Reprise en V remise en question





La bourse canadienne est passée de 17944 points le 22 février à 11 228 points le 23 mars, soit une baisse de plus de 37% en à peine un mois. Mercredi dernier le TSX atteignait les 15 228 points récupérant ainsi 4000 des 6716 points perdus. Les investisseurs se sont mis à croire que le sommet de février serait atteint de nouveau bientôt marquant sur le graphique une reprise en forme de la lettre V. 

L’argumentaire pour justifier une reprise en V est que la bourse est un jeu d’anticipation et que la baisse affichée en mars reflétait le ralentissement économique des 6 mois à venir. En entrevoyant un déconfinement, l’économie reviendra à la normale d’ici 6 mois et la bourse serait justifiée de revenir au niveau de février. Certains pensent que la consommation qui n’a pas eu lieu au cours des dernières semaines créera une demande supplémentaire qui propulsera l’économie dans la deuxième moitié de l’année. Le graphique ci-dessous montre bien le début de reprise en V qui s’annonçait:

D’autres pensent que la bourse n’est pas une aubaine et que les choses pourraient empirer avant de s’améliorer. La thèse d’une reprise en W est revenue sur plusieurs lèvres de commentateurs financiers. La crainte d’une deuxième vague de propagation du coronavirus et que les marchés aient sous-évalué l’impact sur l’économie de la première vague de la pandémie ferait en sorte que la bourse pourrait redescendre à son niveau de mars.

Warren Buffet semble faire partie de ceux qui croient que les aubaines sont rares dans le marché actuel. Il avait 127 milliards de liquidités dans son portefeuille le 31 décembre dernier et en avait 137 milliards le 31 mars 2020. Il a vendu toutes les actions qu’il détenait dans des compagnies aériennes au cours des 3 derniers mois et n’a pas redéployé ce capital.

Personne ne peut prédire l’avenir, mais en sachant que la bourse se vend à 19 fois les profits prévus pour la prochaine année, j’ai plus tendance à penser que les tenants de la reprise en W auront raison… La prudence serait toujours de mise.

Revue de la semaine terminée le 1er mai 2020

La Bourse de Toronto a débuté la semaine sur une note positive soutenue par des nouvelles d’assouplissement financier annoncées ailleurs dans le monde et des indices que le déconfinement aurait lieu bientôt. La hausse des prix du pétrole a soutenu la bourse mardi. Mercredi, la Réserve fédérale américaine annonçait que les taux d’intérêts resteraient près de 0 % jusqu’à ce que le plein emploi soit atteint ce qui poussait les marchés fortement en hausse.  Jeudi des nouvelles économiques décevantes sur le marché de l’emploi amenaient les marchés à la baisse. Vendredi des résultats décevants de Amazon et Apple et des menaces d’imposition de droits de douane aux Chinois par les Américains faisaient chuter les marchés. En hausse pendant 3 séances sur 5, la bourse canadienne a fini la semaine en hausse globalement.

Valeur au 1 er mai Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 14 620,34 199,98 1,39%
Dow Jones 23 723,69 -51,56 -0,22%
Pétrole 19,78 2,84  16,76%
Or 1 700,90 -34,70 -1,99%
CAD/USD 0,7104 0,0016 0,23%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 


Ce que nous réserve la semaine du 4 mai au 8 mai 2020

 

Nouvelles économiques

Mardi : États-Unis, indice ISM non manufacturier

Mercredi : États-Unis, ADP rapport sur l’emploi

Jeudi :  États-Unis, Demandes de chômage

Vendredi :Canada, rapport sur l’emploi
États-Unis,rapport sur l’emploi

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi: Air Canada, Iamgold, Skyworks Solution, Groupe TVA,

Mardi : Aecom, Beyond Meat, Coca-Cola,  Kinross Gold, Methanex, Newmont, Sun Life, Suncor,  George Weston

Mercredi : Barrick Gold, Boralex, Calfrac Well Services, Franco Nevada, Fortis,  Kirkland Lake Gold, Metlife Inc., Parkland Fuel,  Shopify, Stantec

Jeudi: BCE Inc., Baytex Energy, Canadian Natural Ressources, Enbridge, Magna International, Mettler-Toledo, NFI Group, SNC Lavallin, Telus,

Vendredi:
  Brookfield Infrastucture, Dorel Industries, Enerplus, Hydro One limited, Lassonde Industries, Sprott,  Total S.A., Domtar

 

 

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi,

 

Salutations,

Grosse semaine à venir en bourse!





Depuis son sommet du 19 février dernier, la bourse américaine a chuté de 35% jusqu’au 23 mars pour remonter de 29% en date de vendredi dernier. Nous ne sommes plus qu’à 19% du niveau du record atteint il y a deux mois. Au Canada, on a connu une baisse de près de 38% et un rebond de 29%, de sorte que l’on est à 24% du record de février. Pour ceux qui doutent de l’exactitude des chiffres précédents, vous devez comprendre qu’un placement qui a baissé de 35% doit remonter de 53,84% pour revenir à sa valeur initiale…

La remontée rapide des marchés s’explique par l’annonce de mesures de stimulations fiscales aux États-Unis et ailleurs dans le monde suivi par des assouplissements quantitatifs par les grandes banques centrales. La Réserve fédérale américaine avait annoncé en mars qu’elle ferait tout ce qu’il faut pour soutenir l’économie. La Réserve fédérale se réunit à nouveau cette semaine et les investisseurs seront curieux d’en apprendre plus sur ce que la banque centrale américaine avait voulu dire au juste le mois dernier.

140 des 500 compagnies du S&P500 annonceront leurs résultats financiers cette semaine. Parmi les compagnies qui présenteront leurs derniers résultats figureront les entreprises qui ont mené la dernière charge à la hausse: Facebook, Apple, Amazon et Google. Les analystes s’attendent à ce que les profits des entreprises du S&P500 soient en baisse de 14% par rapport à l’an dernier pour le trimestre terminé le 31 mars et on évalue que la baisse pourrait atteindre 32% pour le trimestre suivant. On espère une croissance par la suite. Les investisseurs seront attentifs aux commentaires des dirigeants pour jauger si le rebond que l’on connaît depuis un mois est justifié.  

 

Revue de la semaine terminée le 24 avril 2020

La Bourse de Toronto a débuté la semaine sur une note positive soutenue par le secteur de la santé. L’effondrement des prix du pétrole a tiré la bourse en baisse mardi. La situation s’inversait mercredi quand on a vu les contrats à terme sur le pétrole de juin se redresser. Les peurs entourant la covid-19 faisaient baisser la bourse jeudi. Le secteur des ressources reprenait de la vigueur vendredi et la bourse finissait en hausse. L’indice de la bourse de Toronto a donc connu 3 séances positives pour terminer la semaine en légère hausse.

Valeur au 24 avril Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 14 420,36 60,48 0,42%
Dow Jones 23 775,27 -467,22 -1,92%
Pétrole 16,94 -1,33 -7,27%
Or 1 735,60 36,80 2,17%
CAD/USD 0,7088 -0,0046 -0,64%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 27 avril au 1er mai 2020

 

Nouvelles économiques

Mardi : États-Unis confiance des consommateurs

Mercredi : États-Unis PIB, Déclaration FMOC, Indice PMI chinois

Jeudi : Canada PIB
États-Unis, Demandes de chômage
Vendredi : États-Unis, Indice ISm Manufacturier

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi: Canadien National,

Mardi : ABB ltd, Caterpillar, Cummins, Ford, Alphabet, 3M, Merck, Pepsico, Pfizer, Starbucks, Vermilion Energy, Xerox

Mercredi : Aflac, Boeing, Boston Scientific,  Cenovus Energy, Ebay, Facebook, CGI Inc, Gildan, Husky Energy,  Qualcomm, Tesla, Valero

Jeudi: American Airlines, Apple, Agnico Eagle, Amgen, Amazon, Comcast, Gilead, Moody’s, MTY food, Open Text, Precision Drilling, Rogers, Twitter, Visa, Yamana Gold

Vendredi:
  AbbVie, Berkshire Hattaway, Cameco, Clorox, Chevron, HSBC, Johnson Controls, Imperial Oil, Restaurant Brands, Exxon Mobil

 

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi,

Salutations

L’espoir soutient les marchés

 Tout discours des autorités gouvernementales sur un prochain dé-confinement a été perçu positivement par les différents marchés boursiers à travers le monde. La plus grosse lueur d’espoir est survenue après la fermeture des marchés jeudi et explique la forte hausse que l’on a connue vendredi.

Le marché boursier est ouvert de 9h30 à 16h de sorte que si une nouvelle sort après la fermeture du marché, son impact ne sera vu que le lendemain. Le marché des contrats à terme est ouvert presque 24h/24 du dimanche soir au vendredi soir. Vers 16h30 jeudi, une revue médicale, Stat News, faisait connaître les résultats d’un échantillon d’une étude sur un médicament, le Remdesivir, accompagné d’une vidéo qui laissait croire qu’on avait enfin trouvé le médicament contre les complications liées au Covid-19. Les contrats à terme montaient de 3% et l’action de Gilead, la société qui produit le Remdesivir montait de plus de 16% sur les transactions électroniques d’après-marché. L’université de Chicago a administré le Remdesivir à 113 patients qui étaient aux soins intensifs et la plupart d’entre eux quittaient l’hôpital en moins d’une semaine et seulement 2 sont décédés.

J’ai annoncé l’heureuse nouvelle à ma femme et mes enfants et on s’est tous mis à tenter d’estimer combien de jours nous séparaient d’un dé-confinement et d’un retour à la normale. Notre première grande surprise a été de constater que personne ne parlait de cette nouvelle au téléjournal de Radio-Canada, la nouvelle n’a fait l’objet que d’un entrefilet dans La Presse de vendredi.

La compagnie Gilead a annoncé vendredi qu’il était trop tôt pour conclure que le médicament est efficace, que des études sont présentement faites sur plus de 2400 patients et qu’on ne pourra conclure de l’efficacité du Remdesivir avant plusieurs semaines. L’action de Gilead montait finalement de 9,73% vendredi, pendant le S&P500 progressait de 2,68%.

Les analystes financiers ont revu à la baisse leurs attentes de profits. Au début de l’année, on attendait une croissance de profit de 12% sur les prochains 12 mois. La moyenne des attentes de profits mise maintenant sur une hausse de 8% avec de fortes baisses pour les trimestres de mars et juin suivis de reprises par la suite. L’espoir de voir les profits croître permet encore d’espérer une reprise soutenue des marchés boursiers dans la deuxième moitié de l’année. Le graphique ci-dessous montre l’évolution de la moyenne des attentes compilée par la firme Yardeni Research en date du 16 avril 2020.

Revue de la semaine terminée le 17 avril 2020

La Bourse de Toronto a clôturé à la baisse au cours de la première session de la semaine,la baisse était motivée par de craintes autour de la Covid-19. Des nouvelles positives sur l’économie chinoise ont soutenu le marché mardi. Mercredi c’était un retour aux craintes entourant l’épidémie qui faisait baisser la bourse. Jeudi, le secteur des ressources montrait un peu plus de vigueur et l’indice TSX finissait en hausse. Vendredi les nouvelles de réouverture prochaine de l’économie et d’un possible médicament efficace faisait monter la bourse. Le marché canadien a eu 3 journées sur 5 en hausse et a fini la semaine avec un gain de 1,36%

Valeur au 17 avril Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 14 359,88 193,25 1,36%
Dow Jones 24 242,49 523,12 2,20%
Pétrole 18,27 -4,49 -19,72%
Or 1 698,80 -54,00 -3,08%
CAD/USD 0,7135 0,0023 -0,32%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 20 au 24 avril 2020

Nouvelles économiques

Mardi : Canada, Ventes au détail (mars)

Mercredi : Canada, Indice des prix à la consommation

Jeudi : États-Unis, Demandes de chômage
États-Unis, Flash Indice PMI

Vendredi : États-Unis, Commandes de biens durables

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi: Equifax, Halliburton, IBM, United Airlines

Mardi : Chubb Limited, Chipotle Mexican Grill, Canadien Pacifique, Lockheed Martin, Netflix, SAP, Teck resource, TFI international, Texas instruments,

Mercredi : Alcoa, Biogen,  CSX, Las Vegas Sands,  Metro, Nasdaq Inc., Novartis, Rogers Communications, AT&T,

Jeudi: Canfor, Illumina Inc., Intel Corporation, Invesco, 3M Company, MTY Foods, Vermilion Energy,

Vendredi:
  Astrazeneca, Sanofi,

 

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi,

 


Salutations

Une des 10 meilleures semaines en bourse depuis les années 1930!

Le chute des marchés boursiers a presque été contrebalancée par une forte reprise de son creux en à peine quelques semaines. À la clôture du 9 avril, le S&P 500 avait rebondit de presque 25% par rapport à son creux atteint le 23 mars. La moyenne générale du marché a également récupéré la moitié de sa baisse initiale par rapport à son niveau record. Le Dow Jones est en hausse de plus de 28% par rapport à son creux de fin mars, tandis que le Nasdaq Composite a bondi de 19,1% pendant cette même période.

Le retour du marché a été principalement alimenté par trois facteurs:

  •         Une amélioration des perspectives sur l’épidémie de coronavirus
  •         Stimulation monétaire et fiscale massive
  •         Stabilisation des prix du pétrole

La semaine dernière, le Dow a enregistré sa septième meilleure performance hebdomadaire de tous les temps tandis que le S&P 500 a affiché son plus gros gain sur une semaine depuis 1974. La cinquième meilleure semaine du Dow a été le 27 mars, montrant le caractère historique de ce rebond.

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré jeudi que le bilan américain des décès dus au coronavirus « ressemble plus à 60 000 personnes ». C’est bien en deçà des estimations initiales de l’administration Trump, qui variaient d’environ 100 000 à plus de 200 000 décès. Fauci a ajouté que des tests pour le coronavirus ont été développés et seront disponibles «très bientôt».

 

Revue de la semaine terminée le 9 avril 2020

La Bourse de Toronto a clôturé à la hausse au cours de la première session de la semaine, alors que la nouvelle que les nouveaux cas de COVID-19 ralentissaient a rassuré les investisseurs. Les gains se sont poursuivis mardi, la vigueur des secteurs immobilier et financier a soutenu l’indice principal du Canada. D’autres nouvelles du ralentissement des nouveaux cas de coronavirus a donné aux investisseurs une raison de racheter des actions mercredi et le Dow, le S&P 500 et le Nasdaq ont respectivement augmenté de 3,4%, 3,4% et 2,6%. La Réserve fédérale américaine a annoncé jeudi des mesures de relance supplémentaires que Wall Street a approuvées. Le Dow Jones a gagné 1,2%, le S&P500 s’est amélioré de 1,5% et le Nasdaq a ajouté 0,7%. Les principaux indices ont tous enregistré une belle victoire au cours de la semaine raccourcie par le congé de Pâques.

Valeur au 9 avril Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 14 166,63 1 228,33 9,49%
Dow Jones 23 719,37 2 666,84 12,67%
Pétrole 22,76 -5,59 -19,72%
Or 1 752,80 107,10 6,51%
CAD/USD 0,7158 0,01 1,17%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 13 au 17 avril 2020

Nouvelles économiques

Lundi : États-Unis, Indice prix à l’importation

Mardi : États-Unis, Ventes au détail (mars)

Mercredi : Canada, Décision de la Banque du Canada sur les taux d’intérêt

Jeudi : États-Unis, Demandes de chômage

Vendredi : États-Unis, Inventaires de pétrole

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Johnson & Johnson, JPMorgan Chase, Wells Fargo

Mercredi : UnitedHealth Group, Aphria Inc

Jeudi: Blackrock Inc, Taiwan Semi ADS

 

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi,

 

Salutations

Voici comment la crise va se terminer.



Voici comment la crise va se terminer, tel était le titre d’un article publié par l’agence d’information financière Bloomberg au cours du week-end. Espérant enfin avoir un réponse à vous donner dans la chronique financière d’aujourd’hui, je me suis plongé dans la lecture de l’article…

La vraie réponse: on ne le sait pas… Mais l’espoir revient tranquillement sur les marchés financiers.

La baisse du nombre de décès en Italie et en Espagne au cours du week-end laissent croire que le pire est peut-être derrière eux. Aux États-Unis Donald Trump annonçait que le pire pourrait être atteint cette semaine. De plus en plus d’investisseurs commencent à croire qu’il y a une lumière au bout du tunnel.

Une des voies de sortie de la pandémie est que tout le monde soit immunisé après avoir contracté le virus. On peut aussi espérer qu’un vaccin soit mis sur le marché pour nous immuniser.   Bill Ackman, investisseur activiste reconnu, a lancé un tweet affirmant que les cas de Covid-19 asymptomatiques seraient 50 fois plus nombreux que ce qui est présentement annoncé. Ce n’est que lorsque la pandémie sera terminée que l’on connaîtra vraiment le pourcentage de la population qui a eu le virus.

L’indice VIX qui mesure la volatilité prévue de la bourse américaine, qui est surnommé l’indice de la peur, a dépassé le sommet atteint pendant la crise financière de 2008, le 18 mars dernier. On dit que le niveau habituel du VIX est autour de 15, il a dépassé le niveau de 80 il y a deux semaines et régresse depuis. Voici une image de l’évolution de la peur au cours de la dernière année:

On pourra croire que la crise sera terminée quand on verra le VIX sous la barre de 15 et que la bourse recommencera à monter…

Revue de la semaine terminée le 3 avril 2020

Le TSX a amorcé la semaine sur une note positive, les titres énergétiques ayant mené la charge. Les actions canadiennes ont continué de progresser mardi, les parts de l’énergie et des ressources fournissant un soutien. Les craintes liées aux coronavirus sont revenues en milieu de semaine et les marchés canadiens ont terminé à la baisse. Au cours du premier trimestre, le Dow Jones, le S & P500 et le Nasdaq ont perdu 23,2%, 20,0% et 14,2% respectivement. Le rebond des prix du brut a stimulé le sentiment jeudi et les actions canadiennes ont clôturé à la hausse. Les données décevantes sur l’emploi aux États-Unis et la baisse des valeurs financières et industrielles se sont conjuguées pour faire baisser les actions canadiennes vendredi. Bien que la Bourse de Toronto ait progressé en seulement deux des cinq séances cette semaine, les actions canadiennes ont réussi à enregistrer un gain.

Valeur au 27 mars Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 12 938,30 250,56 1,97%
Dow Jones 21 052,53 -584,25 -2,70%
Pétrole 28,35 8,12 40,14%
Or 1,645,70 -8,31 -0,50%
CAD/USD 0,7075 -0,01 -1,11%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 6 au 10 avril 2020

 

Nouvelles économiques

Lundi : Canada, Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada

Mardi : Canada, L’Indice Ivey des Directeurs d’Achat (PMI)

Mercredi : Canada, mise en chantier

 

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Northern Tech

Mercredi : Cogeco Inc, Goodfood Market

Jeudi: Shaw Comm B

 

 

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi,

Salutations

Meilleure semaine en bourse des 87 dernières années, puis après?

Aucun texte alternatif pour cette image

La bourse a connu sa meilleure semaine depuis les années 1930. Le Dow Jones a progressé de plus de 12% pendant que le S&P TSX de la bourse de Toronto montait de plus de 7%. Les mesures de sauvetages de l’économie déployées par les banques centrales et les mesures d’injection d’argent dans l’économie sans précédent de la part des gouvernements expliquent ce sauvetage des marchés boursiers.

On ne sait pas combien de temps durera l’épidémie ni son effet réel à long terme. Selon Goldman Sachs, on pourra croire que le bas du marché aura été atteint quand de réels progrès auront été faits dans la lutte à l’épidémie et qu’on verra les effets positifs des mesures annoncées la semaine dernière dans l’économie réelle. En attendant, les professionnels de l’investissement révisent leurs estimations de la sortie de crise. On vous parlait la semaine dernière du sondage de la firme Brendan Wood auprès des analystes financier qui démontrait que la majorité de ceux-ci s’attendaient à ce que la crise durerait 3 mois. Une semaine plus tard, la majorité s’attend à ce que cela prenne 6 mois ou plus comme le démontrent les réponses aux questions suivantes:

1) Envisagez-vous d’être un acheteur net à court terme dans les 3 prochains mois? (acheteur net signifie posséder plus d’actions que vous ne le faites aujourd’hui.)

