Revue boursière de la semaine terminée le 13 octobre 2017

Optimisme prudent à la Banque Nationale

 

Le réseau des correspondants de la Banque Nationale tenait sa conférence annuelle la semaine dernière.

Martin Lefebvre, vice-président, chef des placements et stratège a présenté les grands thèmes qui guident son équipe de gestion. La reprise économique en cours pourrait se poursuivre pendant encore quelques années. Il a fallu 5 ans, de 2009 à 2014 pour que l’économie américaine revienne à son niveau de 2008, cela fait donc seulement 3 ans que l’économie est en expansion. Si on se fie aux cycles économiques passés, la phase d’expansion actuelle pourrait bien durer encore 3 ans. Le message véhiculé par M. Lefebvre était que si vous retirez votre argent de la bourse parce que vous craignez une récession, vous êtes beaucoup trop tôt et vous risquez de manquer de bons rendements.

Les attentes de rendements du stratège de placements sont très modestes  pour les 5 prochaines années: des rendements nuls à légèrement négatifs pour les obligations et de 6% par année pour les actions.

Les politiques monétaires trop accommodantes ne reflètent pas la vigueur de l’économie, l’inflation devrait s’accélérer et forcer des hausses de taux d’intérêt. Le stratège utilise l’indice ISM qui est habituellement un indice précurseur de 2 ans sur l’inflation pour affirmer qu’on est sur le point de renouer avec une période inflationniste. Quand les taux d’intérêt montent, la valeur des obligations descend. Les intérêts qui seront générés par les obligations 10 ans ne seront pas suffisants pour couvrir les baisses de valeur de ces mêmes obligations. M. Lefebvre compare la situation actuelle du marché obligataire à celle qui prévalait de 1954 à 1959: une hausse de taux à partir d’une base très faible peut donner un rendement net négatif sur 5 ans.

L’attente d’un rendement annuel de 6% tant pour les actions canadiennes qu’américaines est venu d’un nouveau modèle ajusté à l’économie du savoir appliqué au modèle de Robert Shiller sur le ratio cours-bénéfice ajusté aux cycles économiques. Selon cette façon de voir les choses, le rendement moyen de 6% par année sera atteint, mais avec une volatilité beaucoup plus grande que ce que nous avons connu au cours des 5 dernières années. En d’autres mots, une route cahoteuse nous attend sur le marché des actions.

À court terme, M. Lefebvre croit que la bourse canadienne pourrait faire mieux que la bourse américaine. Il s’attend à ce que les placements dans les entreprises de valeurs prennent le dessus sur les entreprises de croissance. Les titres des financières et des pétrolières étant dans le camp des titres de valeur et surreprésentés dans l’indice canadien justifient cette prise de position.

 

Revue de la semaine terminée le 13 octobre, 2017

 

La bourse canadienne était fermée lundi pour l’Action de grâce et aux États-Unis, le secteur des soins de santé entrainait la bourse à la baisse.  Mardi, d’excellents résultats de Walmart faisaient monter les marchés.  Mercredi, les marchés anticipaient une bonne saison des résultats et terminaient la journée à la hausse.  Jeudi, les premières compagnies rapportaient leurs résultats du troisième trimestre et, bien que Citigroup et JP Morgan faisaient mieux que prévu, AT&T décevait les marchés.  Les investisseurs se concentraient sur la mauvaise nouvelle et les bourses chutaient.  Vendredi de bonnes statistiques sur les ventes au détail et une inflation contrôlée faisaient monter les marchés.

 

Valeur au 13 octobre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 807 +79 +0.50%
Dow Jones 22 872 +98 +0.43%
Pétrole ($US/baril) 51.45 +2.16 +4.38%
Or 1 303.82 +27.14 +2.13%
Can$/US$ 79.45 -0.34 -0.43%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 16 au 20 octobre, 2017

 

Du côté des nouvelles économiques, on notera les données sur la production industrielle américaine, publiées mardi.  Mercredi, les ventes du secteur manufacturier canadien ainsi que les mises en chantier américaines seront émises.  Finalement, vendredi les ventes au détail, et l’indice des prix à la consommation canadien, ainsi que les ventes des maisons existantes chez nos voisins du sud seront publiés

 

Nous sommes dans la saison des résultats et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Lundi : Netflix

Mardi : Les chemins de fer Canadien Pacifique, les chemins de fer CSX, Goldman Sachs, IBM, Morgan Stanley, United Health

Mercredi : Alcoa, Chorus Entertainment, EBay,

Jeudi : The Blackstone group, Intuitive Chirurgical, Rogers Communication, Transforce (TFI International), Verizon Communication

Vendredi : General Electric, Honeywell International, Proctor & Gamble

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine nous revenons sur CCL Industries (CCL.B).  Après une pause à la bourse, où les actions ont fait du sur-place, notre fabricant d’étiquettes semble vouloir reprendre vie.  CCL.B est un des plus importants joueurs dans le monde des étiquettes et des emballages sous vide, possède la compagnie Avery, qui est un joueur important dans la papeterie. La compagnie est présente dans plusieurs régions du monde.  La compagnie se tire toujours bien d’affaire, la croissance organique (la croissance de la compagnie excluant les acquisitions) est de l’ordre de 5.7%, ce qui est impressionnant, et si on ajoute les acquisitions, on pense que CCL pourrait accroitre ses ventes de l’ordre de 30% d’ici une année.  Le titre de transige aux alentours de 64.50$ Stephen MacLeod de BMO Marché des Capitaux lui donne une cible de 72$ d’ici une année.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.