Revue boursière de la semaine terminée le 28 juillet 2017

L’envolée du dollar et le pétrole

 

Le 5 mai dernier, il en coûtait 1,379$ canadiens pour acheter un dollar américain (ou si vous préférez, le dollar valait 72,5 cents américains). Il est passé sous la barre des 1,25$ cette semaine soit tout près de 10% de variation en à peine plus de 2 mois.

Habituellement, on justifie une fluctuation de dollar canadien par la variation du prix du pétrole. Ce n’est pas le cas présentement. Le baril de pétrole se transige à peu près au même prix qu’il était le 5 mai et pourtant notre devise s’est raffermie par rapport au dollar américain tel que le démontrent les 2 graphiques suivants:

 

Dollar US Vs Dollar canadien

 

Prix du pétrole:

La hausse récente des taux d’intérêt annoncée par la Banque du Canada et la ferme intention de cette dernière de limiter autant que possible la bulle spéculative dans l’immobilier seraient les justifications retenues par les économistes pour expliquer cette soudaine hausse de valeur de notre huard.

Une hausse du dollar canadien nuit aux exportations des compagnies canadiennes. Une baisse des exportations a un effet à la baisse sur la devise d’un pays. Plusieurs économistes sont intervenus dans les médias d’information pour dire qu’une hausse soudaine et rapide du dollar canadien n’est pas souhaitable pour notre économie et qu’il ne serait pas surprenant que cette situation se renverse. Toute tentative de prévision en matière de devise est hasardeuse… On dit même que Dieu aurait créé les économistes pour bien faire paraître les météorologues.

Les placements faits dans les fonds communs d’actions américaines ou équilibrés en forte teneur en actions et obligations américaines font face à un vent contraire. Il faut générer un rendement supérieur à la variation négative de la devise pour donner un rendement positif, générer plus de 10% de rendement en 2 mois est trop demander pour la majorité des gestionnaires.

Revue de la semaine terminée le 28 juillet, 2017

 

Semaine occupée à Wall Street alors que de nombreuses compagnies rapportaient leurs résultats trimestriels.  Lundi les technos faisaient monter le NASDAQ alors de mauvais résultats de Johnson & Johnson faisaient baisser le S&P500 (bourse américaine) et les métaux faisaient baisser la bourse au Canada.  Mardi c’était exactement le contraire.  Les métaux faisaient monter le Canada, les technos tiraient de la patte laissant le NASDAQ au neutre et de bons résultats de Macdonald, Caterpillar, etc. faisaient monter le S&P500.  Comme quoi regarder la bourse tous les jours peut donner des étourdissements.  Mercredi, la Réserve fédérale laissait les taux d’intérêt inchangés.  Ceci, couplé avec de bons résultats corporatifs faisaient monter la bourse américaine, alors qu’au Canada, le secteur bancaire qui bénéficierait de hausses de taux d’intérêt entrainait le marché en territoire négatif.  Jeudi, autre journée divergente pour les investisseurs.  Aux États-Unis en mi-journée le secteur des technos chutait lourdement sur des prises de profits des investisseurs, alors qu’au Canada de bons résultats corporatifs faisaient monter les marchés.  Vendredi, le secteur de l’énergie entrainait le Canada en baisse.  Aux États-Unis, en plus de la baisse du secteur de l’énergie, des résultats décevants de Starbucks, Amazon et Exxon Mobil faisaient chuter le marché américain.

 

 

Valeur au 28 juillet Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 128 -55 -0.36%
Dow Jones 21 830 +250 +1.16%
Pétrole ($US/baril) 49.71 +4.02 +8.80%
Or 1 269.64 +15.87 +1.27%
Can$/US$ 80.43 +0.70 +0.88%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 31 juillet au 4 août, 2017

 

Mardi, nos rapports usuels de début de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.   Vendredi les rapports sur les balances commerciales américaines et canadiennes sont publiés ainsi que les rapports sur l’emploi, tant au Canada et aux États-Unis sont émis.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Mardi : Apple, IntactCorporation financière et Saputo

Mercredi : Groupe CGI, Kinross Gold, Molson Coors et Tesla

Jeudi : BCE inc., Enbridge, Gildan, Kellogs et Kraft Heinz

Vendredi : Power Corporation et Power Financière

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous gardons un œil sur la variation du dollar canadien.  La fulgurante hausse récente nous laisse perplexes.