Oui = 93% (92% la semaine dernière)

Non = 7% (8% la semaine dernière)

2) Achèterez-vous en utilisant vos liquidités ou en changeant des positions existantes en titre de meilleure qualité qui étaient trop chers mais qui sont devenus moins chers?

Liquidités = 35% (41%la semaine dernière)

Changement de titres existants en titres de meilleure qualité = 58% (51% la semaine dernière)

3) Combien de temps pensez-vous que la diminution des dépenses réelles, la baisse des revenus et les problèmes de chaîne d’approvisionnement directement causés par le coronavirus auront un effet dissuasif sur l’économie?

1 mois = 0% (0% la semaine dernière)

3 mois = 43% (62% la semaine dernière)

6 mois = 48% (26% la semaine dernière)

1 an = 9% (12% la semaine dernière)

4) Les marchés / prix reviendront-ils aux niveaux de janvier 2020? 0-100%

Oui = 89% (88% la semaine dernière)

Non = 11% (12% la semaine dernière)

5) Combien de temps prendra cette récupération?

1 mois =1% (8% la semaine dernière)

3 mois = 36% (62% la semaine dernière)

6 mois = 40% (30% la semaine dernière)

12 mois = 12% (2% la semaine dernière)

12-18 mois = 11%

Revue de la semaine terminée le 27 mars 2020

Les marchés canadiens ont entamé la semaine en territoire négatif, les pertes dans les titres immobiliers et les services publics ayant pesé lourdement. La nouvelle que les démocrates et les républicains étaient sur le point d’atteindre un plan de sauvetage économique de 2 billions de dollars a donné aux investisseurs une raison d’acheter des actions mardi et les principaux indices ont enregistré leurs meilleurs gains en un jour depuis 1933. Le Dow, le S&P 500 et le Nasdaq ont grimpé de 11,4%, 9,4% et 8,1%, respectivement. Les gains se sont poursuivis jeudi au Canada alors que les titres de soins de santé et de biens de consommation menaient la charge. Cependant, les craintes entourant la propagation du coronavirus ont pesé sur les marchés canadiens vendredi et le TSX est tombé en territoire négatif. Après avoir clôturé à la hausse trois des cinq jours cette semaine, les actions canadiennes ont enregistré un gain global.

Aucun texte alternatif pour cette image
Aucun texte alternatif pour cette image

Ce que nous réserve la semaine du 30 mars au 3 avril 2020:

 

Nouvelles économiques

Mardi : Canada, Produit intérieur brut (février)

Mercredi : États-Unis, Indice d’emploi manufacturier ISM

Jeudi : États-Unis, Nombre de réclamations initiales sans emploi

Vendredi : États-Unis, Taux de chômage

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Blackberry

Mercredi : Dollarama Inc, Corus Entertainment

Jeudi: CarMax Group

Vendredi : Constellation Brand

 

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi.

Salutations

Les investisseurs prévoient un rebond des marchés dans les 90 prochains jours

Pendant que l’on se prépare pour une crise de santé publique, les marchés boursiers sont en pleine tourmente. La firme Brendan Wood International a fait un sondage chez les investisseurs institutionnels pour voir ce qu’ils s’attendaient des marchés boursiers au cours des prochains mois.

Plus de 85% des analystes interviewé par la prestigieuse firme Brendan Wood International voient les marchés revenir à leurs niveaux de janvier. Les catalyseurs de redressement actuellement perçus comprennent une réduction de la propagation du virus et l’impact des interventions gouvernementales. Voici les réponses des investisseurs au sondage :

1) Envisagez-vous d’être un acheteur net à court terme dans les 3 prochains mois? (acheteur net signifie posséder plus d’actions que vous ne le faites aujourd’hui.)

Oui = 92%

Non = 8%

2) Achèterez-vous en utilisant vos liquidités ou en changeant des positions existantes en titre de meilleure qualité qui étaient trop chers mais qui sont devenus moins chers?

Liquidités = 41%

Changement de titres existants en titres de meilleure qualité = 51%

3) Combien de temps pensez-vous que la diminution des dépenses réelles, la baisse des revenus et les problèmes de chaîne d’approvisionnement directement causés par le coronavirus auront un effet dissuasif sur l’économie?

1 mois = 0%

3 mois = 62%

6 mois = 26%

1 an = 12%

4) Les marchés / prix reviendront-ils aux niveaux de janvier 2020? 0-100%

Oui = 88%

Non = 12%

5) Combien de temps prendra cette récupération?

1 mois = 8%

3 mois = 62%

6 mois = 30%

12 mois = 2%

On sait que des temps durs s’en viennent au niveau des problèmes de santé. On espère que le pire a déjà été reflété dans les marchés boursiers. La situation actuelle laisse croire qu’il est trop tard pour vendre et trop tôt pour acheter. Les fonds Phoenix Prudents et opportunistes qui sont sortis des marchés boursiers le 9 mars dernier, nous donneront des liquidités qui pourront être replacées en partie sur les marchés boursiers au cours des prochaines semaines. Mon plan de match est d’utiliser l’argent qui a été protégé pour le réinvestir au cours des mois d’avril à juillet en utilisant des investissements périodiques.

