Revue Boursière de la semaine terminée le 14 juillet 2017

Le ciel est bleu, la mer est calme…

L’indice S&P500 de la bourse américaine connait son début d’année le plus tranquille de son histoire selon Ryan Detrick de la firme LPL financial en entrevue au réseau de télévision CNBC le jeudi 13 juillet 2017. L’indice de la volatilité du CBOE, le VIX, a été en moyenne de 11.54 en 2017, son plus bas niveau historique pour un semestre.
L’indice S&P 500 n’a pas eu de baisse de 5% ou plus depuis un an. C’est la sixième fois depuis 1950 que la bourse américaine avance pendant 12 mois sans un recul de 5% et ça ne s’était pas produit depuis 1995.
M. Detricks précise que 91% des années civiles depuis 1950 connaissent une baisse d’au moins 5%, il serait donc étonnant que cela ne se produise pas pendant les 6 prochains mois. Une baisse constituerait alors une opportunité d’achat puisque la moyenne des analystes s’attendent à une croissance des profits de plus de 6% pour le trimestre terminé le 30 juin. De plus, les moyennes historiques démontrent que lorsque la bourse monte de plus de 8% pendant le premier semestre, 84% du temps elle poursuit à la hausse pendant le second semestre avec un gain moyen de 4,9%.

Revue de la semaine terminée le 14 juillet, 2017

 

Les deux premières journées de la semaine étaient sans histoires pour le marché américain, la bourse restant pratiquement inchangée.  Au Canada, peu de choses à se mettre sous la dent, à part une montée des secteurs des ressources et des matériaux qui entrainait les marchés à la hausse.  Mercredi, les marchés prenaient des directions totalement opposées.  La Réserve fédérale américaine tenait un discours accommodant pour la suite de l’évolution des taux d’intérêt alors que le Canada montait les siens.  En réponse, la bourse américaine montait alors que la bourse canadienne baissait un peu.  Jeudi, peu de changement, les marchés attendaient les données sur les ventes au détail ainsi que sur l’inflation et les résultats des banques américaines à venir le lendemain, donc peu de changement.  Vendredi, en dépit de résultats en demi-teintes des banques et des données économiques, les marchés montaient, les investisseurs étant positifs pour les résultats trimestriels des corporations à être publiés au cours des prochaines semaines.

 

 

Valeur au 14 juillet Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 174 +147 +0.98%
Dow Jones 21 637 +223 +1.04%
Pétrole ($US/baril) 46.54 +2.31 +52%
Or 1 228.70 +19.00 +1.57%
Can$/US$ 79.08 +1.49 +1.92%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 17 au 21 juillet, 2017

 

Les données sur les ventes du secteur manufacturier canadien seront publiées mercredi, de même que les mises en chantier du secteur américain.  Vendredi, on en saura plus sur l’inflation au Canada.

 

Nous plongeons dans la publication des résultats corporatifs du deuxième trimestre et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Lundi : Netflix, Yahoo

Mardi : Bank of America, Goldman Sachs, Johnson & Johnson

Mercredi : Alcoa, Morgan Stanley, Chemin de fer canadien Pacifique

Jeudi : Microsoft, Rogers Communication, Transforce, Visa

Vendredi : General Electric

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine nous vous proposons Google (GOOGL).  Les revenus publicitaires tirés d’internet sont en très forte croissance et Google est définitivement un des leaders dans le domaine avec l’outil de recherche que nous connaissons et également avec YouTube.  Même si la compagnie est déjà un géant dans son domaine, elle continue son intensification dans la recherche de nouvelles plateformes de revenus.  Ainsi, les annonceurs auront droit bientôt à un outil permettant de mesurer l’impact de leur publicité avec Google. De plus, la compagnie intensifie sa présence sur le nuage, autre bonne source de revenu potentiel. La compagnie prévoit augmenter ses revenus de 22% et ses profits de 16% d’ici un an.  L’action de Google se transige présentement aux alentours de 975$ US et Stephen Ju de Crédit Suisse lui donne une cible de 1,150$US d’ici un an.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si un tel placement pourrait vous convenir.