Revue boursière de la semaine terminée le 5 juillet 2019

Quand les mauvaises nouvelles se transforment en bonnes nouvelles

 
Source: pngimage.net

Cela fait maintenant quelques mois que l’on observe une réaction des cours boursiers qui semble contradictoire avec les résultats des nouvelles économiques. Par exemple, en début juin, le rapport de l’emploi a rapporté un niveau de création d’emplois beaucoup plus faible qu’attendue aux États-Unis, mais cela a fait monter la bourse de plus d’un pourcent.

Ce phénomène se produit lorsque les investisseurs espèrent que la banque Centrale des États-Unis renforce son programme de relance économique en baissant les taux d’intérêt. En général, des taux d’intérêt plus bas sont considérés comme bons pour le cours des actions, car ils freinent les rendements obligataires, faisant des actions un investissement relativement plus attrayant. Ils réduisent également généralement les coûts d’emprunt pour les sociétés et les particuliers.

De plus, une hausse du chômage signale généralement une baisse des taux d’intérêt, ce qui est une bonne nouvelle pour les actions, mais cependant entraîne une baisse des bénéfices et des dividendes futurs des entreprises, ce qui est une mauvaise nouvelle pour les actions. L’effet net sur le cours des actions est donc relié à l’importance relative des deux effets et évolue avec le temps en fonction de la situation économique.

Par le fait même, quand le US Département of Labor sort des données sur l’emploi, le marché considère qu’une baisse du taux de chômage est une « mauvaise nouvelle » pour les actions pendant les périodes d’expansion économique et une « bonne nouvelle » pour les périodes de contraction économique.

Revue de la semaine terminée le 5 juillet 2019

Les investisseurs ont maintenu leur optimisme quant au commerce mondial et aux taux d’intérêt durant cette semaine écourtée. Les États-Unis et la Chine sont convenus de reprendre les négociations et de ne pas imposer de nouveaux droits de douane, ce qui a fait monter la bourse lundi. Les menaces d’imposer des droits de douane sur les produits européens et la chute des prix du pétrole ont fait baisser les cours boursiers mardi. Le Dow et le S&P 500 ont augmenté de 0,3% et le Nasdaq s’est amélioré de 0,2%. Après avoir été fermé pour les vacances du 4 juillet, le rapport très attendu sur l’emploi aux USA a enregistré une performance plus forte que prévue vendredi, faisant baisser les stocks compte tenu des prévisions des taux d’intérêt sur le marché. Le Dow et le S & P500 ont baissé de 0,2% et le Nasdaq a plongé de 0,1%.

Valeur au 5 juillet Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 16541,99 159,79 0,98%
Dow Jones 27717,43 795,31 2,95%
Pétrole 58,38 0,95 1,65%
Or 1395,2 -11,00 -0,78%
CAD/USD 0,766 0,0044 0,58%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 8 au 12 juillet 2019

 

Nouvelles Économiques

Mardi : Canada, Données mise en chantier et permis de construction

Mercredi : Canada, rapport sur la politique monétaire, taux d’intérêt de la Banque Centrale

Jeudi :  Canada, Indice des prix à la consommation

Vendredi :  Etats-Unis, Indice des prix à la production (IPP) m / m

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi :  PepsiCo Inc,

Jeudi : Delta Air Lines Inc

Vendredi : Titan Energy LLC

Sur notre radar cette semaine                                                              

Cette semaine l’encaisse est roi.


Salutations,

Le S&P 500 atteint des niveaux record alors que les investisseurs parient sur une réduction des taux de la Réserve fédérale

Les marchés boursiers mondiaux ont progressé beaucoup depuis quelques semaines; alors que l’indice de référence américain S&P 500 atteignait un niveau record, le rendement des bonds du Trésor américain 10 ans est tombé sous la barre des 2%. Les investisseurs ont réagi au signal de la Réserve fédérale à l’effet que des baisses potentielles des taux sont envisageables.

Le taux directeur reste inchangé pour le prochain trimestre, mais la Réserve fédérale américaine s’est déclarée prête à abaisser ses taux d’intérêt pour la première fois depuis plus de dix ans, évoquant des « incertitudes » dans les perspectives qui ont renforcé les arguments en faveur d’une réduction, alors que les autorités cherchent à prolonger l’expansion économique quasi-record des États-Unis.

Après avoir touché des niveaux élevés dans les derniers jours, l’escalade des tensions avec l’Iran a ralenti la montée du prix des actions américaines. Le prix du pétrole a particulièrement été bousculé vers le haut à cause des craintes d’un conflit entre ces deux pays.

De son côté, l’or s’échangeait autour de 1 400 dollars l’once pour la première fois depuis 2013. Les espoirs de réduction de taux ont permis de faire baisser le dollar américain et l’or a tendance à se redresser lorsque le dollar s’affaiblit. Le drame persistant entourant les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine contribue également à faire progresser l’or. À moins que le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping ne parviennent à un accord lors du sommet du G20 qui se tiendra la semaine prochaine à Osaka au Japon, le prix de l’or pourrait continuer à grimper

Revue de la semaine terminée le 21 juin 2019

L’anticipation selon laquelle la Réserve fédérale américaine abaisserait les taux d’intérêt à fait monter les cours boursiers lundi. Le regain d’espoir suscité par les négociations commerciales à venir entre les États-Unis et la Chine a renforcé le sentiment et Wall Street a clôturé en forte hausse mardi. Le TSX du Canada a réussi à clôturer légèrement à la hausse mercredi à la suite de la déclaration de la Fed du maintien de son taux d’intérêt. Wall Street a grimpé en flèche jeudi, propulsé par la hausse des prix du pétrole brut et de l’or. Les marchés n’ont pratiquement pas bougé vendredi, le climat reste incertain.

Valeur au 21 juin Variation de la semaine Variation de la semaine %
Bourse de Toronto 16543,03 241,12

 

1,48%

 

Dow Jones 26816,57 726,96 2,79%
Pétrole ($US/baril) 57,49

 

5,45 10,47%

 

Or 1401,8 60,70 4,53%
CAD$/USD$ 0,757 0,0110 1,47%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 24 au 28 juin 2019

 

Nouvelles Économiques

Mardi : États-Unis: Confiance des consommateurs CB

Mercredi : Commandes de biens durables m / m

Jeudi : Réunion du G20, jour 1

Vendredi : Canada : PIB m / m

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi :  FedEx Corp

Jeudi : Accenture PLC, Nike Inc

Vendredi : Constellation Brands Inc

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

 

Salutations,

Revue boursière de la semaine terminée le 14 juin 2019

Morgan Stanley crie au loup!

Un des indicateurs économiques de la firme Morgan Stanley a baissé de façon record en juin annonçant l’arrivée prochaine d’une récession a indiqué la banque américaine jeudi dernier.  L’indicateur en question se nomme le Morgan Stanley Business Condition Index (MSBCI). Cet indicateur a été créé en 2002 pour identifier les points tournants de l’économie.

L’indice MSBCI a chuté de 32 points en juin à un niveau de 13 comparativement à un niveau de 45 le mois dernier, cette chute est la plus forte en un mois qu’ait connu cet indice. L’économiste Ellen Zetner a affirmé dans une note à ses clients qu’il y a une détérioration de la confiance économique dans tous les secteurs. Tous les sous-indices du MSBCI ont baissé en juin à l’exception des conditions de crédit qui ont profité de la baisse généralisée des taux d’intérêt. La baisse s’explique par des baisses importantes au niveau des embauches de nouveaux employés, des perspectives d’embauche par les employeurs et les plans d’investissements des entreprises.

Le niveau de 13 de l’indice est son plus bas niveau depuis décembre 2008. Contrairement à ce que l’on pourrait s’attendre, Trump et les négociations commerciales avec la Chine n’auraient pas eu un impact majeur sur cet indice selon Morgan Stanley. Le graphique ci-dessous illustre le MSBCI depuis 2008:

 

Revue de la semaine terminée le 14 juin 2019

L’anticipation d’un accord commercial entre les États-Unis et le Mexique a fait monter les indices boursiers en début de semaine. Mardi, la montée du cours des ressources naturelles a aidé le TSX à clôturer à la hausse. La tendance à la baisse est revenue en milieu de semaine, le prix du pétrole brut ayant entraîné une grande partie de la chute. Le lendemain, le secteur énergétique a rebondi et a aidé le TSX à enregistrer un gain modeste lors de la séance. Le TSX a continué de progresser vendredi en raison de la hausse des titres du secteur financier. En général, après avoir clôturé à la hausse pendant trois des cinq jours cette semaine, les actions canadiennes ont fini en hausse.