 

Revue de la semaine terminée le 20 mars 2020

Les craintes liées aux coronavirus ont continué de tourmenter le marché et le TSX a commencé la semaine sur une note négative. Cependant, les espoirs d’assouplissement monétaire des banques centrales mondiales ont inspiré les investisseurs mardi et les marchés ont terminé à la hausse. Bien que la Fed ait introduit un stimulus de 1,5 milliard de dollars, les indices ont connu leur pire journée depuis le lundi noir après l’interdiction de voyager en Europe du président Trump. Le Dow Jones a encore perdu 10,0%, le S&P 500 a plongé de 9,5% et le Nasdaq a chuté de 9,4%.Le TSX a réussi à clôturer à la hausse jeudi, les actions des soins de santé et des ressources ayant mené la charge. La session volatile de vendredi s’est terminée à la hausse alors que le président a déclaré une urgence nationale. Le Dow, le S & P500 et le Nasdaq ont gagné respectivement 9,4%, 9,3% et 9,3%.

Valeur au 20 mars Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 11 851,81 -1 864,52 -13,59%
Dow Jones 19 173,98 -4 011,64 -17,30%
Pétrole 22,53 -9,20 -28,99%
Or 1 484,60 -32,10 -2,12%
CAD/USD 0,696 -0,03 -4,00%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 23 mars au 27 mars 2020

Nouvelles économiques

Lundi : États-Unis, Le Sénat vote sur le projet de loi sur les coronavirus

Mardi : États-Unis, Ventes de maisons neuves

Mercredi : États-Unis, Commandes de biens durables

Jeudi : Canada, Discours du gouverneur Poloz de la Banque du Canada

Vendredi : Canada, Taux de chômage

 

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Largo Resources

Mardi : Porsche Auto

Mercredi : Micron Tech

Jeudi: Embraer

Sur notre radar cette semaine

L’encaisse est roi.

 

Salutations

On fait quoi, là?

La ruée vers le papier de toilette au cours de la semaine dernière est une illustration de comportement irrationnel que peut provoquer la peur. Tout le monde se met à acheter du papier de toilette parce que tout le monde en achète… Il n’y a pas de conséquence à long terme d’avoir trop de papier de toilette.

Des décisions irréfléchies sur vos placements peuvent avoir des conséquences à long terme et ne sont pas à prendre à la légère. La bourse est un mécanisme d’anticipation, les baisses des dernières semaines reflètent déjà ce qu’on s’attend à ce qui va se passer au cours des prochaines semaines.

Ce n’est pas 5 minutes après le début d’un orage, alors que l’on est détrempé, qu’il est temps de mettre un imperméable et de sortir le parapluie. Cette image je l’utilise pour vous dire ce que tout bon conseiller financier dit à ses clients: vendre pendant une période de panique est habituellement la mauvaise chose à faire, à long terme la bourse finit toujours par se replacer. Des corrections de marchés apportent des occasions d’achats, les plus audacieux achèteront des actions cette semaine. Je ne fais pas partie des audacieux. Je recommande à mes clients qui sont tentés d’acheter en ce moment de répartir leurs achats sur les 3 ou 4 prochains mois. Acheter les actions d’une banque canadienne à 30% de rabais, c’est tentant, mais si ces actions devaient baisser davantage, ce sera encore plus tentant!

Lorsque votre portefeuille a été construit, on s’attendait à ce que les marchés boursiers baissent de plus de 20%,  une année sur 5. En prévention d’une telle éventualité, nous avons établi ensemble une proportion du portefeuille qui devait être placée en titres à revenus fixes. La portion sécuritaire du portefeuille pourra nous aider au cours des prochains mois à bénéficier des rabais que le marché boursier saura nous offrir.

Le niveau de peur sur les marchés atteint des niveaux très élevés. Le réseau CNN qui a créé un indice de la peur et de la cupidité évalue que présentement le niveau de peur est extrême. Je me permets  de rappeler l’adage qui a fait la fortune de Warren Buffet: Il faut avoir peur quand tous les autres sont cupides et être cupides quand tous les autres ont peur. À titre indicatif, voici de quoi avait l’air l’indice de la peur et de la cupidité de CNN:

Revue de la semaine terminée le 13 mars 2020

La guerre du pétrole entre la Russie et l’Arabie saoudite et les inquiétudes croissantes liées aux coronavirus ont fait chuter le cours des actions cette semaine. Lundi, le Dow Jones a plongé de 7,8%, le S&P500 a chuté de 7,6% et le Nasdaq a chuté de 7,3%. Cependant, le rebond des titres de la santé et de la technologie a aidé les actions canadiennes à clôturer à la hausse mardi. L’élan à la baisse est revenu en milieu de semaine après que l’Organisation mondiale de la santé a annoncé que le coronavirus était une pandémie mondiale. Les marchés mondiaux se sont effondrés jeudi alors que les craintes entourant la hausse des cas de coronavirus ont pesé sur le marché et que le TSX a terminé en forte baisse. Les actions canadiennes ont réussi à clôturer à la hausse vendredi, dans l’espoir que les banques centrales mondiales introduisent de nouvelles mesures de relance pour stimuler l’économie.

Valeur au 13 mars Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 13 716,33 -2458,69 -15,20%
Dow Jones 23 185,62 -2679,16 -10,36%
Pétrole 31,73 -9,55 -23,13%
Or 1 516,70 -155,70 -9,31%
CAD/USD 0,725 -0,0094 -1,28%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 16 mars au 20 mars 2020

 

Nouvelles économiques

Lundi : Réunions du G7

Mardi : Canada, indice des prix à la consommation

Mercredi : États-Unis, rapport des revendications au chômage

Jeudi : États-Unis, Stockage de gaz naturel

Vendredi : États-Unis, Ventes au détail de base m / m

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : FedEx Corp, Volkswagen AG

Mercredi : BMW Group

Jeudi: Accenture Ltd

Vendredi: Tiffany & Co

Sur notre radar cette semaine          

L’encaisse est roi.

Salutations

Quand la peur mène les marchés…



La peur de l’effet que pourrait avoir le Covid-19 sur l’économie explique la majeure partie des mouvements récents des bourses. On ne sait pas quel ampleur aura l’épidémie et on envisage le pire. Par dessus le marché, on apprenait que l’Opep n’arrivait pas à s’entendre sur une réduction de la production de pétrole et on craint une guerre de prix.

La peur peut se mesurer à l’aide d’un indice: le Vix. 

L’indice de la volatilité du Chicago Board Options Exchange connu sous son symbole « VIX » montre la volatilité attendue par le marché pour les 30 prochains jours pour l’indice S&P 500. Cet indice est calculé à partir du prix des options des actions qui composent le S&P500. Les options peuvent servir d’assurance contre une baisse de marché, plus le risque est grand, plus les investisseurs seront prêts à payer cher pour une telle assurance. Le VIX reflète ce coût.

On dit généralement que lorsque l’indice VIX dépasse 30, qu’il y a beaucoup de peur dans le marché, que le niveau de peur est normal à 20 alors que lorsqu’il est sous la barre des 15 que le marché est complaisant. Cet indice a dépassé le 80 en octobre 2008 au plus creux de la crise financière. Vendredi, cet indice a momentanément dépassé la barre des 54 points pour terminer la journée à 41,94 points. Le graphique ci-dessous montre l’évolution du Vix depuis 2008. Le niveau de peur actuel est revenu à ce qu’il était pendant la crise financière de 2008.

Une variation du Dow Jones de 8 à 10 points serait jugée normale pour avoir un rendement de 8% par année si la bourse progressait en ligne droite. Ce que l’on a vécu depuis le 24 février est tout sauf une ligne droite… Le graphique ci-dessous montre l’évolution en points du Dow Jones depuis le 24 février:


La peur est mauvaise conseillère. Warren Buffet disait: il faut avoir peur quand tout le monde est avide et être avide quand tout le monde a peur! En ce qui me concerne, je ne serais pas porté à prendre plus de risques maintenant mais je m’attend qu’au sortir de cette correction on assiste à un fort rebond, je demeure donc en attente d’une confirmation de nouvelle tendance haussière avant de proposer l’augmentation de risque.

Revue de la semaine terminée le 6 mars 2020

Le TSX a amorcé la semaine sur une note positive, les gains dans les actions de communication et de services publics ayant fourni un soutien. Le Dow Jones a connu son meilleur gain sur un jour depuis 2009, progressant de 5,1%, le S&P 500 a grimpé de 4,6% et le Nasdaq s’est amélioré de 4,5%. Cependant, une baisse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale a effrayé les investisseurs mardi et les actions canadiennes et américaines ont fini en baisse. La nouvelle que la Banque du Canada a abaissé les taux d’intérêt en milieu de semaine a stimulé le moral et la TSX a clôturé à la hausse. Les indices boursiers ont terminé en forte baisse jeudi alors que les craintes entourant la propagation du coronavirus refont surface. Le Dow, le S&P 500 et le Nasdaq ont perdu respectivement 3,6%, 3,4% et 3,1%. La chute des prix du brut et les inquiétudes persistantes concernant les coronavirus ont fait chuter les actions canadiennes vendredi. Après avoir baissé au cours de trois des cinq séances de négociation, les actions canadiennes ont enregistré une perte globale cette semaine.

Valeur au 6 mars Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 16 175,02 -88,03 -0,54%
Dow Jones 25 864,78 455,42 1,79%
Pétrole 41,28 -3,48 -7,77%
Or 1 672,40 105,70 6,75%
CAD/USD 0,734 -0,0407 -5,26%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 9 mars au 13 mars 2020

 

Nouvelles économiques

Lundi : Canada, mises en chantier, permis de construire m / m

Mardi : États-Unis, Confiance des consommateurs

Mercredi : États-Unis, Indice des prix à la consommation m / m

Jeudi : États-Unis, Stockage de gaz naturel

Vendredi : États-Unis, L’Indice des directeurs d’achat (PMI) du secteur manufacturier

Compagnies publiant leurs résultats :

Mardi : Franco Nevada

Mercredi : Linamar Corp., Parex Resources, Broadcom Ltd

Jeudi: New Flyer (NFI Group) , Premium Brands Holdings, Adobe Systems

Sur notre radar cette semaine          

L’encaisse est roi.

Salutations

La correction est-elle finie?

