Revue boursière de la semaine terminée le 19 mai 2017

Les Américains sont optimistes!


La conférence Moneyshow avait lieu la semaine dernière aux États-Unis. Les conférenciers présents étaient débordants d’optimisme pour les mois et années à venir. Le présent marché haussier pourrait durer bien plus longtemps que l’on pense.

Pas de récession à l’horizon

Tant qu’il n’y aura pas de récession, nous serons en Bull Market selon James Stack. L’indicateur économique avancé du Conférence Board était en hausse pour avril tel qu’annoncé la semaine dernière comme il l’était pendant les 2 mois précédents. Si cet indicateur baisse pendant 3 mois de suite, ce sera alors le temps de se protéger selon M. Stack.

La confiance des présidents directeurs généraux des entreprises américaines est à son niveau le plus haut depuis 2004.

Le niveau de confiance des consommateurs est aussi très élevé

Les premières demandes d’assurance emploi sont à au niveau le plus bas en 45 ans.

Les profits en hausse partout sur la planète

La croissance des profits au dernier trimestre a été l’une des meilleures des 5 dernières années aux États-Unis. La reprise de ce trimestre s’est vue aussi en Europe et dans les pays émergents. Cette croissance globale des profits devrait se poursuivre pendant les prochains trimestres selon plusieurs présentateurs à la conférence.

Hausses de taux d’intérêt seront limitées

Les taux d’intérêt sur les obligations américaines 10 ans pourraient monter de près de 1% au cours des 12 prochains mois pour atteindre 3,25%.  Selon Craig Johnson de la firme Piper Jaffray & co. les taux des obligations devraient monter à plus de 5% pour réellement faire dérailler le train du bull market.

Marché fondamentalement haussier pour longtemps…

Un des conférenciers, Jeffrey Saut, de la firme Raymond James & Associates a parlé du concept de secular bull market. Selon cette vision, les marchés auraient tendance à monter pendant des périodes de 16 à 18 ans pour ensuite prendre une pause de côté pendant la période de durée équivalente. Selon cette vision nous ne serions qu’au tout début d’un nouveau marché fondamentalement haussier, tel que le démontre le graphique suivant:

Revue de la semaine terminée le 19 mai, 2017

 

Les marchés débutaient la semaine à la hausse, supportés par la hausse du prix du pétrole.  Mardi, de bonnes données dans le secteur manufacturier faisaient monter la bourse, cependant, la chute du prix du pétrole avait l’effet contraire, de sorte que le marché américain terminait la journée au neutre et la bourse canadienne, plus concentrée dans le secteur pétrolier, terminait la journée dans le rouge.  Mercredi, les rumeurs que Trump aurait interféré dans une enquête fédérale faisaient chuter les marchés.  Jeudi, de bonnes données économiques faisaient monter les bourses, cependant cette hausse était annulée au Canada par la baisse du secteur des matériaux.   Vendredi, l’optimisme revenait, les secteurs de l’énergie et industriels menant la charge.

 

  Valeur au 19 mai Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 458 -80 -0.51%
Dow Jones 20 895 -2 -0.01%
Pétrole ($US/baril) 50.35 +2.51 +5.25%
Or 1 255.55 +27.12 +2.21%
Can$/US$ 73.83 +0.89 +1.22%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
  Croissance des profits En baisse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 23 au 26 mai, 2017

 

Les ventes de maisons neuves américaines sont publiées en ce mardi.  Demain, la Banque du Canada mettra à jour sa politique monétaire, incluant la mise à jour des taux d’intérêt.  Toujours mercredi, les minutes de la dernière rencontre de la Réserve fédérale américaine seront publiées.  Finalement, vendredi on en saura plus sur le produit intérieur brut américain.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Mercredi : Banque de Montréal, le quincailler américain Lowes

Jeudi : Les banques CIBC, Royales et TD

 

Sur notre radar cette semaine

 

Retour sur United Health inc. (UNH).

UNH est une compagnie qui fait partie de l’indice Dow Jones et du S&P 500.  Elle se spécialise dans la gestion des soins de santé incluant la gestion des bénéfices sociaux des corporations et, plus globalement la gestion de tout le processus des soins de santé, soit la prise en charge des malades, les relations avec les pharmacies, les systèmes de gestion des soins de santé.  Avec les ventes de plus de 190 milliards de dollars US, UNH est le leader dans son domaine et une des plus importantes compagnies de par le monde. Depuis notre recommandation en décembre, le titre s’est apprécié de près de 10% et nous croyons toujours au potentiel de cette corporation. UNH prévoit une augmentation de ses profits de l’ordre de 18% l’an prochain, ce qui nous indique  que la croissance se poursuit, car en décembre nous prévoyions une croissance de 17% des profits.  La croissance est autant organique que par acquisitions.  Les revenus de UNH proviennent de plus en plus des services administratifs et du support informatique aux cliniques et pharmacies, ce qui rend la compagnie peu vulnérable aux aléas politiques que peuvent causer le retrait ou non de Obamacare. Une population vieillissante est aussi un gage de succès pour la corporation. L’action se transige à 174$ et Scott Fidel de Crédit Suisse lui donne une cible de 188$ d’ici un an.  De plus, UNH verse un dividende de l’ordre de 1.4%.  N’hésitez pas à nous contacter afin de vérifier si cet investissement peut vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 12 mai 2017

Ça va bien et ça devrait continuer selon la CIBC

Selon la firme Factset, 91% des compagnies du S&P500 ont publié leurs résultats du 31 mars 2017 en date de vendredi. De ces entreprises, 75% ont présenté des profits au-delà des attentes des analystes et 64% ont dépassé le niveau des ventes attendu. Il y a trois mois, les analystes prévoyaient une hausse des profits de 7% en 2017, ils croient maintenant que les profits devraient croître de près de 10% pour les 12 prochains mois. Quand les attentes de profits sont en hausse, on doit s’attendre à ce que la bourse suive la direction des profits.

Avery Shenfeld, chef économiste à la CIBC était de passage à Montréal la semaine dernière pour présenter ses perspectives pour les prochains mois aux clients corporatifs de la firme. Voici les grandes prédictions énoncées lors de sa conférence:

1) Les taux d’intérêt des fonds fédéraux américains devraient monter de 1% au cours des 12 prochains mois, davantage si les mesures de stimulations fiscales annoncées par Trump sont mises de l’avant.

2) L’économie canadienne devrait accélérer sa croissance, la baisse du prix du pétrole étant derrière nous.

3) La banque de Canada montera ses taux de 50 points de base au début de 2018.

4) Les taux d’intérêt ne dépasseront pas les 2,5% pendant le présent cycle économique. Les placements alternatifs aux obligations continueront de bien faire (immobilier et bourse)

5) Le dollar canadien se maintiendra entre 73 cents et 77 cents au cours des 2 prochaines années

6) La hausse prévisible des bourses nord-américaines est limitée, il serait préférable de considérer les placements à l’international.

7) Les prix du pétrole et gaz sont à un plateau, l’offre est en mesure de couvrir une croissance modérée de la demande.

Revue de la semaine terminée le 12 mai, 2017

 

On aurait pu penser que les investisseurs auraient célébré la victoire de Macron aux élections présidentielles françaises, mais celle-ci eut peu d’impact, les marchés ayant déjà anticipé le résultat.  Mardi on assistait à des prises de profits et la bourse chutait un peu.  Mercredi, les marchés américains digéraient le congédiement du chef du FBI, ce qui faisait tomber la bourse américaine.  Au Canada, l’augmentation du prix du pétrole faisait monter les marchés.  Jeudi et vendredi étaient dominés par des résultats décevants de deux grands détaillants américains.  Jeudi c’était Macy’s dont les ventes étaient en deçà des attentes et vendredi c’était au tour de JC Penney’s de décevoir les marchés.  Ceci combiné avec une prise de conscience que le marché immobilier canadien est loin d’être une aubaine, ce qui amplifiait la baisse du marché canadien.

 

Valeur au 12 mai Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 538 -44 -0.28%
Dow Jones 20 897 -109 -0.52%
Pétrole ($US/baril) 47.84 +1.62 +3.50%
Or 1 228.43 +0.42 +0.03%
Can$/US$ 72.94 -0.32 -0.44%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En baisse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 15 au 19 mai, 2017

 

Ce sera calme du côté des nouvelles économiques.  Mardi les données sur les mises en chantier américaines seront publiées.  Mercredi, on en saura plus sur les ventes du secteur manufacturier canadien et vendredi, les données sur l’inflation canadiennes seront émises.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Mardi : Home Depot, Staples

Mercredi : Cisco et Velan

Jeudi : Alibaba

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

L’action de Home Depot est sur notre radar cette semaine.  Home Depot (HD) est le plus grand quincailler et détaillant en rénovation au monde, avec plus de 2,200 magasins en Amérique du Nord.  Avec un marché immobilier américain en santé et des consommateurs américains qui ont raisonnablement remboursé leurs dettes depuis la crise financière de 2008, le marché de la rénovation devrait profiter de cet état de fait.  Home Depot est passé maître dans la gestion de leurs inventaires et dans le contrôle de leurs dépenses.  Au dernier trimestre, ses ventes étaient en croissance de 6%, par rapport au trimestre précédent et la compagnie publie ses résultats cette semaine.  Si la tendance se maintient, on pourrait avoir de bons résultats et l’action, qui a bien réagi depuis quelques mois, pourrait poursuivre sa hausse. L’action se transige à 157$ et Seth Sigman de Crédit Suisse lui donne une cible de 163$ d’ici un an.  Cette cible sera révisée lors de la publication des résultats de mardi. De plus, HD verse un dividende de l’ordre de 2.3%.  N’hésitez pas à nous contacter afin de vérifier si cet investissement peut vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 5 mai 2017

« Sell in may and go away »

Les spéculateurs ont tous déjà entendu ce vieil adage qui avise les investisseurs de vendre leurs placements au mois de mai pour éviter une baisse saisonnière qui pourrait survenir pendant l’été. Selon cette approche, il serait avisé de vendre ses placements en mai pour revenir en bourse au mois de novembre.

Selon le site Investopedia, depuis 1950, l’indice Dow Jones a un rendement moyen de seulement 0,3% pendant la période de mai à octobre alors que le rendement est de 7,5% pour la période de novembre à avril. Les raisons de l’écart de rendement entre ces deux semestres sont inconnues, on blâme les faibles volumes de transaction pendant les mois d’été et l’afflux de capitaux pendant les mois d’hiver entre autres…

Parmi les inconvénients majeurs de tout vendre en mai est bien sûr les impôts à payer sur les gains quand on vend tout sans compter les coûts en commissions pour faire de telles transactions.

Certains investisseurs préfèrent revoir leurs portefeuilles en mai. Certains secteurs comme ceux de la santé et de la consommation de base ont tendance à mieux performer pendant les mois d’été, un repositionnement du portefeuille peut être opportun.

 

 

Revue de la semaine terminée le 5 mai, 2017

 

Des résultats corporatifs en dent de scie faisaient baisser la bourse lundi, mais cette baisse était marginale.  Mardi, les marchés rebondissaient un peu, mais étaient surtout en attente du résultat de la rencontre de la Réserve fédérale américaine (FED) quant à l’orientation des taux d’intérêt.  Mercredi, la FED ne surprenait personne en laissant les taux d’intérêt inchangés.  La bourse américaine ne bougeait à peu près pas, mais la bourse canadienne tombait, entrainée par la chute des prix des ressources naturelles.  Jeudi, le prix du pétrole chutait lourdement, entrainant la bourse canadienne dans son sillage, alors qu’aux États-Unis, cette baisse était contrebalancée par l’adoption du plan de remplacement de Obamacare et par de bons résultats des compagnies.  Vendredi, les prix du pétrole et des ressources naturelles se raffermissaient et la bourse canadienne reprenait le terrain perdu jeudi.  Aux États-Unis la bourse montait également, supportée par un bon rapport sur l’emploi.

 

  Valeur au 5 mai Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 582 -4 -0.03%
Dow Jones 21 006 +653 +0.31%
Pétrole ($US/baril) 46.22 -3.11 -6.30%
Or 1 228.01 -40.27 -3.18%
Can$/US$ 73.26 +0.02 +0.03%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En baisse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 8 au 12 mai, 2017

 

Ce sera calme du côté des nouvelles économiques.  Lundi, les statistiques sur les mises en chantier canadiennes seront publiées.  Mardi, le rapport sur les emplois disponibles aux États-Unis ainsi que la balance commerciale américaine seront émis.  Et finalement, vendredi on en saura plus sur les ventes au détail ainsi que sur l’indice des prix à la consommation aux États-Unis.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Lundi : Eisign energy

Mardi : Allergan, Groupe TMX (bourse de Montréal)

Mercredi : Linamar, Fiera Capital

Jeudi : Emera, Enbridge

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

La Corée du Nord se montre belliqueuse et ceci semble entrainer une légère escalade de la tension entre ce pays des plus surprenants par ses agissements et les États-Unis.  Une façon de profiter de cette tension montante serait d’investir dans les compagnies spécialisées dans l’armement.  Nous sommes bien conscients que ce n’est pas un investissement qui plaira à tous, mais qu’on le veuille ou non, les actions des fournisseurs d’équipements de la défense pourraient monter si l’intensification de la tension se poursuit.  Le géant américain General Dynamics (GD) semble l’investissement indiqué dans ces circonstances.  GD est présent dans toutes les sphères des équipements de la défense, des avions, sous-marins, marine, véhicules terrestres, munitions, télécommunication, etc..  Le carnet de commandes de GD est bien rempli, les commandes des autres pays que les États-Unis sont en croissances, et l’accroissement possible des dépenses en défense de l’administration Trump sont autant de facteurs positifs pour GD.  L’action se transige à 195$, Robert Springarn lui donne une cible de 218$ d’ici un an.  De plus, GD verse un dividende de l’ordre de 1.7%.  N’hésitez pas à nous contacter afin de vérifier si cet investissement peut vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 28 avril 2017

Le marché boursier est-il surévalué?

Le Nasdaq a franchi la barre des 6000 points pour la première fois de son histoire la semaine dernière. La bourse américaine se transigeait à 18,1 fois les profits prévus pour la prochaine année selon les données compilées par S&P Capital IQ. Le même ratio était à 16,4 fois les profits juste avant l’élection américaine. Deux éminents professeurs de finance ont des vues totalement opposées sur le niveau actuel des indices boursiers.

Selon Robert Shiller de l’université Yale, il ne fait aucun doute que la bourse est surévaluée, mais qu’elle pourrait encore monter. Selon Jeremy Siegel de la Wharton School de l’université de Pennsylvanie, le modèle de Shiller ne tient pas compte du monde dans lequel nous vivons et la bourse est encore une aubaine…

Robert Shiller base son analyse sur un ratio financier qu’il a mis au point: le ratio cours-bénéfice ajusté pour les cycles économiques. Comme les bénéfices des entreprises peuvent fluctuer beaucoup pendant un cycle économique, Shiller a établi que pour juger de la valeur des entreprises, il est préférable d’utiliser la moyenne des bénéfices des 10 dernières années (ajustés pour l’inflation) pour calculer le ratio cours-bénéfices. La moyenne historique du ratio est de 16.75 fois les profits. Quand on est au-dessus de la moyenne, on peut croire à une surévaluation et le contraire quand on est sous la moyenne. À la fermeture des marchés vendredi, ce ratio était à 29.19 fois les profits une situation qui ne s’était pas vue dans les 13 dernières années. Dans l’histoire, il n’y a que pendant la bulle des technos (1998-2002) et en 1929 que de tels chiffres ont été vus.

Source: CNBC

Jeremy Siegel ne se laisse pas impressionner par cette analyse et prétend que le ratio donne une fausse impression de la réalité.

Premièrement, ce ratio tient compte des profits désastreux de la crise financière de 2008-2009, pendant près de 3 trimestres les profits étaient essentiellement à 0$…
Cela fait baisser fortement la moyenne des profits et une crise comme celle de 2008 ne survient qu’une fois par 75 ans et ne se répétera pas de notre vivant… Le ratio devrait donc selon M. Siegel exclure de son calcul quelque chose qui n’est pas susceptible de revenir dans une décennie.