 

Ce que nous réserve la semaine du 17 au 21 juin 2019

 

Nouvelles économiques

Mardi : États-Unis: Permis de construction. Canada : Ventes manufacturières.

Mercredi : États-Unis: Taux directeur de la Réserve fédérale

Vendredi : Canada : Ventes au détails, indicateur des dépenses de consommation

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Adobe Inc

Mercredi : American Outdoor Brands Corp

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

 

Revue boursière de la semaine terminée le 31 mai 2019

Le S&P 500 pourrait encore chuter de 4%

L’une des figures d’analyse techniques qui identifie souvent un haut de marché est la formation tête-épaule. Depuis de début du mois de mai, le S&P 500 a baissé de 5% après avoir touché un sommet de 2950. De plus, les analystes de Bank of America Merrill Lynch pensent maintenant avoir détecté cette figure et ont écrit dans une lettre qu’après avoir brisé le support à 2800 points, le S&P 500 risquait maintenant de chuter jusqu’à 2650, soit une baisse additionnelle de 4%.

Voici la figure tête-épaule dans toute sa forme.

 

Voici le cours du S&P 500 pour les quatre derniers mois. On observe une première hausse qui s’est interrompue le 21 mars où se trouve à être la première épaule. Par la suite, on voit un rebond jusqu’à  2950 points au début du mois de mai pour former la tête. Vers la mi-mai le marché est retombé à 2800 points qui est la ligne de cou pour remonter 3 jours plus tard au sommet de l’épaule droite. Dans la dernière semaine, on a vu le cours de l’indice rechuter et briser le niveau critique de 2800 points. La littérature dit qu’on peut s’attendre à une autre baisse de 150 points étant donné qu’on vient de briser ce niveau critique. Si c’est le cas l’indice pourrait descendre jusqu’à 2650, soit d’un autre 150 points.

Revue de la semaine terminée le 31 mai 2019

La bourse américaine était fermée lundi. Mardi la possibilité d’une guerre commerciale avec la Chine a fait peur à Wall-Street ce qui a fait baisser la bourse. Mercredi les préoccupations de la croissance mondiale a fait clôturer la bourse à la baisse. Jeudi les marchés américains ont fermé un peu plus haut que le jour précédent malgré la peur des résultats des négociations des ententes commerciales. Vendredi le Nasdaq et le S&P 500 ont chuté de plus d’un pourcent à la baisse.

 

Ce que nous réserve la semaine du 3 au 7 juin 2019

 

Nouvelles Économiques

Lundi : Résultats de l’Indice PMI du secteur manufacturier au Etats-Unis. Évalue le niveau relatif des conditions des entreprises.

Mercredi : Résultats de l’Indice PMI non manufacturier aux États-Unis

Jeudi :  Publication de l’état de la balance commerciale du Canada

Vendredi : Données du taux de chômage canadien et américain

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Salesforce.Com Inc

Mercredi : American Eagle Outfitters Inc

Jeudi: Sears Hometown and Outlet Stores Inc

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

 

Revue boursière de la semaine terminée le 24 mai 2019 

Les marchés obligataires sont craintifs

La courbe des taux s’est inversée jeudi pour la deuxième fois depuis le début de l’année. Cette inversion reflète la peur grandissante d’une récession imminente de la part des investisseurs. Le taux sur les obligation américaines 10 ans était à son plus bas depuis 2017 pour s’échanger à 2,324% alors que la taux 1 an était légèrement au dessus à 2,327%.

Cette semaine, les investisseurs ont quitté le marché boursier pour aller se réfugier dans le marché obligataire. Ce qui explique pourquoi le Dow Jones était en baisse de 1,1% et le Nasdaq de 1,1%. Au Canada, le S&P TSX est en baisse de 1,31%.

Les tensions commerciales avec la Chine ont continué d’inquiéter Wall Street ce jeudi, les investisseurs croient de plus en plus que l’administration de Trump pourrait imposer des tarifs additionnels sur un 300 millions de biens chinois. Le gouvernement chinois, quant à lui, a porté des commentaires négatifs à l’égard du comportement des Américains dans les négociations ce qui reflète bien les tensions entre les deux gouvernements.

Ce vendredi, les marchés ont rebondi légèrement alors que Trump a déclaré qu’il « veut encore probablement atteindre un accord » avec la Chine. La bourse semble se redresser à la suite de cette déclaration, mais il est bien connu que Trump se fie au cours des indices boursiers pour faire ses déclarations et tenter d’en apaiser les baisses.

Les fonds Phoenix n’avait pas de titres en sa possession cette semaine, mais garde ses fonds en encaisse et attend des signaux de rebond pour entrer dans le marché.

Revue de la semaine terminée le 24 mai 2019

La bourse était fermée lundi à cause du congé férié. Mardi, l’optimisme entourant le commerce mondial a fait monter le cours des actions canadiennes. Mercredi les inquiétudes des investisseurs concernant les progrès de l’accord commercial sino-américain ont poussé la TSX à une clôture à la baisse. Les pertes du secteur de l’énergie ont entraîné la baisse du TSX jeudi. Vendredi, la bourse a légèrement rebondi pour finir en hausse.

(source : vectorvest)

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 27 au 31 mai 2019

 

Nouvelles Économiques

Lundi : Marché américain fermé

Mardi : La Reserve Bank publie un rapport semestriel sur la stabilité financière

Mercredi : La banque du Canada publie son taux directeur

Jeudi :  Données trimestrielles du PIB américain

Vendredi : Données mensuelles du PIB canadien

Compagnies publiant leurs résultats

Mercredi : Keysight Technologies Inc

Jeudi: Costco Wholesale Corp, Gap Inc, Dollar General Corp

 

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

Revue boursière de la semaine terminée le 17 mai 2019

Prédictions boursières des experts…

Le Moneyshow de Las Vegas se tenait la semaine dernière. Cette réunion annuelle donne l’occasion à plusieurs gestionnaires et éditeurs de lettres financières à venir présenter leurs perspectives sur l’économie et le monde de l’investissement. Le message qui revient le plus souvent dans ce genre de conférence est que rien ne bat le marché boursier à long terme…

À court terme toutefois, les attentes varient beaucoup entre ceux qui recourent à  l’analyse fondamentale et ceux qui se fient plutôt à l’analyse technique.

Les fondamentalistes comme Steve Forbes, Stephen Moore ou Louis Navelier sont unanimes à dire que l’économie va bien, le chômage est bas, les compagnies sont prospères et que ce serait une grave erreur de déserter le marché boursier. Ces investisseurs sont convaincus que la guerre commerciale avec la Chine est un problème temporaire qui sera résolu sous peu et que la baisse des derniers jours représente une occasion d’achat. À long terme il est prouvé qu’il est payant d’être optimiste, mais quand celui qui vous donne une opinion est toujours optimiste, on ne peut pas vraiment compter sur lui pour avoir une opinion contraire même pour une courte période…

Les analystes techniques tentent quant à eux à fournir des prédictions à plus court terme en se fiant aux graphiques et aux mouvements passés des marchés. L’hypothèse est que les hauts et les bas de marchés sont cycliques et que les cycles ont tendance à se répéter. On regarde le comportement récent de la bourse, on le compare à des mouvements passés et on tente d’y voir des répétitions qui donneraient des indications sur la suite des choses.

En regardant les mêmes graphiques, des analystes techniques ont présenté des prédictions totalement opposées pour ce qui est attendu pour les prochains mois. Craig Johnson, analyste senior à la firme Piper Jaffray & Co croit que nous avons connu le sommet pour 2019. Les prochains mois seront une période de consolidation ou le S&P 500 devrait se maintenir entre 2500 et 2900 points pour finir l’année à 2725 points (le S&P 500 a fini la semaine à 2859 points). Jeffrey Hirsh croit que la bourse devrait monter en juin et redescendre de juillet à décembre, il base ses attentes sur le fait que nous sommes dans la troisième année du cycle présidentiel aux États-Unis et qu’historiquement la deuxième moitié de l’année présente une baisse en moyenne. Enfin, Steve Miller croit que la bourse pourrait baisser de 5% à 7% d’ici le 15 juin avant de rebondir fortement et atteindre de nouveaux sommets avant la fin de l’été.

Personne à ce jour n’a réussi à prouver qu’il pouvait prédire la direction des marchés boursiers sans jamais se tromper. On constate depuis 2 semaines que la forte tendance haussière du début de l’année est mise à rude épreuve. On a le droit de s’inquiéter des mouvements à court terme, mais cela ne changera pas qu’à long terme ce seront les optimistes qui devraient avoir raison et la bourse devrait monter… Les marins vous diront que si vous avez le mal de mer, il est préférable de regarder au loin que de vous concentrer sur le roulis du bateau… Ce conseil peut aussi s’appliquer à la bourse.

 

Revue de la semaine terminée le 17 mai 2019

Cette semaine la bourse nous amenait faire une tour sur les montagnes russes des tarifs douaniers.  On débutait la semaine par une forte descente causée par une réplique de la Chine à l’imposition des tarifs américains.  Puis on avait droit à un peu de calme mardi et mercredi alors que le ton s’adoucissait et que les États-Unis retardaient les tarifs sur les importations d’automobiles.  On remontait ainsi une partie de la descente de lundi.  Jeudi, on avait droit à une variation de notre menu douanier alors que de bons résultats de Walmart et Cisco faisaient monter la bourse.  Puis vendredi, on rechutait alors que les tensions en Chine faisaient ombrage a l’embellie constatée quant à l’accord de libre-échange entre le Mexique, le Canada et les États-Unis.

(source : vectorvest)

 

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 20 au 24 mai 2019

Nouvelles Économiques

Lundi : Marché canadien fermé

Mardi : Ventes des maisons existantes aux États-Unis

Mercredi : Publications des minutes de la dernière rencontre de la Réserve fédérale américaine et données sur l’inflation canadienne et ventes au détail canadiennes

Jeudi :  Ventes de gros au Canada et ventes des maisons existantes aux États-Unis

Vendredi : Commandes de biens durables américaines

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Home Depot, TJX Company

Mercredi : CIBC, The Kraft Heinz Co., Target

Jeudi: Banques Royales et TD.

Vendredi : CAE inc, Deere inc.

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

 

Revue boursière de la semaine terminée le 10 mai 2019

La tendance boursière s’inverse…

La bourse a connu sa pire semaine de l’année la semaine dernière. Le Dow Jones était en baisse de plus de 2% pendant que le Nasdaq baissait de plus de 3%. Au Canada, la bourse chutait d’un peu plus de 1%. Depuis le sommet touché le 23 avril, le Dow Jones est en baisse de 2,82% pendant que le S&P TSX affiche une baisse de 2,23%.

La tendance baissière a été provoquée par une intensification des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. La menace de l’imposition de tarifs douaniers et leur mise en place vendredi ont fait changer les perspectives des marchés à travers le monde.

Des commentaires relativement positifs sur l’état des négociations vendredi ont fait rebondir les marchés en fin de journée. Les participants au marché boursier ne semblent pas croire que les tensions commerciales vont durer longtemps et la moindre bonne nouvelle de ce côté pourrait relancer les marchés à la hausse.

Il est raisonnable de croire que les marchés vont connaître de meilleurs jours cette année. L’économie va bien, le chômage est très bas et les perspectives de profits des entreprises sont toujours en hausse. Une correction comme celle qui semble se dessiner depuis le 23 avril représente dans un tel environnement une occasion d’achat. Les investisseurs les plus agressifs ont commencé à acheter vendredi quand la rumeur voulait que les négociations allaient bon train. Les investisseurs plus prudents choisiront d’attendre l’annonce d’un nouvel accord commercial entre la Chine et les États-Unis avant de risquer leur capital.

Les fonds Phoenix avaient liquidé tous leurs placements en action avant la correction et se préparent à réinvestir dès qu’une nouvelle tendance à la hausse se matérialisera. L’approche de la prudence nous semble la meilleure dans les circonstances.

Revue de la semaine terminée le 10 mai 2019

Les négociations commerciales avec la Chine tenaient le haut du pavé sur les marchés boursiers.  En effet, lundi, la bourse chutait lourdement en début de séance suite au tweet de Donald Trump au sujet des négociations avec la Chine.  Puis les marchés reprenaient de la vigueur pour effacer une bonne partie des pertes et on évitait le désastre.  Puis mardi, on comprenait que la Chine avait voulu renégocier des termes sur lesquels il y avait déjà eu entente.  Ceci nous donnait la pire journée de la semaine.  Mercredi les marchés terminaient la journée au neutre puis jeudi nous avions droit à une faible baisse.  Le tout mené par les impressions données par les négociations avec la Chine.  Et finalement vendredi, les sentiments étaient positifs sur le dénouement de ces négociations et les marchés américains montaient, alors qu’au Canada, on limitait nos pertes.