 

Entre son sommet du 20 février et le bas atteint vendredi, la bourse canadienne était en baisse de 11,54%.  La bourse américaine avait atteint son dernier sommet une journée plus tôt et affichait une baisse de 15.84% à un moment vendredi. La bourse canadienne a perdu en une semaine tout ce qu’elle avait gagné dans la dernière année…

On dit que le marché est en correction quand la bourse baisse entre 10% et 20% et on parle de marché baissier quand la baisse dépasse les 20%. Il y a eu de nombreuses corrections depuis 75 ans et selon le réseau CNBC la correction moyenne dure 4 mois et présente une baisse moyenne de 13%. Un marché baissier aurait une durée moyenne de 13 mois et présenterait une baisse de 33%.

Un marché baissier survient au début des récessions économiques quand les attentes de profits des entreprises sont à la baisse. En ce moment, aucune de ces conditions ne serait en place et me permet d’espérer que le dernier mouvement de la bourse s’inscrit dans le cadre d’une correction et non d’un marché baissier.

Une fin de correction ne pourra être confirmée que lorsqu’un nouveau sommet sera atteint, il sera alors trop tard pour profiter de l’occasion d’achat qui se présentait lors du dernier repli. Pour tirer profit d’une nouvelle tendance haussière, il est préférable d’attendre une confirmation de nouvelle tendance haussière. Investors Business Daily et VectorVest proposent chacune une façon de confirmer qu’une nouvelle tendance est en place.

Selon Investors Business Daily, on doit d’abord avoir une journée à la hausse et une confirmation de nouvelle tendance est obtenue quand cette première hausse est suivie entre 4 et 10 jours plus tard par une autre journée en hausse de plus de 1,2% avec un volume de transactions plus élevé que celui de la veille. Cette situation pourrait arriver cette semaine si la bourse monte lundi et est confirmée par une hausse importante vendredi.

L’approche de VectorVest suggère d’attendre que la bourse ait monté pendant 2 semaines consécutives avant de s’y aventurer.

Nous vous tiendrons informé du moment identifié par chacune des 2 méthodes pour entrer de façon plus conservatrice dans le marché.

En attendant la confirmation d’une nouvelle tendance, les fonds Phoenix prudents et opportunistes ont tout de même acheté des actions en fermeture de marché vendredi dernier pour profiter d’un rebond qui devrait se produire d’ici la fin de la semaine. Même en plein milieu d’une correction boursière, il survient des rebonds qui durent en moyenne 6 jours dont les fonds Phoenix entendent bien profiter.

On utilise un outil statistique pour identifier un marché sur-acheté ou sur-vendu: les bandes de Bollinger. Ces bandes placées à deux écarts types d’une moyenne nous indiquent si un marché a monté trop vite ou descendu trop vite par rapport à la moyenne. Quand le marché atteint la bande inférieure, on doit s’attendre à un rebond vers la moyenne, au premier signe d’un rebond, les fonds Phoenix achètent les titres financièrement intéressants qui ont le plus baissé dans la dernière correction avec l’idée de les conserver pour 6 à 12 jours. La ligne en vert sur le graphique ci-dessous montre quand le S&P 500 est en situation sur-vendue.

 

Revue de la semaine terminée le 28 février 2020

Les marchés ont commencé la semaine sur une mauvaise note alors que les inquiétudes croissantes concernant les coronavirus ont fait baisser les cours des actions au Canada et aux États-Unis. La dynamique à la baisse s’est poursuivie mardi après une augmentation du nombre de cas de coronavirus signalés partout à travers le monde. Des actions industrielles et énergétiques chancelantes ont encore fait chuter le TSX en milieu de semaine. L’incertitude quant à l’impact économique mondial du coronavirus a poussé les investisseurs à se débarrasser à nouveau leurs actions jeudi. Le Dow et le S&P 500 ont clôturé 4,4% en territoire négatif et le Nasdaq a terminé en lourde baisse de 4,6%. C’était la même histoire vendredi, les actions continuaient de souffrir de la peur grandissante des investisseurs. Le Dow Jones a glissé de 1,4%, le S&P 500 a terminé 0,8% dans le rouge, tandis que le Nasdaq a clôturé la séance juste au-dessus de la moyenne. Après la semaine que nous avons passée, il n’y a pas eu d’échappatoire et les actions ont enregistré une perte hebdomadaire globale importante.

Valeur au 28 février Variation de la semaine Variation de la semaine %
TSX 16 263,05 -1580,48 -8,86%
Dow Jones 25 409,36 -3583,05 -12,36%
Pétrole 44,76 -8,62 -16,15%
Or 1 566,70 -82,10 -4,98%
CAD/USD 0,775 0,0216 2,87%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés: 

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : VectorVest

 

Ce que nous réserve la semaine du 2 mars au 6 mars 2020

 

Nouvelles économiques

Lundi : États-Unis, Indice PMI manufacturier

Mardi : États-Unis, Ventes totales de véhicules

Mercredi : Canada : Taux d’intérêt de la Banque du Canada

Jeudi : États-Unis, Productivité non agricole révisée q / q

Vendredi : États-Unis, Taux de chômage

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi: Hewlett-Packard

Mardi : Ross Stores

Mercredi : Dollar Tree

Jeudi: Canadian Natural Resources

Vendredi:  Parkland Fuel

Sur notre radar cette semaine          

L’encaisse est roi.