Deuxièmement, le ratio est basé sur les principes comptables généralement reconnus qui sont trop conservateurs et qui le deviennent davantage avec le temps. Cela a pour effet de réduire les profits actuels.

Enfin, le ratio cours-bénéfices ajusté aux cycles économiques ne tient pas compte du niveau d’évaluation des autres actifs financiers, notamment des taux d’intérêt. Nous vivons dans un environnement de faibles taux d’intérêt et cela justifie de payer des multiples plus élevés tant pour l’immobilier que pour la bourse. Tant que les taux d’intérêt resteront bas, les investisseurs seront prêts à payer plus pour l’achat d’actions que ce qu’ils payaient dans le passé.

Robert Shiller ne recommande pas à personne de tout retirer son argent du marché boursier, mais suggère plutôt aux investisseurs de remettre en question et de revoir la diversification de leur portefeuille.

Revue de la semaine terminée le 28 avril, 2017

 

Lundi, les investisseurs poussaient un soupir de soulagement suite aux résultats des élections françaises et les marchés montaient. La fête se poursuivait mardi alors que de bons résultats de Macdonald, Catterpillar et autres, faisaient monter la bourse significativement.  Le plan de réduction des impôts de Donald Trump désappointait mercredi, le manque de détails et de moyens était la raison de cette déception.  Ceci faisait en sorte que les marchés terminaient la journée en faible baisse.  De plus, Trump renouvelait son intention de  renégocier l’ALENA, ce qui amplifiait la chute au Canada.  Jeudi les marchés américains terminaient la journée au neutre alors que de bons résultats corporatifs faisaient contrepoids à la  baisse du prix du pétrole.  Au Canada, c’est la baisse du prix du pétrole qui entrainait les marchés à la baisse.  Vendredi, nous avions encore droit à de bons résultats corporatifs, et ceci faisait contrepoids à l’émission des chiffres décevants du produit intérieur brut américain.  Au Canada, la hausse des prix des matières premières faisait monter la bourse.

 

  Valeur au 28 avril Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 586 -28 -0.18%
Dow Jones 20 941 +293 +1.42%
Pétrole ($US/baril) 49.33 -0.29 -0.58%
Or 1 268.28 -16.16 -1.26%
Can$/US$ 73.24 -0.84 -1.13%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En baisse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

Ce que nous réserve la semaine du 1er au 5 mai, 2017

 

On débute la semaine avec nos rapports usuels de début de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.   Mercredi, la Réserve fédérale américaine fait une mise à jour de sa politique économique.  Jeudi, les rapports sur les balances commerciales américaines et canadiennes sont publiés.  Vendredi, les rapports sur l’emploi, tant au Canada et aux États-Unis sont émis.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Lundi : Agrium, Tembec

Mardi : Apple, Fortis, MasterCard, Merck & Co.

Mercredi : Groupe CGI, Facebook, Gildan, Intact Assurance, Tesla

Jeudi : GreatWest Lifeco, Kellogs

Vendredi : Enerplus, Transalta

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine c’est le titre d’Adobe qui retient notre attention.  Nous connaissons les logiciels d’Adobe qui créent les fameux fichiers PDF qui servent au transfert de documents, et c’est sur cette base qu’Adobe se spécialise dans la gestion de documents sur le nuage informatique (le ‘’Cloud’’).  Au fait, Adobe se spécialise justement dans la gestion de documents dans le nuage (photo, animation, documents traditionnels, etc.) pour le secteur des affaires.  Le ‘’Cloud Computing’’ est définitivement en croissance et Adobe est très bien placé pour en profiter.  Avec une croissance prévue des ventes de 22% et une croissance prévue des profits de 26%, Adobe est une compagnie qui devrait récompenser ses investisseurs dans le futur.  Le titre se transige présentement à approximativement 133$ et la moyenne des analystes sondés par Thompson Reuters lui donne une cible de 143$ sur un an. N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.

Revue boursière de la semaine terminée le 21 avril 2017

Le pétrole devrait se maintenir entre 50$ et 60$ cette année

Le prix du baril de pétrole devrait se maintenir entre 50$ et 60$ selon Clément Gignac, économiste en chef chez Industrielle Alliance. Cette vision a été communiquée aux conseillers d’Industrielle Alliance Valeurs mobilière inc. lors du congrès tenu la semaine dernière à Montréal.

L’Arabie Saoudite a annoncé qu’elle mettrait publique une partie de la compagnie Aramco au début de 2018. Aramco est la plus grosse compagnie au monde, ce serait plus gros en valeur que des compagnies comme Apple et Wal Mart combinées. Les Saoudiens voudraient vendre une petite portion de leur compagnie sur le marché public américain, cette « petite » portion serait de 100 milliards de dollars et donnerait une valorisation de 2 trillions de dollars à Aramco. Ce premier appel public à l’épargne serait le plus gros de toute l’histoire des marchés boursiers.

On comprendra que les Saoudiens veulent avoir le maximum pour leur compagnie et qu’ils ont intérêt à montrer de bons profits et un beau potentiel pour l’avenir. Dans cette perspective, une hausse du prix du baril les favoriserait. En limitant leur production et en encourageant les autres pays de l’OPEP à faire de même, l’Arabie Saoudite pourrait aller chercher le maximum de la vente d’une partie de Aramco.

Une hausse du prix du baril de pétrole devrait avoir des effets bénéfiques tant pour la bourse canadienne que pour le dollar canadien. Il ne serait pas étonnant qu’advenant une hausse du baril de pétrole à 60$ on voie le dollar canadien s’apprécier par rapport au dollar américain.

