La correction est-elle finie?

 

Entre son sommet du 20 février et le bas atteint vendredi, la bourse canadienne était en baisse de 11,54%.  La bourse américaine avait atteint son dernier sommet une journée plus tôt et affichait une baisse de 15.84% à un moment vendredi. La bourse canadienne a perdu en une semaine tout ce qu’elle avait gagné dans la dernière année…

On dit que le marché est en correction quand la bourse baisse entre 10% et 20% et on parle de marché baissier quand la baisse dépasse les 20%. Il y a eu de nombreuses corrections depuis 75 ans et selon le réseau CNBC la correction moyenne dure 4 mois et présente une baisse moyenne de 13%. Un marché baissier aurait une durée moyenne de 13 mois et présenterait une baisse de 33%.

Un marché baissier survient au début des récessions économiques quand les attentes de profits des entreprises sont à la baisse. En ce moment, aucune de ces conditions ne serait en place et me permet d’espérer que le dernier mouvement de la bourse s’inscrit dans le cadre d’une correction et non d’un marché baissier.

Une fin de correction ne pourra être confirmée que lorsqu’un nouveau sommet sera atteint, il sera alors trop tard pour profiter de l’occasion d’achat qui se présentait lors du dernier repli. Pour tirer profit d’une nouvelle tendance haussière, il est préférable d’attendre une confirmation de nouvelle tendance haussière. Investors Business Daily et VectorVest proposent chacune une façon de confirmer qu’une nouvelle tendance est en place.

Selon Investors Business Daily, on doit d’abord avoir une journée à la hausse et une confirmation de nouvelle tendance est obtenue quand cette première hausse est suivie entre 4 et 10 jours plus tard par une autre journée en hausse de plus de 1,2% avec un volume de transactions plus élevé que celui de la veille. Cette situation pourrait arriver cette semaine si la bourse monte lundi et est confirmée par une hausse importante vendredi.

L’approche de VectorVest suggère d’attendre que la bourse ait monté pendant 2 semaines consécutives avant de s’y aventurer.

Nous vous tiendrons informé du moment identifié par chacune des 2 méthodes pour entrer de façon plus conservatrice dans le marché.

En attendant la confirmation d’une nouvelle tendance, les fonds Phoenix prudents et opportunistes ont tout de même acheté des actions en fermeture de marché vendredi dernier pour profiter d’un rebond qui devrait se produire d’ici la fin de la semaine. Même en plein milieu d’une correction boursière, il survient des rebonds qui durent en moyenne 6 jours dont les fonds Phoenix entendent bien profiter.

On utilise un outil statistique pour identifier un marché sur-acheté ou sur-vendu: les bandes de Bollinger. Ces bandes placées à deux écarts types d’une moyenne nous indiquent si un marché a monté trop vite ou descendu trop vite par rapport à la moyenne. Quand le marché atteint la bande inférieure, on doit s’attendre à un rebond vers la moyenne, au premier signe d’un rebond, les fonds Phoenix achètent les titres financièrement intéressants qui ont le plus baissé dans la dernière correction avec l’idée de les conserver pour 6 à 12 jours. La ligne en vert sur le graphique ci-dessous montre quand le S&P 500 est en situation sur-vendue.

 

Revue de la semaine terminée le 28 février 2020

Les marchés ont commencé la semaine sur une mauvaise note alors que les inquiétudes croissantes concernant les coronavirus ont fait baisser les cours des actions au Canada et aux États-Unis. La dynamique à la baisse s’est poursuivie mardi après une augmentation du nombre de cas de coronavirus signalés partout à travers le monde. Des actions industrielles et énergétiques chancelantes ont encore fait chuter le TSX en milieu de semaine. L’incertitude quant à l’impact économique mondial du coronavirus a poussé les investisseurs à se débarrasser à nouveau leurs actions jeudi. Le Dow et le S&P 500 ont clôturé 4,4% en territoire négatif et le Nasdaq a terminé en lourde baisse de 4,6%. C’était la même histoire vendredi, les actions continuaient de souffrir de la peur grandissante des investisseurs. Le Dow Jones a glissé de 1,4%, le S&P 500 a terminé 0,8% dans le rouge, tandis que le Nasdaq a clôturé la séance juste au-dessus de la moyenne. Après la semaine que nous avons passée, il n’y a pas eu d’échappatoire et les actions ont enregistré une perte hebdomadaire globale importante.

Valeur au 28 février Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 16 263,05 -1580,48 -8,86%
Dow Jones 25 409,36 -3583,05 -12,36%
Pétrole 44,76 -8,62 -16,15%
Or 1 566,70 -82,10 -4,98%
CAD/USD 0,775 0,0216 2,87%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 2 mars au 6 mars 2020

 

Nouvelles économiques

Lundi : États-Unis, Indice PMI manufacturier

Mardi : États-Unis, Ventes totales de véhicules

Mercredi : Canada : Taux d’intérêt de la Banque du Canada

Jeudi : États-Unis, Productivité non agricole révisée q / q

Vendredi : États-Unis, Taux de chômage

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi: Hewlett-Packard

Mardi : Ross Stores

Mercredi : Dollar Tree

Jeudi: Canadian Natural Resources

Vendredi:  Parkland Fuel

Sur notre radar cette semaine          

L’encaisse est roi.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *