revue boursière de la semaine terminée le 11 octobre 2019

Une récession en vue?

Les craintes de récession se sont accrues au cours des derniers mois et ont été alimentées par la guerre commerciale avec la Chine, le recul de création d’emplois, la baisse des investissements des entreprises et un secteur manufacturier en perte de vitesse. L’économie ralentit, mais la grande question est de savoir si le ralentissement va se transformer en quelque chose de plus sombre.

Bloomberg a créé un modèle pour déterminer les probabilités de récession aux États-Unis. À l’heure actuelle, l’indicateur estime à 27% le risque d’une récession aux États-Unis l’année prochaine. C’est plus élevé qu’il y a un an, mais moins qu’avant la dernière récession. Il y a des raisons de surveiller de près l’économie, mais pas de panique pour le moment.

Certains indicateurs, comme la courbe des taux, sont des signes avant-coureurs d’une récession. L’écart entre les bons du Trésor de trois mois et de dix ans est devenu négatif en début d’année et l’est resté pendant une grande partie des six derniers mois. Ce phénomène s’est produit avant chacune des sept dernières récessions, mais d’autres facteurs (notamment les efforts de la banque centrale à injecter de l’argent dans l’économie par le biais d’un assouplissement de sa politique monétaire) peuvent avoir pour effet d’aplanir la courbe des taux artificiellement.

Si l’on examine une autre source de stress, les marges de profit des entreprises suscitent également certaines inquiétudes. À mesure que la rentabilité diminuera, les entreprises rechercheront des moyens de réduire leurs coûts. Cela pourrait entraîner un recul des embauches, voire des licenciements, ce qui réduirait les dépenses des consommateurs, qui est actuellement le principal moteur de la croissance.

Si on vous annonçait une probabilité d’averse de 27% pour demain, annuleriez-vous votre départ de golf? Le niveau de risque de récession de Bloomberg n’est pas suffisant pour s’empêcher complètement d’investir sur les marchés boursiers…

Revue de la semaine terminée le 11 octobre 2019

Lundi, la faiblesse des titres en santé a conduit le principal indice du Canada à clôturer à la baisse. Mardi, les actions canadiennes ont encore terminé leur journée dans le rouge à cause du pessimisme entourant les négociations commerciales à venir entre les États-Unis et la Chine ce qui a amené les investisseurs à se débarrasser de leurs actions. Une reprise dans les secteurs de la consommation et du secteur industriel a aidé la Bourse de Toronto à clôturer à la hausse en milieu de semaine. Les gains ont continué jeudi avec les actions énergétiques et technologiques qui ont poussé les indices majeurs du Canada et des États-Unis vers le haut. Les indices Dow, S&P 500 et Nasdaq ont tous progressé de 0,6%. Toutefois, les pertes sur les titres aurifères ont entraîné la Bourse de Toronto à la baisse vendredi. Le principal indice du Canada a clôturé à la baisse pendant trois des cinq séances cette semaine, enregistrant une perte globale pour cette semaine.

Perspectives techniques et quantitatives des marchés:

Ce que nous réserve la semaine du 15 octobre au 18 octobre 2019

Nouvelles économiques

Mardi : États-Unis, balance du budget fédéral

Mercredi : Canada, indice des prix à la consommation m/m

Jeudi : États-Unis, les stocks de pétrole brut

Vendredi : Assemblée annuelle du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : United Airlines Holdings Inc, Aphria inc

Mercredi : Alcoa Corp, Bank of America Corp

Jeudi: Colabor group inc, Snap-On Inc, Morgan Stanley

Vendredi: Coca-Cola Co, American Express Co

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi.

Salutations,

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *