Revue boursière de la semaine terminée le 2 février 2018

Le Dow Jones s’effondre, mais l’espoir reste…

Source : Jones.Lawyers.com

Le Dow Jones baissait de près de 666 points vendredi dernier. Cette baisse en termes de points était beaucoup plus importante que lors du krach boursier de 1987 quand l’indice New Yorkais avait chuté de 508 points. Cela n’a pas fait la première page des journaux parce que la baisse de 1987 était de 22.61% en termes de pourcentage comparativement à 2,54% pour vendredi dernier.

Les commentateurs boursiers à la télévision ont expliqué le repli de la semaine dernière par une simple correction à court terme puisque les marchés américains avaient monté trop vite en janvier. Une des explications avancées pour le repli était le balancement de portefeuille fait par les gestionnaires institutionnels. En effet, quand un portefeuille doit être composé à 60% d’actions et 40% d’obligations et que les actions montent trop vite, les investisseurs institutionnels doivent vendre une partie de leurs actions pour respecter leurs politiques de placements.

La crainte d’une remontée de l’inflation a fait monter les taux d’intérêt à long terme tant aux États-Unis qu’en Europe. Les bonnes nouvelles sur le marché de l’emploi sont devenues de mauvaises nouvelles pour la bourse, car des salaires en hausse et une forte création d’emploi sont associés à une hausse de l’inflation. Les bons résultats des compagnies qui ont publié leurs résultats financiers, les anticipations de profits revues à la hausse par les analystes financiers et l’absence de prévision de récession dans un avenir prévisible par les économistes laissent croire qu’une correction de marché sera suivie par une remontée vers de nouveaux sommets.

Source : Westpalmjetcharter.com

Si vous recherchez une raison ésotérique d’être optimiste pour la suite de l’année en bourse, vous pouvez vous servir de l’indicateur du Super Bowl…  Selon ce concept pseudo macroéconomique, quand une équipe de l’American Football-conférence (AFC) gagne le Super Bowl, l’année sera négative en bourse, le contraire se produirait quand le gagnant provient de la National Footbal Conference (NFC). Cet indicateur aurait fonctionné 40 fois sur 51. La victoire des Eagles en 2018 nous laisse croire que le meilleur est à venir pour 2018. Comme il n’y a aucun lien entre le football et la bourse, le bon résultat de cet indicateur n’est que coïncidence…

Revue de la semaine terminée le 2 février, 2018

 La semaine débutait par une mauvaise nouvelle à l’effet que Apple diminuait sa production de iPhone 10, ce qui faisait baisser les marchés.  Mardi, les taux d’intérêt se mettaient à monter rendant les actions proportionnellement moins intéressantes.  Mercredi, tout semblait revenir à la normale alors que la journée débutait en forte hausse.  Puis les minutes de la Réserve fédérale américaine (FED) publiées en mi après-midi pointaient vers une hausse des taux d’intérêt en mars et les marchés effaçaient une bonne partie des gains de la journée.  Jeudi, les actions des banques américaines étaient en hausse, mais les titres des compagnies de technologie étaient en baisse, nous donnant une journée sans grand changement.  Vendredi, le train déraillait alors que le rapport sur l’emploi américain était meilleur que prévu.  Ceci donnait d’autres arguments pour hausser les taux d’intérêt et la bourse chutait lourdement sur la nouvelle.

  Valeur au 2 février Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 606 -633 -3.90%
Dow Jones 25 521 -1095 -4.11%
Pétrole ($US/baril) 65.45 -0.69 -1.04%
Or 1 337.30 -11.82 -0.88%
Can$/US$ 80.46 -0.79 -0.98%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse Canadienne Perspectives à court terme En baisse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

Ce que nous réserve la semaine du 5 au 9 février, 2018

Mardi : publication des balances commerciales tant au Canada qu’aux États-Unis

Vendredi : Rapport sur l’emploi au Canada

Beaucoup de résultats corporatifs cette semaine, voici quelques compagnies qui publieront les leurs :

Mardi : Walt Disney, General Motors, Intact financière

Mercredi : Heroux Devtek, Manuvie, Suncor, Tesla

Jeudi : Activision, BCE, Telos, Unilever

Vendredi: Emera

 Sur notre radar cette semaine

 Suite à la performance boursière de vendredi, et bien que la baisse des marchés nous apparaît plutôt comme une occasion d’achat, nous préférons observer l’orientation que prendra la bourse avant d’investir à nouveau.

