revue boursière de la semaine terminée le 27 septembre 2019

Signe de récession mal interprété?

Source: Shutterstock

Au cours du mois d’août, la courbe des taux d’intérêt s’est inversée aux États-Unis. Les taux sur les obligations 2 ans étaient alors plus élevés que les taux 10 ans. Ce phénomène d’inversion de taux a précédé toutes les récessions et est considéré comme le meilleur indicateur qu’une récession est à venir. Cette affirmation peut sembler alarmante, mais il est bon de savoir qu’il arrive parfois que la courbe des taux s’inverse et que ce ne soit pas suivi d’une récession.

Nikki Chan, analyste chez Invesco faisait remarquer dans une conférence à l’intention des conseillers financiers de Montréal la semaine dernière que l’inversion de la courbe des taux est atypique des inversions qui précèdent des récessions. Avant une récession, les taux d’intérêt à court terme montent plus vite que les taux d’intérêt à long terme de sorte qu’éventuellement les taux court terme dépassent les taux à long terme. Cet été, ce n’est pas une hausse de taux qui a fait s’inverser la courbe des taux d’intérêt, mais plutôt une baisse des taux long terme qui ont baissé plus vite que les taux à court terme. Le graphique ci-dessous illustre l’évolution de la courbe des taux au cours des trois mois se terminant en août:

 

Comme on le remarque en regardant les bâtonnets bleus, les taux 10 ans ont baissé plus que les taux 2 ans au cours de la période d’été et c’est ce qui a amené l’inversion de la courbe des taux.

Quand on compare la situation de cet été aux inversions de taux précédent les récessions, c’est rythme plus rapide de l’augmentation des taux à court terme qui amène l’inversement des taux qui a précédé les récessions précédentes comme le démontrent les graphiques ci-dessous:

En 1998 une situation semblable à ce que nous venons de connaître s’est produite et n’a pas été suivie par une récession a fait remarquer M. Chan…

Revue de la semaine terminée le 27 septembre 2019

Les hauts et les bas de la saga des échanges commerciaux et le potentiel de destitution présidentielle ont freiné les cours des actions cette semaine. Lundi, les pertes des secteurs des télécommunications et de la technologie ont mené les actions canadiennes à la baisse. Les pertes dans les valeurs technologiques se sont poursuivies mardi et le TSX a clôturé encore plus bas. Mercredi, les actions d’or et de matières premières ont conduit les actions canadiennes à terminer leur troisième séance consécutive à la baisse. Toutefois, la TSX a réussi à briser la tendance jeudi, mais n’a que légèrement progressé face aux craintes économiques et politiques. Vendredi, la nouvelle selon laquelle la Maison-Blanche envisageait de limiter les transactions des sociétés chinoises sur les bourses américaines a entraîné la chute des actions vendredi. Après avoir clôturé quatre des cinq sessions à la baisse, les actions canadiennes ont enregistré une perte nette pour la semaine.

 

  Valeur au 27 septembre Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 16694,27 -205,42 -1,22%
Dow Jones 26820,25 -114,82 -0,43%
Pétrole 55,08 -3,40 -5,81%
Or 1490,70 -32,90 -2,16%
CAD/USD 0,755 0,0009 0,12%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
  Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 30 septembre au 4 octobre 2019

Nouvelles économiques

Lundi : États-Unis, Indice des Directeurs d’Achat de Chicago (PMI)

Mardi : Canada, PIB m/m

Mercredi : États-Unis, les stocks de pétrole brut

Jeudi : États-Unis, PMI non manufacturier

Vendredi : États-Unis, Changement d’emploi non agricole

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : United Natural Foods Inc

Mercredi : Bed Bath & Beyond Inc

Jeudi: Costco Wholesale Corp, PepsiCo Inc, Constellation Brands Inc

 

Sur notre radar cette semaine          

Cette semaine nous vous proposons la compagnie canadienne Intact Corporation financière (IFC). IFC par l’intermédiaire de ses filiales, offre des assurances multirisques au Canada. Elle propose des produits d’assurance personnelle et commerciale. Avec près de 10 milliards de dollars canadiens en primes directes souscrites annuellement, dont 8 milliards de dollars au Canada, ils estiment leur part du marché canadien à 17 %, ce qui les place au rang du fournisseur d’assurance IARD (incendie, accidents et risques divers) le plus important au pays. La compagnie génère d’important flux de trésoreries ce qui lui permet de verser un dividende annuel de 2,27%. Si vous croyiez que cette compagnie pourrait vous intéresser, n’hésitez pas à nous contacter.

 

Salutations,

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *