Revue boursière de la semaine terminée le 19 mai 2017

Les Américains sont optimistes!

La conférence Moneyshow avait lieu la semaine dernière aux États-Unis. Les conférenciers présents étaient débordants d’optimisme pour les mois et années à venir. Le présent marché haussier pourrait durer bien plus longtemps que l’on pense.

 

Pas de récession à l’horizon

Tant qu’il n’y aura pas de récession, nous serons en Bull Market selon James Stack. L’indicateur économique avancé du Conférence Board était en hausse pour avril tel qu’annoncé la semaine dernière comme il l’était pendant les 2 mois précédents. Si cet indicateur baisse pendant 3 mois de suite, ce sera alors le temps de se protéger selon M. Stack.

La confiance des présidents directeurs généraux des entreprises américaines est à son niveau le plus haut depuis 2004.

Le niveau de confiance des consommateurs est aussi très élevé

Les premières demandes d’assurance emploi sont à au niveau le plus bas en 45 ans.

Les profits en hausse partout sur la planète

La croissance des profits au dernier trimestre a été l’une des meilleures des 5 dernières années aux États-Unis. La reprise de ce trimestre s’est vue aussi en Europe et dans les pays émergents. Cette croissance globale des profits devrait se poursuivre pendant les prochains trimestres selon plusieurs présentateurs à la conférence.

Hausses de taux d’intérêt seront limitées

Les taux d’intérêt sur les obligations américaines 10 ans pourraient monter de près de 1% au cours des 12 prochains mois pour atteindre 3,25%.  Selon Craig Johnson de la firme Piper Jaffray & co. les taux des obligations devraient monter à plus de 5% pour réellement faire dérailler le train du bull market.

Marché fondamentalement haussier pour longtemps…

Un des conférenciers, Jeffrey Saut, de la firme Raymond James & Associates a parlé du concept de secular bull market. Selon cette vision, les marchés auraient tendance à monter pendant des périodes de 16 à 18 ans pour ensuite prendre une pause de côté pendant la période de durée équivalente. Selon cette vision nous ne serions qu’au tout début d’un nouveau marché fondamentalement haussier, tel que le démontre le graphique suivant:

 

Revue de la semaine terminée le 19 mai, 2017

 

Les marchés débutaient la semaine à la hausse, supportés par la hausse du prix du pétrole.  Mardi, de bonnes données dans le secteur manufacturier faisaient monter la bourse, cependant, la chute du prix du pétrole avait l’effet contraire, de sorte que le marché américain terminait la journée au neutre et la bourse canadienne, plus concentrée dans le secteur pétrolier, terminait la journée dans le rouge.  Mercredi, les rumeurs que Trump aurait interféré dans une enquête fédérale faisaient chuter les marchés.  Jeudi, de bonnes données économiques faisaient monter les bourses, cependant cette hausse était annulée au Canada par la baisse du secteur des matériaux.   Vendredi, l’optimisme revenait, les secteurs de l’énergie et industriels menant la charge.

 

Valeur au 19 mai Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 458 -80 -0.51%
Dow Jones 20 895 -2 -0.01%
Pétrole ($US/baril) 50.35 +2.51 +5.25%
Or 1 255.55 +27.12 +2.21%
Can$/US$ 73.83 +0.89 +1.22%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En baisse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 23 au 26 mai, 2017

 

Les ventes de maisons neuves américaines sont publiées en ce mardi.  Demain, la Banque du Canada mettra à jour sa politique monétaire, incluant la mise à jour des taux d’intérêt.  Toujours mercredi, les minutes de la dernière rencontre de la Réserve fédérale américaine seront publiées.  Finalement, vendredi on en saura plus sur le produit intérieur brut américain.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Mercredi : Banque de Montréal, le quincailler américain Lowes

Jeudi : Les banques CIBC, Royales et TD

 

Sur notre radar cette semaine

 

Retour sur United Health inc. (UNH).

UNH est une compagnie qui fait partie de l’indice Dow Jones et du S&P 500.  Elle se spécialise dans la gestion des soins de santé incluant la gestion des bénéfices sociaux des corporations et, plus globalement la gestion de tout le processus des soins de santé, soit la prise en charge des malades, les relations avec les pharmacies, les systèmes de gestion des soins de santé.  Avec les ventes de plus de 190 milliards de dollars US, UNH est le leader dans son domaine et une des plus importantes compagnies de par le monde. Depuis notre recommandation en décembre, le titre s’est apprécié de près de 10% et nous croyons toujours au potentiel de cette corporation. UNH prévoit une augmentation de ses profits de l’ordre de 18% l’an prochain, ce qui nous indique  que la croissance se poursuit, car en décembre nous prévoyions une croissance de 17% des profits.  La croissance est autant organique que par acquisitions.  Les revenus de UNH proviennent de plus en plus des services administratifs et du support informatique aux cliniques et pharmacies, ce qui rend la compagnie peu vulnérable aux aléas politiques que peuvent causer le retrait ou non de Obamacare. Une population vieillissante est aussi un gage de succès pour la corporation. L’action se transige à 174$ et Scott Fidel de Crédit Suisse lui donne une cible de 188$ d’ici un an.  De plus, UNH verse un dividende de l’ordre de 1.4%.  N’hésitez pas à nous contacter afin de vérifier si cet investissement peut vous convenir.