Revue boursière de la semaine terminée le 1er mars 2019

Les banques canadiennes dévoilent leurs résultats…

 

Alors que la plupart des entreprises ont terminé d’annoncer leurs résultats pour l’année terminée le 31 décembre 2018, c’était au tour des banques cette semaine d’annoncer leurs chiffres du premier trimestre qui s’est terminé pour elles le 31 janvier dernier.

Le premier trimestre allait du 1er novembre au 31 janvier. Cette période a été tumultueuse en bourse et a affecté à la baisse la profitabilité du secteur des marchés des capitaux. Il était attendu qu’en période de baisse des marchés, les honoraires perçus pour la gestion des fonds communs par exemple s’en ressentent vu que ceux-ci sont établis en pourcentage des actifs sous gestion. L’autre facteur qui a pesé sur les résultats des banques est le niveau des provisions pour pertes sur prêts qui a été revu à la hausse.

La Banque Royale qui a publié ses résultats le 22 février a surpassé les attentes en montrant une résilience face à l’adversité de l’environnement financier. Le titre  qui se transigeait à 102.27$ avant la publication de ses résultats a terminé la semaine à 103.46$. Les réductions d’impôts aux États-Unis ont aidé à la progression de la profitabilité.

La Banque de Montréal a également présenté des résultats meilleurs qu’attendu et terminé la semaine en hausse. La croissance des activités de BMO aux États-Unis a permis de dégager des profits plus grands que ce qu’attendaient les analystes.

Les autres banques ont toutes fini la semaine en baisse, la TD baissait de 1.4%, la Nationale de 0.67%, la CIBC de 2%, la Scotia de 3.6% et la grande perdante fut la Banque Laurentienne avec une baisse de plus de 10%.

L’analyste Gabriel Dechaine de la Banque Nationale s’attend à ce que l’environnement continue d’être difficile pour les banques en 2019, mais que la Banque Royale, la BMO et la TD réussissent à faire mieux que le marché en général. Parmi les facteurs mentionnés qui lui font dire que le verre est à moitié vide, mentionnons le ralentissement des nouvelles hypothèques, les nouvelles règles concernant les provisions pour mauvais prêts, le ralentissement de la croissance des actifs et une baisse des marges à cause d’augmentation de taux de la Banque du Canada.

Revue de la semaine terminée le premier mars 2019

Les espoirs d’une entente au sujet des tarifs douaniers entre la Chine et les États-Unis donnaient du tonus aux marchés lors de la première journée de la semaine.  Puis mardi, Home Dépôt décevait les marchés et on terminait la journée au neutre.  Puis le reste de la semaine était l’Affaire de deux forces contraires qui s’affrontaient.  Mercredi c’était la Réserve fédérale américaine qui soutenait les marchés alors que les négociations avec la Chine semblaient piétiner.  La bourse terminait au neutre pour une deuxième fois.  Jeudi, de bonnes nouvelles au sujet des négociations sur les tarifs combattaient de moins bonnes données économiques.  Les mauvaises l’emportaient et la bourse chutait.  Et finalement vendredi, un autre revirement de situation sur les négociations avec la Chine donnait du tonus à la bourse, et ceci en dépit d’autres nouvelles économiques en demi-teinte.  On terminait la journée positivement.

(source : vectorvest)

 

 

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 25 février au premier mars 2019

 

Nouvelles Économiques

Mercredi :  Balance commerciale aux États-Unis et mise à jour de la politique monétaire canadienne (incluant les taux d’intérêt)

Vendredi : Mises en chantier canadiennes et rapports mensuels sur l’emploi au Canada et aux États-Unis

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Gibson Energy

Mardi: Ross Stores, Target Corporation

Mercredi : Dollar Three

Jeudi: Canadian Natural Ressources, Costco, Kroger

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous vous présentons Granite Real Estate Investment Trust (GRT.UN) (Granite).  Granite est un investisseur immobilier qui se spécialise dans l’investissement et la gestion immobilière commerciale et industriel.  Granite est notamment le locateur du géant mondial de pièces d’auto Magna International, ce qui lui assure des revenus récurrents. La compagnie à un bilan exemplaire donc elle est prête à faire des acquisitions si l’occasion se présente.  Le fait que les taux d’intérêt pourraient rester bas pour encore quelque temps fond en sorte que ce titre, qui paie un généreux dividende pourrait avoir la faveur des investisseurs. Le titre se transige présentement aux alentours de 60$ canadiens et Vector Vest lui attribue une valeur de 80$ CAD.  Ce qui est avantageux est que Granite verse un dividende de 4.5%.

N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre peut vous convenir.