Revue boursière de la semaine terminée le 19 janvier 2018

Trump, presque le meilleur?

Donald Trump a souvent mentionné la performance de la bourse depuis son élection comme argument qui prouve l’efficacité de son administration. Les analystes financiers affirment que la croissance économique synchronisée de tous les pays de l’OCDE et les faibles taux d’intérêt expliquent une bonne partie de la performance boursière depuis 1 an. Il faut toutefois rendre à César ce qui appartient à César, la réforme fiscale votée en fin d’année explique la belle embellie qu’a connue la bourse depuis 2 mois.

Le réseau CNBC a comparé la performance de la bourse après un an de pouvoir pour chaque président des États-Unis. Seul Franklin D. Roosevelt a déjà eu une première année de mandat meilleure que celle de Donald Trump comme le montre le tableau ci-dessous:

Source: CNBC

 

Revue de la semaine terminée le 19 janvier, 2018

 La bourse américaine était fermée lundi et les compagnies minières étaient en hausse au Canada.  Mardi, le prix du pétrole tombait et entrainait la bourse en territoire négatif.  Mercredi, les compagnies commençaient à publier les résultats du dernier trimestre terminé le 31 décembre.  Les résultats étant très bons, ceci faisait monter la bourse de plus de 1%.  Jeudi, la bourse perdait du terrain, redonnant un peu des importants gains de la veille.  Les compagnies des secteurs industriels et des services aux communautés étant les plus touchés.  Vendredi, la bourse faisait fit de la menace de fermeture du gouvernement américain et terminait la journée en hausse.

  Valeur au 19 janvier Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 353 +45 +0.28%
Dow Jones 26 072 +269 +1.04%
Pétrole ($US/baril) 63.61 -0.74 -1.15%
Or 1 331.84 -3.08 -0.23%
Can$/US$ 80.04 -0.22 -0.27%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse Canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

Ce que nous réserve la semaine du 22 au 26 janvier, 2018

Jeudi : Vente au détail canadiennes

Vendredi : Statistiques sur l’inflation au Canada et produit intérieur brut aux États-Unis

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

Lundi : Logitech, Netflix

Mardi : Johnson & Johnson, Chemins de fer Canadien National, Proctor & Gamble, Verizon

Mercredi : Comcast, General Dynamics, General Electric, United Technologies

Jeudi : Caterpillar, Celgene, Jet Blue Airways, Rogers Communications, Starbucks

Vendredi: Honeywell inc.

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous parlons du Canadien National (CN).  Nous parlons du CN.  Le CN a perdu du terrain récemment et à mon avis il pourrait être intéressant de tirer avantage de ce recul.  Les résultats du CN étaient conformes aux attentes lors de la publication des résultats du trimestre précédent, mais un des points qui a fait sourciller les investisseurs était le fait que les dépenses du CN étaient au-delà de ce qui avait été prévu.  Cependant le CN attribuait cette hausse au fait que plus de volume que prévu sur les rails avait généré plus de dépenses de support à la clientèle. À mon avis, ceci est un beau problème et l’augmentation du volume des marchandises transportées, couplés à la vigueur des économies nord-américaines sont des éléments qui devaient favoriser le CN à moyen terme.  Je surveillerai la publication des résultats du CN ce mardi et s’ils sont satisfaisants ceci favorisera la croissance de l’action. Le titre se transige à 101$ et Fadi Chamoun de BMO Marché des Capitaux prévoit que le titre montera à 111$ d’ici une année.  De plus le CN verse un dividende de l’ordre de 1.60%. N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 8 décembre 2017

Le Bitcoin fait parler de lui

Le Bitcoin, une devise virtuelle qui valait 1 cent en 2008, a la faveur des spéculateurs et son prix a dépassé la barre des 18 000$ un moment la semaine dernière. On raconte que la première transaction officielle utilisant le Bitcoin comme monnaie d’échange était l’achat de 2 pizzas de chez Papa John et que l’acheteur aurait payé 10 000 Bitcoin en 2009. Si cet achat avait été fait au taux de conversion de la semaine dernière, cela reviendrait à 90 000 000$ par pizza! Soit 10,000 bit coin multiplié par 18,000$ pour deux pizzas. Quelqu’un qui aurait acheté pour 1 000$ de Bitcoin en 2009 serait aujourd’hui milliardaire!

Le Bitcoin monte, car tout le monde en achète et tout le monde en achète parce que ça monte! Personne ne peut prévoir quand cela s’arrêtera, certains investisseurs connus comme Warren Buffet dénoncent le Bitcoin comme étant une bulle spéculative.

Source: Coindesk

 

La Deutsche Bank croit qu’un éclatement de la bulle spéculative sur le Bitcoin pourrait se répercuter sur le marché boursier. La Deutsche Bank a identifié 30 éléments qui pourraient avoir des impacts financiers importants en 2018 dont figure au 13e rang un effondrement du Bitcoin:

1) Reprise de l’inflation aux États-Unis à compter du 2e trimestre 2018.
2) Fin des accommodements monétaires de la BCE à compter du 2e trimestre 2018.
3) Élargissement des écarts de taux sur les obligations à rendement élevé.
4) Le leadership de la Fed sera testé, le nouveau chef Jerome Powell sera-t-il à la hauteur?
5) L’inflation allemande pourrait surprendre à la hausse.
6) Hausse inattendue des salaires allemands
7) Fin des taux d’intérêt négatifs en Europe
8) Changement de direction à la Banque du Japon.
9) Hausse des taux des bons du Trésor américains et des Bunds allemands.
10) Surévaluation de la bourse américaine.
11) Correction, même mineure de la bourse américaine.
12) Augmentation de la volatilité suite à l’inflation, des chocs géopolitiques et moins d’assouplissement quantitatifs
13) Effondrement du Bitcoin et son impact sur la confiance des petits investisseurs.
14) Corée du Nord
15) Impact plus grand que prévu de la réforme fiscale américaine.
16) Augmentation des inégalités sociales aux États-Unis et populisme.
17) Investigation sur Mueller et de l’implication russe dans la campagne de Trump.
18) Élections de mi-mandat aux États-Unis en novembre.
19) Élections italiennes possiblement en avril.
20) Développements du Brexit
21) Nouveau gouvernement en Grande-Bretagne?
22) Grande Bretagne qui infirme la décision du Brexit?
23) Élections en Irelande.
24) Élections Grande-Bretagne
25) Élections présidentielles en Russie.
26) Augmentation du prix des ressources
27) Bulle immobilière qui éclate au Canada ou en Australie.
28) Bulle immobilière qui éclate en Suède et en Norvège
29) Bulle immobilière qui éclate en Chine suivie d’une correction boursière.
30) Ralentissement plus marqué que prévu en Chine.

Revue de la semaine terminée le 8 décembre, 2017

La chute des titres à saveur technologique se poursuivait, entrainant la bourse canadienne dans le rouge.  Aux États-Unis, les espoirs que les banques et les détaillants sortiraient gagnant des coupures d’impôts américaines faisaient monter la bourse, en dépit de la chute des titres technologiques.  Mardi, des doutes sur l’efficacité des coupures d’impôts faisaient reculer les marchés.  Mercredi, les titres du secteur de l’énergie chutaient, entrainant les marchés dans son sillage.  Jeudi, menés par un rebond de Google et de Facebook, les marchés reprenaient un peu du terrain perdu au cours des deux journées précédentes.  Finalement vendredi, un bon rapport sur l’emploi américain faisait monter les marchés.

  Valeur au 8 décembre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 096 +58 +0.3%
Dow Jones 24 329 +98 +0.40%
Pétrole ($US/baril) 57.36 -1.00 -1.71%
Or 1 248.49 -32.13 -2.51%
Can$/US$ 77.82 -1.01 -1.28%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 11 au 15 décembre, 2017

 

Mercredi : Ventes au détail et données sur l’inflation aux États-Unis

Jeudi : Données sur la production industrielle américaine

Vendredi : Les mises en chantiers américaines et ventes du secteur manufacturier canadien

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Mardi : Iconix Brand, Mobileyes, Transcontinental

Mercredi : Empire (propriétaire de Sobey’s et IGA)

Jeudi: Abode, Oracle et Transat

Sur notre radar cette semaine

La semaine passée en bourse nous a fait voir que plusieurs facteurs militaient en faveur des banques américaines.  Tout d’abord, les baisses d’impôts à venir devraient les aider considérablement, deuxièmement les allègements réglementaires promis par l’administration Trump fera en sorte que les banques pourront prêter davantage et par conséquent feront plus d’argent et troisièmement, la hausse des taux d’intérêt à venir améliorera la profitabilité des banques, car elles pourront prêter à un taux plus élevé, alors qu’elles nous ne donnent rien pour nos dépôts.  Ainsi, quelle banque sortira gagnante précisément?  C’est difficile à dire, alors pourquoi ne pas investir dans un fonds négocié en bourse (FNB) qui investit dans les banques américaines.  BMO a sur le marché un FNB appelé ZUB.   ZUB investit dans les grandes banques américaines (Citigroup, Bank of America, JP Morgan, etc.) de même que dans les banques régionales américaines moins connues au Canada.  Il réplique l’indice de rendement des banques américaines. Ainsi, puisque les banques américaines nous semblent favorisées par la conjoncture économique, politique et réglementaire, ZUB nous apparaît comme une alternative de placement attrayante.  Un point intéressant, ZUB est couvert contre les variations de changes.  Ainsi, si le dollar américain venait à baisser significativement, ZUB du fait qu’il est couvert ne serait pas affecté par la chute de la devise américaine.

Revue boursière de la semaine terminée le 24 novembre 2017

Qu’est-ce que la bourse nous réserve pour 2018?

 

 

Deux grandes firmes de courtage américaines ont fait connaître leurs anticipations pour 2018 au cours des derniers jours. Goldman Sachs s’attend à une bonne année 2018 tandis que Bank of America Merrill Lynch prévoit un bon début d’année qui pourrait se renverser en milieu 2018. Voyons de plus près ce que ces deux icônes de la bourse américaine avaient à raconter.

L’analyste Charles Himmelberg constate que 2017 est la première année d’expansion économique depuis 2008 qui a surpris les investisseurs de façon positive par la croissance affichée. Cette croissance économique devrait se poursuivre en 2018 et montrer une croissance du PIB réel mondial de 4%.

Les raisons invoquées pour la poursuite de la croissance économique mondiale sont les suivantes:
1) Le momentum engagé se poursuivra
2) Facilité d’emprunt pour les entreprises
3) Les politiques monétaires accommodantes partout dans le monde
4) La possibilité d’assouplissements fiscaux aux États-Unis

Selon Goldman Sachs, il y a 80% des chances que la réforme fiscale de Donald Trump soit approuvée dès le début de 2018 et que ce sera très bénéfique pour le marché boursier.

 

Le stratège Michael Hartnett prédit que l’indice S&P500 pourrait atteindre 2863 points en 2018 avant de commencer à descendre de façon significative. L’indice progresserait donc de 10% par rapport à son niveau de vendredi dernier avant de reculer. M. Harnett se prépare à réduire son exposition aux marchés boursiers dès qu’il y aura des signes que le rallye tire à sa fin. Une transition d’allocation d’actifs des investisseurs passants d’une approche passive vers une approche active sera le signal de la fin du marché haussier selon M. Harnett.

Le début de 2018 devrait être positif avec une croissance réelle du P.I.B. mondial de 3.8%.

Voici les 3 facteurs qui feront progresser la bourse américaine pour la première moitié de 2018:

1) Les derniers vestiges d’assouplissement quantitatifs des grandes banques centrales.
2) L’approbation de la réforme fiscale par le Congrès américain.
3) Des profits supérieurs aux attentes qui convaincront les investisseurs de prendre plus de risques.

Ce qui fera changer la dynamique des marchés en 2018 sera les hausses de salaire et l’inflation qui en suivra.  Selon M. Harnett, les salaires pourraient augmenter de 3,5% aux États-Unis, cela poussera l’inflation à plus de 2,5% et forcera la main de la Réserve fédérale américaine de hausser ses taux d’intérêt. Le stratège de Bank of America Merrill Lynch se garde une réserve: si l’inflation attendue dans les salaires ne se matérialise pas, la bourse pourrait très bien suivre sur sa lancée jusqu’en 2019…

 

 

Revue de la semaine terminée le 24 novembre, 2017

Le secteur des télécommunications était en hausse et il entraînait les marchés en territoire positif lors de la première journée de la semaine.  Des gains dans les secteurs des technos et des soins de santé faisaient monter la bourse mardi.  Mercredi, nous avions droit à une session plutôt calme alors que les investisseurs ne voulaient pas trop prendre position avant la fête de l’Action de grâce américaine.  Jeudi, la bourse américaine était fermée et nous avions droit à une session très calme au Canada alors que les marchés terminaient la journée pratiquement inchangée.  Vendredi, les investisseurs avaient des signes que les ventes du vendredi noir seraient intéressantes et les marchés montaient sur la nouvelle.

Valeur au 24 novembre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 108 +88 +0.55%
Dow Jones 23 558 +202 +0.87%
Pétrole ($US/baril) 58.95 +2.40 +4.24%
Or 1 288.37 -4.05 -0.31%
Can$/US$ 78.66 +0.33 +0.42%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés:

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 20 au 24 novembre, 2017

Lundi : Les statistiques sur la vente des maisons neuves américaines

Mardi :  L’indice de confiance des consommateurs américains

Mercredi : Le produit intérieur brut américain

Vendredi : Le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

Lundi: Thor Industries

Mardi : Alimentation Couche Tard inc., Banque de Nouvelle-Écosse

Mercredi :  Banque Royale

Jeudi : Banque CIBC, Banque TD, Kroger

Vendredi : Banque Nationale

Sur notre radar cette semaine

Blackrock Inc. est un gestionnaire de portefeuille américain qui profite de la croissance de la bourse américaine et de la popularité de la demande pour les fonds négociés en bourse. L’analyste Craig Siegenthaler de la firme Credit Suisse s’attend à ce que les actifs sous gestion de Blackrock croissent de plus de 6% et que ses bénéfices par action augmentent de 15%. L’action qui a clôturé à 479.74$ vendredi dernier devrait monter de plus de 27% au cours de la prochaine année pour atteindre 612$ toujours selon Credit Suisse qui accorde la mention surperformance de marché au titre de Blackrock. N’hésitez pas à me contacter pour voir si ce titre convient à votre portefeuille. 

Revue boursière de la semaine terminée le 3 novembre 2017

Rencontre du troisième type…

 

 

Scott Connor, directeur chez TD Ameritrade est un ancien mainteneur de marché au Chicago Board Options Exchange. Il étudie le marché selon un modèle de statistiques et des probabilités. Ce type d’approche pourrait se qualifier de troisième type par rapport aux 2 types analyses traditionnels. Cette approche se distingue de l’analyse fondamentale ou de l’analyse technique et apporte un point de vue différent de ce que l’on peut anticiper à court terme du marché. Il a présenté en fin de semaine dernière une analyse qui dit qu’il serait normal de s’attendre à une légère baisse de la bourse, de l’ordre de 4% et que cela n’inverserait en rien la tendance haussière que le marché connaît depuis 2 ans.

