Revue boursière de la semaine terminée le 25 novembre 2016

Fin du bull market obligataire?


Les taux d’intérêt n’ont cessé de baisser depuis leurs sommets de 1980. Ceux qui avaient une hypothèque en 1980 se souviennent de taux d’hypothèque 6 mois qui avoisinaient les 20%. Quand les taux d’intérêt baissent, la valeur des obligations augmente. Ça fait donc plus de 35 ans que les taux baissent et que nous sommes en marché haussier du côté obligataire.

Depuis 5 ans, il n’y a pas eu une année où on a pas entendu quelqu’un dire que les taux vont bien finir par augmenter. De plus en plus d’observateurs commencent à affirmer que cette fois-ci serait la bonne. Les taux d’obligations américaines de 10 ans ont touché un bas de 1,37% avant l’élection de Donald Trump et ont monté de 1% depuis atteignant 2,37% vendredi dernier.

Voici 3 raisons invoquées pour justifier que les taux d’intérêt vont poursuivre à la hausse:

1) La croissance économique est bonne aux États-Unis: les ventes de détail ont été bonnes en octobre, les commandes de biens durables ont été fortes, les premières demandes d’assurance emploi sont à leurs niveaux les plus bas en 44 ans.

2) L’inflation réapparaît: au cours des dernières années, le taux d’inflation était jugé comme très bas, l’inflation monte un peu et on se retrouve dans une situation où l’inflation est jugée comme basse plutôt que très basse.

3)Le nouveau gouvernement américain promet des politiques fiscales pour mousser la croissance et l’inflation: Trump a promis des investissements majeurs en infrastructures, des baisses d’impôts et du protectionnisme. Un tel interventionnisme de l’état devrait inévitablement apporter de l’inflation et des hausses de taux d’intérêt.

Dans un  contexte de hausse de taux d’intérêt, il est préférable d’investir avec des échéances plus courtes qui sont moins sensibles aux hausses de taux et de conserver ses placements jusqu’à échéance.

Revue de la semaine terminée le 25 novembre, 2016

 

La semaine débutait avec des espoirs que L’OPEC (l’organisation des pays exportateurs de pétrole) réduise sa production.  Le pétrole montait et la bourse suivait la tendance.  Mardi, les investisseurs tablaient sur les politiques de stimulus fiscal de Trump, et les marchés poursuivaient leur marche à la hausse.  Mercredi, on avait droit à une session mixte, le secteur industriel montait alors que de mauvais résultats de Hewllett Parkard faisaient baisser le secteur des technologies.  La bourse américaine montait donc un peu alors que le Canada baissait un peu, ayant moins de grosses compagnies dans le secteur industriel que ses voisins du sud.  Jeudi, les marchés américains étaient fermés et la bourse canadienne terminait la journée pratiquement inchangée.  Vendredi, la bourse américaine repartait à la hausse, stimulée par les compagnies plus sécuritaires telles que les télécoms et les services aux collectivités.  La bourse canadienne terminait la journée inchangée.

 

Valeur au 25 nov. Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 075 +211 +1.42%
Dow Jones 19 152 +284 +1.52%
Pétrole ($US/baril) 46.06 +0.37 +0.81%
Or 1 183.56 -24.33 -2.01%
Can$/US$ 73.94 -0.09 -0.12%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2016

 

Mardi, les données sur le produit intérieur brut américain seront émises.  Elles seront suivies par le produit intérieur brut canadien mercredi.  Jeudi, ce sont nos rapports usuels de fin de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Vendredi, les données sur l’emploi tant canadien qu’américain seront publiées.

 

Du côté de la publication des résultats corporatifs, cette semaine sera celle des banques avec la Banque de Nouvelle-Écosse qui part le bal mardi.  Mercredi, la Banque Royale publie ses résultats et jeudi CIBC et TD publient les leurs.  La Banque Nationale terminera la semaine en publiant ses résultats vendredi.

 

Sur notre radar cette semaine

 

On poursuit la semaine avec des suggestions de titres qui pourraient bénéficier de l’effet Trump.  Le secteur industriel à la cote actuellement et General Electric (GE) est bien positionné pour bénéficier d’un rebond dans ce secteur.  Après avoir effectué des sorties dans plusieurs secteurs complémentaires  (tel que le secteur financier), GE est récemment revenu à sa base en recentrant ses activités sur le secteur industriel.  L’action de GE se transige aux environs de 31,40$, Éric Manning de Value Line lui donne une cible de 35$.  De plus GE verse un dividende de 2,9%, ce qui n’est pas à négliger pour les gens cherchant du revenu.  N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *