Revue boursière de la semaine terminée le 23 février 2018

La bourse atteint la résistance de Fibonacci

Fibonacci est un mathématicien qui a vécu de l’an 1175 à 1250 à Pise en Italie.  Il s’est fait connaître par la suite de nombre qui porte son nom. Cette suite est obtenue en additionnant les deux chiffres précédents pour obtenir le suivant: 1,1,2,3,5,8,13 etc.

De cette suite on a découvert le nombre d’or ou chaque nombre a une valeur qui tend à valoir 0.618 fois le nombre suivant et est 38.2% moins élevé . Des applications de ce nombre d’or ont été retrouvées un peu partout dans la nature et expliqueraient entre autres la forme des coquillages. Des recherches ont été faites pour montrer que le nombre d’or peut servir à expliquer la beauté en musique comme en peinture…

 

Des boursicoteurs se sont dit que si le nombre d’or pouvait servir à expliquer tant de choses, il pourrait peut-être s’appliquer aux mouvements des marchés boursiers et permettre leur anticipation. Il a été remarqué dans une tendance baissière que lorsque la bourse remonte, elle arrête sa remontée à 61.8% du montant de la dernière baisse et le marché reprend sa tendance baissière. Cette semaine. La bourse a tenté à 2 reprises de remonter au-dessus de la résistance de Fibonacci (lundi et mercredi) avant de redescendre. La bonne nouvelle est que cette résistance a été touchée à nouveau vendredi et aurait même été dépassée légèrement. Cela pourrait laisser croire que la tendance à la baisse serait terminée. Le graphique ci-dessous illustre le mouvement récent de la bourse américaine et la ligne en jaune serait le niveau de 61.8%…

Source: Vectorvest et Gestion Privée Phoenix S.A.

Pour ceux qui recherchent des raisons moins ésotériques d’être optimistes, dites-vous que la pression à la hausse sur les taux d’intérêt s’est assouplie cette semaine, que les anticipations de profits sont très bonnes et qu’aucun grand économiste ne prévoit de récession à court terme…

Revue de la semaine terminée le 23 février, 2018

Suite au congé boursier de lundi, la semaine boursière débutait dans le rouge mardi, suivant de mauvais résultats de Walmart.  Mercredi, après un départ prometteur, la bourse américaine perdait les gains de début de session pour terminer dans le rouge, suite aux commentaires de la Réserve fédérale américaine, lesquels laissaient croire à des hausses de taux d’intérêt.  Au Canada, la bourse terminait la journée positivement, supportée par les papetières.  Jeudi, était une journée mitigée, les principaux indices boursiers terminaient la journée sans grands changements, à part le Dow Jones qui montait.  Vendredi, on oubliait les peurs de hausses de taux et la bourse montait, particulièrement en fin de journée.

Valeur au 23 février Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 628 +185 +1.20%
Dow Jones 25 309 +90 +0.36%
Pétrole ($US/baril) 63.55 +1.87 +3.03%
Or 1 330.30 -16.65 -1.24%
Can$/US$ 79.16 -0.55 -0.55%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse Canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

Ce que nous réserve la semaine du 26 février au 2 mars, 2018

 

Mardi : Indice de confiance des consommateurs américains

Mercredi : Données sur le produit intérieur brut américain

Jeudi : Le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.

Vendredi : Données sur le produit intérieur brut canadien

Beaucoup de résultats corporatifs cette semaine, voici quelques compagnies qui publieront les leurs :

Mardi : Autozone, Banque de Montréal, Banque de Nouvelle-Écosse

Mercredi : Équifax, Banque Nationale

Jeudi : Algonquin Power, Best Buy, Banque Toronto Dominium

Vendredi: Foot Locker, Transcontinental, George Weston

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine Federal Express (FDX) est sous notre radar.  Cette compagnie n’a plus besoin de présentation, présente dans tous les aspects de livraison de colis, incluant les livraisons générées par le commerce en ligne.  Ce qui rend FDX attrayant est sa participation au commerce en ligne, ce qui peut indirectement nous faire participer à la croissance des compagnies comme Amazone.  Mais ce qui a attiré mon attention est que la croissance de la demande du trafic aérien (air freight) est à son plus haut niveau depuis 2010 et les prévisions pour 2018 demeurent solides (source : Fadi Chamoun de BMO marché des capitaux). FDX est un des joueurs les plus importants à ce niveau et saura fort probablement tirer son épingle du jeu à ce niveau.  Le titre se transige aux alentours de 252$ US et monsieur Chamoun de BMO marché des capitaux lui donne une cible de 300$ US d’ici une année.  De plus, Federal Express verse un dividende de 0.8%.  N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.