M. Connor utilise un canal de régression linéaire pour tirer sa conclusion.

La régression linéaire est utilisée en statistiques pour chercher à établir une relation linéaire entre une variable (la valeur d’un indice) et une autre (le temps).

Dans une distribution normale, la moitié des résultats est au-dessus de la moyenne et l’autre moitié sous la moyenne. L’écart-type sert à mesurer la dispersion des données et est utilisé pour construire un intervalle de confiance. Normalement, 68,2% des données sont à l’intérieur d’un écart-type.

Pour créer un canal de régression, on ajoute à la régression linéaire deux lignes qui se situent chacune à un écart-type de la ligne de régression. Le graphique ci-dessous nous montre le canal de régression pour de Dow Jones sur 2 ans:

Source : TD Ameritrade

L’analyse statistique nous dit que plus on s’approche des valeurs extrêmes définies par le canal, plus on devrait s’attendre à ce que le marché retourne vers la ligne du centre. Ce retour à la normale peut se faire de 2 façons dans le cas présent: soit la bourse baisse, pour retourner au niveau normal ou encore que le marché cesse de monter pendant un certain temps pour que la ligne de régression monte et vienne rejoindre le niveau actuel du marché.

Revue de la semaine terminée le 3 novembre, 2017

 

Les rumeurs à l’effet que les baisses d’impôts américaines qu’on attends seraient graduelles plutôt qu’immédiates faisaient chuter la bourse américaine.  Au Canada, une hausse du secteur des métaux faisait monter la bourse.  Mardi, un rebond des actions du secteur des technologies faisait monter les marchés.  Mercredi, la Réserve fédérale américaine annonçait qu’elle laissait les taux inchangés, exactement comme l’attendaient les marchés.  Ainsi la journée se terminait sans grandes variations boursières.   Jeudi était aussi une journée sans grandes variations sur les marchés américains, alors qu’une série de mauvais résultats des corporations canadiennes faisaient baisser la bourse.  De bons résultats de Apple aidaient les marchés à terminer la semaine sur une note positive vendredi.

 

  Valeur au 3 novembre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 020 +66 +0.41%
Dow Jones 23 539 +105 +0.45%
Pétrole ($US/baril) 55.82 +1.92 +3.56%
Or 1 269.97 -3.38 -0.27%
Can$/US$ 77.74 -0.30 -0.38%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 6 au 10 novembre, 2017

 

Mardi : Rapport sur les emplois disponibles aux États-Unis

Mercredi : Mises en chantier canadiennes

Jeudi : Les ventes des ventes en gros américaines

 

Nous poursuivons la publication des résultats trimestriels et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Lundi : Heroux Devtek, Trip Advosors

Mardi : Agrium, Finning International, Valeant

Mercredi : CCL Industries, Groupe CGI, Intact Financière, Linamar, Manulife, Sunlife, Premium Brands

Jeudi : Boston Pizza, Cascade inc., Walt Disney, Magna International, Telus

Vendredi : CAE inc., Emera, Power Corporation et Power Financière

 

 

Sur notre radar cette semaine
Cette semaine nous allons parler de déchets en vous suggérant la compagnie Waste Connection (WCN).  WCN est une compagnie qui ramasse nos déchets.  Et ils en ramassent beaucoup.  La compagnie dessert plus de 6 millions de clients en dans 39 états américains et dans cinq provinces canadiennes.  Les clients de WCN sont résidentiels, commerciaux, municipaux, ou industriels.  Les résultats de son dernier trimestre étaient excellents et on découvre une compagnie en croissance dont les ventes prévues en 2017 avoisineront 4.6 milliards de dollars US alors qu’ils étaient de 3,4 milliards de dollars US en 2016 pour une croissance de 35%.  Cette croissance des ventes provient d’acquisitions, mais également d’accroissement de la clientèle existante et d’augmentations des prix, un luxe que WCN peut se permettre.  On croit que les profits seront en hausse de 28% cette année, ce qui est exceptionnel.   Le titre de transige aux alentours de 89$ CAD  et Andrew Buscaglia de Credit Suisse  lui donne une cible de 82$ US ou approximativement 107$ CAD d’ici une année.   N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 23 juin 2017

Que se passe-t-il avec le pétrole?

