bourse en territoire négatif.  Mercredi, les membres de L’OPEP (L’Organisation des Pays exportateurs de Pétrole) s’entendaient sur une baisse de la production du pétrole.  Le prix du pétrole s’envolait et entrainait les marchés dans son sillage.  Jeudi, les marchés canadiens surfaient encore sur la vague des prix du pétrole, mais aux États-Unis, les déboires de la Deutsche Bank, la plus grande banque allemande, donnaient la frousse aux investisseurs et les marchés américains baissaient lourdement.  Finalement vendredi, des spéculations à l’effet que la Deutsche Bank se serait entendue pour le règlement de sa dette avec les autorités américaines pour un meilleur prix que prévu faisaient remonter les marchés américains, alors que la baisse du prix de l’or faisait baisser un peu la bourse canadienne.

 

 

Valeur au 30 sept. Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 14 72 +28 +0.19%
Dow Jones 18 308 +47 +0.26%
Pétrole ($US/baril) 48.24 +3.76 +8.45%
Or 1 315.87 -21.69 -1.62%
Can$/US$ 76.18 +0.24 +0.32%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés selon Jean-Martin Fortier :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 3 au 7 octobre 2016

 

Lundi, nos rapports usuels du mois sont produits soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Mercredi, les rapports sur les balances commerciales canadiennes et américaines sont publiés, de même que le rapport ISM pour le secteur non manufacturier.  Vendredi les rapports sur l’emploi canadiens et américains sont produits.  Ces rapports sont scrutés par la Réserve fédérale américaine et sont importants dans la prise de décision d’augmenter les taux d’intérêt ou non.

 

Parmi les corporations qui publient leurs résultats, on note MTY Food et Yum! Brands qui publient leurs résultats mercredi, et Les Quincailleries Richelieu qui publient les leurs jeudi.

 

Sur notre radar cette semaine

 

Une façon d’allier un investissement dans les banques Canadiennes et un dividende alléchant est d’investir dans un fonds négocié en bourse (FNB) appelé ZWB.  Un FNB se transige comme une action, soit avec une commission à l’achat et à la vente.  En revanche, contrairement aux Fonds communs de placement, les frais de gestions sont moindres, car la gestion est passive, c.-à-d. le gestionnaire agît un peu comme un robot et ne fait que copier un indice, ou comme dans le cas présent, il achète les banques canadiennes et il les garde en portefeuille.  La particularité de ZWB est qu’on peut profiter des généreux dividendes offerts par les banques, mais en plus, le fonds vendra des options d’achat rapportant ainsi un revenu supplémentaire au FNB.  Ce revenu supplémentaire fait en sorte que le FNB verse un dividende avoisinant 5.5%, alors que les banques donnent des dividendes d’approximativement 4%.  Le prix à payer pour recevoir ce dividende sera que la mécanique de la vente de l’option d’achat forcera le gestionnaire à vendre les banques qu’il a en portefeuille si banques montent abruptement (il les rachètera par après).  Ainsi, dans un tel cas, on ne profitera pas pleinement du gain.  C’est le prix à payer pour le généreux dividende, un peu comme le prix qu’on paie pour une police d’assurance.  N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.