Souhaitons, pour les vacanciers qui prévoient aller aux États-Unis que cette hausse du dollar survienne avant les vacances!

Revue de la semaine terminée le 21 avril, 2017

 

Les grands mouvements de marchés de cette semaine étaient provoqués par l’émission des résultats trimestriels des corporations américaines.  On partait à la hausse lundi, les investisseurs achetaient les banques et les compagnies du secteur technologique lundi, suite aux baisses récentes.  Mardi, des résultats décevants de Goldman Sachs et Johnson & Johnson faisaient chuter les marchés.  Mercredi, les mauvais résultats de IBM avaient le dessus sur les bons résultats de Morgan Stanley et la bourse chutait pour une deuxième journée d’affilée.  Jeudi, les résultats émis étaient positifs,  notamment ceux d’American Express et les marchés rebondissaient.  L’élection en France laissait les investisseurs perplexes et les marchés semblaient en attente et terminaient la journée au neutre.

 

  Valeur au 21 avril Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 614 +79 +0.51%
Dow Jones 20 648 +195 +0.95%
Pétrole ($US/baril) 49.62 -3.56 -6.69%
Or 1 284.44 -1.06 -0.08%
Can$/US$ 74.08 -0.99 -1.32%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En baisse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 24 au 28 avril, 2017

 

L’indice de confiance des consommateurs américains est publié mardi.  Ce sera suivi mercredi par les ventes au détail canadiennes.  Jeudi les commandes de biens durables américaines seront émises et vendredi on aura droit aux produits intérieurs bruts pour le premier trimestre tant au Canada qu’aux États-Unis.  Mais ce qui retiendra notre attention au-delà des nouvelles économiques est la possible émission du plan budgétaire américain qui pourrait être émis mercredi.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Lundi : Barrick Gold, Canadian National

Mardi : 3M Co, AT&T, Coca Cola Co.

Mercredi : Goldcorp, Boeing

Jeudi : Alphabet, Amazon, Fairfax Financial

Vendredi : Colgate Palmolive

 

Sur notre radar cette semaine

 

Nous regarderons l’évolution des marchés suite aux résultats de la première ronde des présidentielles Françaises et aussi des résultats du plan budgétaire américain.

Revue boursière de la semaine terminée le 17 avril 2017

Changement à l’horizon?

La bourse américaine a clôturé la semaine dernière pour la première fois depuis l’élection de Donald Trump sous sa moyenne mobile de 50 jours. La moyenne mobile est un indicateur souvent utilisé par les investisseurs pour avoir une idée générale de la direction du marché. Pour la calculer, on additionne les cours de clôture des 50 derniers jours et on divise par 50, ce qui rend cette moyenne mobile c’est le fait de la recalculer chaque nouveau jour de transaction en ajoutant le cours le plus récent et en soustrayant le cours d’il y a 51 jours.

Un marché sera souvent considéré haussier tant qu’il se transige au-dessus de sa moyenne mobile à 50 jours.

Voici le graphique du S&P 500 pour les 6 derniers mois. La ligne blanche représente la moyenne mobile. Le 27 mars dernier, le S&P 500 a franchi cette moyenne pour rebondir aussitôt. Les investisseurs ont préféré voir à ce moment une occasion d’achat. Le 12 avril, le S&P 500 clôturait sous la moyenne et cela s’est poursuivi le lendemain.

Source: VectorVest

 

La baisse de jeudi survenait après deux semaines consécutives de baisse et laisse croire qu’une tendance à la baisse peut arriver. Selon le système de suivi des marchés préconisé par le Investors Business Daily il est trop tôt pour parler d’une tendance à la baisse qui s’installe, le volume des transactions de jeudi était trop bas pour dire qu’une masse d’investisseurs se dirigent vers la sortie.

Le marché canadien est lui aussi passé sous sa moyenne mobile de 50 jours la semaine dernière. Le marché était passé sous cette moyenne à quatre reprises depuis le 27 février dernier. La moyenne mobile canadienne tend à s’aplatir indiquant que le momentum haussier s’affaiblit.

Source: VectorVest

Nous sommes au tout début de la saison des résultats pour le premier trimestre de 2017. Les analystes financiers s’attendent à une croissance des profits de plus de 9% ce qui ne s’est pas vu depuis 2011 et qui devrait favoriser la bourse. Les événements géopolitiques des dernières semaines ont toutefois tempéré l’optimisme des investisseurs.

Revue de la semaine terminée le 14 avril, 2017

 

La semaine débutait sans grands changements boursiers, alors que les financières tombaient, mais cette chute était compensée par la montée du secteur de l’énergie.  Les journées de mardi et de mercredi étaient dominées par la montée des tensions politiques entre la Russie et les États-Unis à propos de la Syrie et de la Corée du Nord, la journée de mardi se terminait inchangée alors que les marchés tombaient mercredi.  Pour la journée de jeudi, les marchés étaient au neutre jusqu’à l’annonce à l’effet que les États-Unis avaient largué une bombe en Afghanistan, ceci envoyait les marchés en territoire négatif en après-midi.

 

  Valeur au 14 avril Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 535 -112 -0.84%
Dow Jones 20 453 -203 -0.98%
Pétrole ($US/baril) 53.18 +0.94 +1.80%
Or 1 285.50 +30.97 +2.47%
Can$/US$ 75.07 +0.47 +0.63%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En baisse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 17 au 20 avril, 2017

 

Les mises en chantier américaines seront publiées mardi.  Mercredi, la Réserve fédérale américaine mettre à jour sa politique monétaire laquelle comprend une mise à jour sur les taux d’intérêt.  Les données sur l’inflation canadienne seront publiées vendredi.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Lundi : Netflix

Mardi : Bank of America, Goldman Sachs, Johnson & Johnson

Mercredi : Canadian Pacific, Morgan Stanley, Celestica

Jeudi : Philip Morris, Visa

Vendredi : General Electric

 

Sur notre radar cette semaine

 

Les tensions géopolitiques ont augmenté d’un cran cette semaine, nous préférons avoir une vue plus claire de la perception des marchés sur le sujet avant d’investir davantage.

Revue boursière de la semaine terminée le 7 avril 2017

Un marché en attente de résultats.

Les marchés boursiers nord-américains ne présentent aucune tendance claire pour l’instant. Après une belle poussée à la hausse en février dernier, ils se cherchent une direction.
Le prochain catalyseur attendu est l’annonce des bénéfices des entreprises au 31 mars et les perspectives qu’annonceront les compagnies en publiant leurs chiffres.

Source: VectorVest

 

Depuis son sommet du 21 février dernier, la bourse de Toronto se cherche une tendance claire. Le marché américain a atteint son sommet le 1er mars comme le montre le graphique ci-dessous:

Source: VectorVest

 

Les analystes financiers s’attendent à ce que les profits des sociétés financières soient en hausse de 15% pendant le premier trimestre selon les données recensées par Factset. Dans l’ensemble, c’est une hausse des profits de plus de 9,1% qui est attendue pour les entreprises du S&P 500 selon les mêmes données. Trois des grandes banques américaines lanceront la saison des résultats cette semaine soit JP Morgan Chase, Citigroup et Wells Fargo.

 

Revue de la semaine terminée le 7 avril, 2017

 

En début de semaine, les données sur les ventes d’automobiles étaient à la baisse, entrainant la bourse américaine en territoire négatif.  Au Canada, on réussissait à terminer positivement, soutenu par une augmentation du prix des matières premières.  Mardi était une journée sans histoire, les volumes de transaction étaient très bas et la journée se terminait sans grande variation boursière.  La journée du mercredi partait en force avec les statistiques sur l’emploi d’ADP qui étaient favorables, mais en mi-journée, les minutes de la Réserve fédérale américaine pointaient vers une politique de gestion des taux d’intérêt moins accommodante et les marchés rendaient leurs gains de la journée et terminaient la journée dans le rouge.  Jeudi, on reprenait un peu de tonus suite à la chute en mi-journée de la veille.  Vendredi, avec les attaques américaines en Syrie, on aurait pu supposer que la bourse aurait chuté, mais il n’en était rien, on terminait la journée sans grande variation.

 

Valeur au 7 avril Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 667 +119 +0.77%
Dow Jones 20 656 -7 -0.03%
Pétrole ($US/baril) 52.24 1.64 +3.24%
Or 1 254.57 +5.33 +0.43%
Can$/US$ 74.60 -0.49 -0.65%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En baisse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 10 au 17 avril, 2017

 

Les mises en chantier canadiennes sont publiées en ce lundi.  Mercredi la Banque du Canada fera une mise à jour sur sa politique monétaire, et le gouvernement américain fait lui aussi une mise à jour de son budget.  Les ventes du secteur manufacturier canadien sont publiées jeudi et vendredi, aux États-Unis, on en saura plus sur les données sur l’inflation et les ventes au détail.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats :

 

Mercredi : Delta Airlines

Jeudi : Wells Fargo, Citigroup, JP Morgan Chase et Taiwan Semiconducteurs

 

Sur notre radar cette semaine

 

Avec le début de la saison des résultats trimestriels, nous attendons de voir quels seront les résultats des compagnies qui publient avant d’investir davantage.

Revue boursière de la semaine terminée le 31 mars, 2017

Le « window dressing »

Pour expliquer la bonne performance en bourse du titre de Apple inc. au cours des dernières semaines, plusieurs commentateurs ont invoqué la pratique du « window dressing ». Le « Window dressing »  pourrait se traduire en français par façade ou poudre aux yeux. Quand on arrive en fin de trimestre, comme c’était le cas vendredi dernier, les gestionnaires de placements publient les 10 plus grandes positions de leurs portefeuilles. Ces gestionnaires aiment bien démontrer qu’ils ont investi dans les meilleurs titres et Apple inc. est le titre du Dow Jones ayant le mieux performé en 2017.
On comprendra que si plusieurs investisseurs institutionnels décident en même temps d’acheter les mêmes titres, il y aura une pression à la hausse sur les prix. On pouvait prévoir, il y a 2 semaines que les gestionnaires allaient vouloir faire du « window dressing » et que le titre de Apple inc. et les autres titres les plus performants des grands indices allaient monter plus que les autres d’ici la fin du trimestre. Afin de vérifier cette thèse, j’ai fait sortir les 5 titres du Dow Jones ayant le mieux performé en 2017 au 17 mars dernier tel que démontré dans le tableau suivant:

Source: VectorVest

 

Au 17 mars dernier, Apple inc. était en hausse de 20.87% depuis le 31 décembre, Boeing montait de 15.69%, Visa inc. de 15.66%, Nike Inc. de 13.71% et Cisco Systems de 13,27%. Voyons comment ces titres ont progressé pendant les 2 dernières semaines:

Source: VectorVest

 

Le tableau ci-dessus démontre que seul Apple inc. a monté pendant la période et que les autres titres les plus performants au 17 mars dernier ont tous eu des rendements inférieurs à l’indice S&P 500 qui a baissé de seulement 0.65% pendant les 2 dernières semaines. Ce petit test démontre qu’on ne peut pas se fier qu’à la faiblesse de l’égo des gestionnaires de portefeuille pour prévoir le mouvement à court terme de la bourse.