 

Le prix du baril de pétrole, qui a commencé l’année à près de 54$ le baril est tombé sous les 43$ cette semaine. Cette baisse de plus de 20% a fait dire que le pétrole était entré en bear market cette semaine. Cette baisse de prix a entrainé avec elle la valeur des actions des compagnies de pétrole.

Le cartel de l’Organisation des Pays exportateurs de Pétrole, l’OPEP, semble avoir perdu de son pouvoir pour 2 raisons: la technologie et les tricheurs.

Du côté de la technologie, les nouvelles méthodes d’extraction du pétrole de schiste par fracturation permettent de produire du pétrole pour de moins en moins cher. On dit que le coût de production d’un baril de pétrole par fracturation serait passé de 80$ à moins de 40$ en moins de 10 ans. Dès que le prix du baril dépasse les 50$, il devient rentable de produire du pétrole par fracturation. Ça ne prend que 14 jours entre le moment où on décide de creuser un nouveau puits de pétrole de schiste et le moment du début de la production. Le délai était de près de 3 ans pour un puits de pétrole traditionnel. Une étude de Goldman Sachs publiée le 25 mai dernier a évalué que le juste prix du baril devrait être de 55$ d’ici la fin de l’année.

La baisse des derniers jours du prix du pétrole serait attribuable au manque de cohésion de l’OPEP. Plusieurs des pays membres ne respecteraient pas les quotas de production imposés par l’organisation. L’Iraq, deuxième producteur en importance de l’OPEP serait le plus grand tricheur selon un article paru sur Bloomberg. Des rumeurs que plusieurs autres pays ne respecteraient pas leurs quotas seraient la principale cause de la baisse des dernières semaines.

Revue de la semaine terminée le 23 juin, 2017

 

Un rebond des titres du secteur de la technologie faisait monter les marchés lundi.  Mardi était une journée passablement différente avec la chute du prix du pétrole qui faisait baisser les indices boursiers.  Mercredi, la chute du pétrole se poursuivait, mais une remontée des titres des soins de santé et du secteur de la technologie faisait contrepoids.  Les marchés terminaient tout de même la journée dans le rouge.  Jeudi, le secteur financier chutait aux États-Unis et montait au Canada, de sorte que les deux marchés terminaient la journée avec des directions différentes.   Vendredi aux États-Unis, le secteur de l’énergie était encore en baisse alors que le secteur de la technologie montait.  La journée se terminait au neutre.  Cependant au Canada, une forte hausse du secteur des mines et métaux faisait monter la bourse.

 

 

  Valeur au 23 juin Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 320 +128 +0.84%
Dow Jones 21 395 +11 +0.05%
Pétrole ($US/baril) 43.01 -1.73 -3.87%
Or 1 256.71 +2.98 +0.24%
Can$/US$ 75.37 -0.31 -0.41%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
  Croissance des profits En baisse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 26 au 30 juin, 2017

 

Les données sur les commandes de biens durables américains seront émises en ce premier jour de la semaine.  Jeudi, les données finales sur le produit intérieur brut américain seront publiées.  Finalement vendredi, toujours aux États-Unis les données sur le revenu personnel des Américains seront émises.

 

Parmi les compagnies qui publient leurs résultats cette semaine, on note General Mills mercredi, et jeudi ce sera au tour de Nike et de Micron Technologie.

 

Sur notre radar cette semaine

Nous n’ajoutons pas à nos positions cette semaine, les marchés nous semblent incertains.