(source : vectorvest)

 

Ce que nous réserve la semaine du 13 au 17 mai  2019

 

Nouvelles Économiques

Mercredi : Données sur l’inflation canadienne et ventes au détail américaines

Jeudi :  Rapport sur les ventes du secteur manufacturier au Canada

Compagnies publiant leurs résultats :

 

Lundi : Stornaway Diamond

Mercredi : Alibaba, Macy’s

Jeudi: Walmart

Vendredi : CAE inc., Deere inc.

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

 

 

 

Revue boursière de la semaine terminée le 3 mai 2019

Est-ce qu’un tweet peut tout changer?

La revue de la semaine devait expliquer en quoi tout allait bien et commenter la progression fulgurante des « fang » cette année. Donald Trump a pris le devant de l’actualité dans la journée de dimanche en publiant un tweet dans lequel il menace la Chine de droits de douanes à compter de vendredi prochain. Des rencontres de négociations dites finales sont prévues entre Chinois et américains ce mercredi.

Les chinois remettraient en question leur présence à la table des négociations selon certaines sources du réseau CNBC.

La bourse de Shangai a baissé de 5.58% dans la nuit de dimanche à lundi et celle de Shenzen chutait de 7,38%. Les bourses européennes étaient toutes en baisse à l’ouverture et les contrats à terme annonçaient une baisse des marchés nord-américains de près de 2% avant l’ouverture lundi matin.

Un sondage publié la semaine dernière annonçait que les marchés financiers étaient convaincus qu’une solution à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis était pour avoir un dénouement favorable sous peu. La missive de Donald Trump sur Twitter est venue jeter une douche froide sur le vent d’optimisme qui prévalait sur le marché boursier depuis le début de l’année.

Il n’est généralement pas permis aux conseillers financiers de faire des promesses sur un sujet qui concerne l’avenir… Il n’est toutefois pas trop risqué de dire qu’on s’attend à ce que les nouvelles financières de la semaine parleront de la guerre commerciale avec la Chine…


Revue de la semaine terminée le 3 mai 2019

Nous avions droit à une journée boursière sans histoires aux États-Unis lundi dernier, alors qu’au Canada, la baisse du prix de l’or faisait chuter la bourse. Mardi la bourse canadienne chutait quelque peu, les données sur le produit intérieur brut canadien décevaient.  Aux États-Unis on montait un peu, le produit intérieur brut de l’Europe réjouissait les investisseurs. Puis mercredi et jeudi étaient des journées négatives alors que la Réserve fédérale américaine enlevait tout espoir de baisse des taux d’intérêt pour 2019.  Finalement vendredi, un excellent rapport sur l’emploi américain, de même que d’excellents résultats corporatifs faisaient monter les marchés.

(source : vectorvest)

Ce que nous réserve la semaine du 6 au 10 mai  2019

 

Nouvelles Économiques

Mercredi : Mises en chantier au Canada

Jeudi :  Rapport sur les ventes de gros ainsi que sur la balance commerciale, le tout aux États-Unis

Vendredi : Données sur l’inflation américaine ainsi que le rapport sur l’emploi canadien

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Air-Canada,

Mardi : Allergan, Kinross Gold, George Weston

Mercredi : Barrick Gold, Walt Disney, Sun Life, Thompson, Reuters

Jeudi: Algonquin Power, Telus

Vendredi : Enbridge

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

 

Revue boursière de la semaine terminée le 18 avril 2019

Les marchés hésitent à se réjouir des résultats du dernier trimestre

 

Nous sommes en pleine saison de divulgation des résultats financiers pour le trimestre terminé le 31 mars dernier. Depuis le 5 avril la bourse américaine a progressé de 0,9% selon le S&P500 et la canadienne de près de 2% selon le S&P TSX. Il est à noter que les petites capitalisations canadiennes et américaines sont en légère baisses pour la même période.

Au Canada, de grandes entreprises comme le CP et TFI international feront connaître leurs derniers chiffres demain et donneront le ton à la saison canadienne.

Aux États-Unis, 75 compagnies membres du S&P500 ont fait connaître leurs résultats du premier trimestre de 2019. De ces compagnies,78% ont eu des profits supérieurs aux attentes des analystes et 53% ont présenté des chiffres d’affaires plus grands qu’attendus. Les analystes avaient revu à la baisse les prévisions de profits avant la saison des résultats. En moyenne, les analystes s’attendaient à une baisse des profits de 3,9% par rapport à l’an dernier et un chiffre d’affaires 5% plus élevé.