 

Revue de la semaine terminée le 31 mars, 2017

 

Après la défaite de Trump (encore lui…) sur son plan de soins médicaux, les investisseurs étaient pensifs à savoir comment notre Président américain réussirait à passer ses autres législations.  Ceci faisait tomber la bourse américaine.  Au Canada, la montée de l’or faisait monter la bourse.  L’indice de confiance publié mardi affichait son plus haut score depuis 16 ans et les marchés célébraient la nouvelle.  Mercredi, les actions du secteur de l’énergie et des matériaux montaient et les actions du secteur financier baissaient.  Au final, la bourse américaine baissait et la bourse canadienne montait.  Jeudi, les données sur le produit intérieur brut américain étaient meilleures que prévues ce qui faisait monter la bourse américaine, par contre au Canada, des prises de profit dans le secteur des matériaux faisaient baisser la bourse.  Vendredi, après un bon trimestre boursier, on assistait à des prises de profits dans les marchés et tant au Canada qu’aux États-Unis, les marchés étaient en baisse.

 

Valeur au 31 mars Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 548 +105 +0.68%
Dow Jones 20 663 +66 +0.32%
Pétrole ($US/baril) 50.60 +2.63 +5.48%
Or 1 249.20 +5.63 +0.45%
Can$/US$ 75.09 +0.34 +0.45%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En baisse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 3 au 7 avril, 2017

 

La semaine commence avec nos rapports usuels de début de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.  Mardi, les données sur les balances commerciales tant canadiennes qu’américaines sont publiées.  Mercredi, la Réserve fédérale américaine publie les minutes de sa dernière rencontre et vendredi les rapports sur l’emploi canadiens et américains seront produits.

 

Parmi les compagnies qui publient leurs résultats cette semaine, on note Sirius XM mardi, mercredi MTY Food publie les leurs et jeudi, c’est au tour de COGECO d’annoncer ses résultats trimestriels.

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine nous discutons de Taiwan Semiconductors (TSM).  TSM œuvre dans le domaine de la recherche et développement.  Ils produisent et distribuent des circuits intégrés (‘’Chips’’).  Les ventes de ce géant de l’industrie sont réalisées à près de 70% aux États-Unis et on peut soupçonner, sans l’affirmer, qu’ils fournissent un autre géant, Apple.  L’augmentation prévue des ventes et des profits pour 2017 est de 29% et de 15% respectivement (source : Vectorvest).  L’action se transige actuellement à près de 33$ et Alan G. House de Valueline lui donne une valeur de 42.50$.  De plus, la compagnie verse un dividende de 2.83%, ce qui plaira aussi à ceux qui privilégient des actions moins risquées.  N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.

Revue boursière de la semaine terminée le 24 mars 2017

Populisme, revivons-nous les années 1930?

 

Un gestionnaire de Hedge Fund, Ray Dalio, de la firme Bridgewater présentait un rapport la semaine dernière dressant un parallèle entre la situation politique et économique des années 1930 avec ce que nous vivons présentement. La montée du populisme a été notée avec l’arrivée de Trump aux États-Unis et est en émergence un peu partout dans le monde développé avec des partis comme UKIP au Royaume-Uni, AFD en Allemagne, Le Front National en France, Podemas en Espagne et le Mouvement 5 étoiles en Italie.

Source: Bridgewater

En résumé, selon Dalio, le populisme c’est:

– Le pouvoir de « l’homme ordinaire »
– Le pouvoir s’obtient en attaquant l’establishment, les élites et les puissants.
– Soutenu par les écarts de richesse, la xénophobie et l’inefficacité du gouvernement.
– L’émergence d’un leader fort qui se dit au service de « l’homme ordinaire » et qu’il rendra le système plus efficace.
– Du protectionnisme
– Du nationalisme
– Du militarisme
– Un environnement de grands conflits
– Des tentatives de contrôler et d’influencer les médias

Parmi les facteurs qui favoriseraient le populisme, notons:
– Une faible situation économique
– Une reprise inégale où l’élite semble prospérer
– Les querelles politiques qui ne mènent à rien.
– Des gens de la majorité se sentent menacés dans leurs valeurs et leur façon de vivre par les étrangers.

Le parallèle dressé entre les politiciens des années 1930 comme Hitler,Mussolini et Franco et ceux d’aujourd’hui est intéressant, mais ce qui a retenu mon attention est comment le rapport de Dalio compare la situation économique de l’époque avec celle d’aujourd’hui:

1) L’endettement atteint des niveaux inégalés provoquant un sommet dans l’économie et les marchés (1929 & 2007)
2) Les taux d’intérêt baissent à 0% vu la dépression (1932 & 2008)
3) L’impression d’argent est utilisée pour repartir l’économie (1933 & 2009)
4) La bourse et les placements risqués remontent(1933-1936 & 2009-2017)
5) L’économie s’améliore pendant la reprise cyclique (1933-1936 & 2009-2017)
6) La banque centrale hausse les taux d’intérêt causant la chute des marchés (1937)

La hausse des marchés entre 1933 et 1937 a été de 300%, elle n’a été que de 220% depuis mars 2009, il faut dire que la baisse des marchés boursiers qui avait précédé la reprise avait été plus marquée en 1929 qu’en 2008. Si l’histoire devait se répéter, on devrait s’attendre à une baisse marquée de la bourse dans un avenir rapproché. Entre mars 1937 et mars 1938, l’indice Dow Jones a reculé de 47%.