Revue de la semaine terminée le 18 avril 2019

Des résultats corporatifs décevants pour Citigroup et Goldman Sachs entrainaient la bourse américaine en territoire négatif, alors que la hausse du prix des ressources faisait monter les marchés au Canada.  Mardi, de bons résultats corporatifs et de bonnes données économiques faisaient monter la bourse américaine, alors qu’on restait au neutre au Canada.  L’élection d’un gouvernement favorable au pétrole faisait monter la bourse canadienne mercredi, alors que les craintes de réglementation plus restrictives pour les soins de santé chez nos voisins du sud faisaient ombrage aux bons résultats corporatifs et la bourse américaine terminait la journée au neutre.  Jeudi, les marchés montaient suite à de bonnes données sur les ventes au détail.  Vendredi, la bourse était fermée pour le Vendredi saint.

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés:

Ce que nous réserve la semaine du 22 au 26 avril  2019

Nouvelles Économiques

Lundi : Ventes des maisons existantes aux États-Unis

Mercredi : Misa à jour de la politique monétaire canadienne, y compris les taux d’intérêt

Jeudi :  Ventes de gros américaines

Vendredi : Produit intérieur brut aux États-Unis

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Whirlpool

Mardi : Chemin de fer Canadien Pacifique, TFI International,Coca Cola, EBay, Teck Ressources, Verizon

Mercredi : AT&T, Boeing, Cenovus Energy, Dominos Pizza, Facebook, Microsoft, Tesla, Visa

Jeudi: Amazon, Comcast, Intel Ford, Starbuck

Vendredi : Chevron, Exxon Mobil, Husky Energy

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.

Revue boursière de la semaine terminée le 12 avril 2019

L’optimisme revient sur le marché obligataire

Il y a un mois, on parlait d’une possibilité de récession vu que la courbe des taux d’intérêt était inversée. On dit que la courbe des taux est inversée quand les taux d’intérêt à long terme sont inférieurs aux taux à court terme. Il arrive parfois que la courbe des taux  s’inverse et qu’il n’y ait pas de récession, mais toutes les récessions sont précédées par une telle inversion.

Quand l’ancienne chef de la Réserve fédérale américaine Jannet Yellen a été interviewée sur la question d’une possible récession le mois dernier, elle a affirmé que l’inversion était possiblement le signe que les taux avaient un peu trop monté et que c’était plutôt un signe de ne plus hausser les taux et peut-être même les descendre…

La bonne situation de l’emploi a ramené une courbe normale des taux il y a deux semaines. Les procès verbaux de la Fed publiés mercredi dernier ont rassuré les marchés qu’aucune hausse de taux ne devrait avoir lieu cette année. Les hausses de taux attendues l’an dernier ont participé à la faiblesse des marchés en 2018. Le contraire est maintenant attendu en 2019.

Le Groupe CME, spécialisé dans les produits dérivés calcule que la probabilité d’une hausse de taux est nulle pour 2019 et qu’il y a 39% des chances que les taux soient plus bas que les taux actuels d’ici la fin de l’année comme le montre le graphique ci-dessous:

 


Revue de la semaine terminée le 12 avril 2019

Les craintes d’un ralentissement de l’économie faisaient chuter la bourse américaine en début de semaine, alors qu’au Canada, la hausse du prix du pétrole limitait les pertes et permettait au marché canadien de terminer au neutre.  Mardi, le Fonds Monétaire International réduisait ses prévisions économiques ce qui faisait chuter la bourse.  Mercredi et jeudi étaient des journées sans grands changements.  Puis vendredi, c’était le début de la saison des résultats et ceux-ci réjouissaient les marchés, alors vendredi était une journée positive.

(source : vectorvest)

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 15 au 19 avril  2019

 

Nouvelles Économiques

Mardi : Ventes du secteur manufacturier canadien et ventes au détail américaines

Mercredi : Données sur l’inflation canadiennes

Jeudi :  Ventes au détail canadiennes

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Aphria, Goldman Satch

Mardi : Bank of America, Blackrock, IBM, Johnson & Johnson, Netflix, United Health

Mercredi : Alcoa, Metro Richelieu, Pepsi

Jeudi: Alcoa, Rogers Communication

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine l’encaisse est roi.