Revue de la semaine terminée le 24 mars, 2017

 

Le parlement américain tenait le haut du pavé cette semaine.  Au cours des deux premiers jours de la semaine, les investisseurs craignaient que le plan de réduction des impôts de Donald Trump ne reçoive pas assez d’appuis pour être accepté.  Les marchés, tant canadien qu’américains étaient en baisse.  Mercredi la chute du prix du pétrole était contrebalancée par la hausse du secteur des technologies et des services aux communautés.  On terminait la journée au neutre aux États-Unis, et on montait un peu au Canada.  Jeudi, les Américains retardaient leur vote sur le plan de remplacement de Obamacare et les marchés restaient en attente, bien qu’au Canada, le secteur financier faisait monter les marchés.  C’était un peu la même chose vendredi, alors qu’on attendait le vote sur Obamacare. Plus volatile que la veille, la bourse américaine terminait en baisse, alors qu’au Canada, cette baisse était compensée par la nouvelle de l’approbation du projet de pipeline KeystoneXL.

 

Valeur au 24 mars Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 443 -47 -0.30%
Dow Jones 20 597 -318 -1.52%
Pétrole ($US/baril) 47.97 -0.81 -1.66%
Or 1 243.57 +14.31 +1.16%
Can$/US$ 74.75 -0.14 -0.19%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En baisse
Bourse américaine Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

Ce que nous réserve la semaine du 27 au 31 mars, 2017

 

Petite semaine du côté des nouvelles économiques.  L’indice de confiance des consommateurs canadiens est publié mardi.  Les données sur les produits intérieurs bruts américains et canadiens sont publiées jeudi et vendredi respectivement.

 

Parmi les compagnies qui publient leurs résultats cette semaine, on note la compagnie Exfo (secteur des technologies) qui publie ses résultats mercredi et Dollarama qui publie les siens jeudi.

 

Sur notre radar cette semaine

 

Le résultat du vote pour remplacer Obamacare n’ayant pas été favorable, nous préférons ne pas ajouter à nos positions cette semaine.

Revue boursière de la semaine terminée le 17 mars 2017

Hausse du prix du pétrole requise pour soutenir la bourse

Un marché boursier sain continuera à monter tant que les attentes de profits des entreprises seront à la hausse. Au Canada, le secteur de l’énergie aura une importance déterminante pour le marché dans son ensemble. La demande en pétrole a tendance à augmenter en été, période où les gens voyagent davantage en auto et les prix du pétrole ont tendance à se raffermir.  Le graphique ci-dessous montre que les prix du pétrole montent généralement de février à août pour se replier pendant la période qui suit.

Au cours des 2 dernières semaines, le prix du brut a rapidement chuté de 53$ le baril à près de 48$. Une des raisons pour expliquer cette baisse est que certains analystes commencent à douter de la capacité de l’OPEP à faire respecter ses quotas de production par les pays membres. La corrélation entre les fluctuations de la bourse et le prix du baril a été très forte au cours des dernières semaines.

Si l’OPEP réussit à convaincre les marchés de sa cohésion, la tendance saisonnière devrait reprendre, le prix du pétrole remonter et la bourse reprendre une claire direction à la hausse.

 

Revue de la semaine terminée le 17 mars, 2017

 

La grande nouvelle de la semaine était à venir mercredi avec l’annonce de l’orientation des taux d’intérêt de la part de la Réserve fédérale américaine (FED).  Ainsi, au cours des deux premières journées de la semaine les marchés étaient en attente.  Lundi, la journée se terminait sans grandes variations des cours boursiers et mardi, la baisse du pétrole faisait tomber la bourse canadienne.  Mercredi, la FED annonçait une hausse de 0,25% des taux d’intérêt et les marchés prenaient la nouvelle positivement et terminaient la journée en forte hausse.  Jeudi, l’annonce des données budgétaires américaines faisait chuter la bourse de nos voisins du sud, alors que le secteur des biens de consommation faisait monter la bourse canadienne.  Vendredi, le secteur financier tant au Canada qu’aux États-Unis était en baisse, entrainant les marchés dans son sillon.

 

Valeur au 17 mars Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 490 -17 -011%
Dow Jones 20 915 +12 +0.06%
Pétrole ($US/baril) 48.78 +0.40 +0.83%
Or 1 229.26 +24.62 +2.04%
Can$/US$ 74.89 +0.65 +0.88%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En baisse
Croissance des profits En baisse
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 20 au 24 mars, 2017

 

L’indice national de l’activité économique de la Réserve fédérale de Chicago (Chicago FED) sera publié lundi.  Mardi, les ventes au détail canadiennes seront émises.  Les données sur les demandes d’assurance emploi américaines seront publiées jeudi et vendredi, les données sur l’inflation canadiennes et les commandes de biens durables américaines seront émises.

 

Parmi les compagnies qui publient leurs résultats cette semaine, on note General Mills et Power Financière mardi, Franco Nevada mercredi et Fiera capital jeudi.

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

Nous préférons ne pas ajouter à nos positions cette semaine, nous attendons d’avoir une meilleure idée de l’orientation des marchés avant de décider d’investir davantage.