Revue boursière de la semaine terminée le 26 octobre

La correction boursière est-elle finie?

Entre son sommet du 13 juillet dernier et le bas atteint vendredi, la bourse canadienne était en baisse de 11,18%.  La bourse américaine avait atteint son dernier sommet le 21 septembre et affichait une baisse de 10.63% à un moment vendredi. La bourse canadienne est retombée au niveau qu’elle avait atteint en mai 2008…

On dit que le marché est en correction quand la bourse baisse entre 10% et 20% et on parle de marché baissier quand la baisse dépasse les 20%. Il y a eu de nombreuses corrections depuis 75 ans et selon le réseau CNBC la correction moyenne dure 4 mois et présente une baisse moyenne de 13%. Un marché baissier aurait une durée moyenne de 13 mois et présenterait une baisse de 33%.

Un marché baissier survient au début des récessions économiques quand les attentes de profits des entreprises sont à la baisse. En ce moment, aucune de ces conditions ne serait en place et ne permet d’espérer que le dernier mouvement de la bourse s’inscrit dans le cadre d’une correction et non d’un marché baissier.

Une fin de correction ne pourra être confirmée que lorsqu’un nouveau sommet sera atteint, il sera alors trop tard pour profiter de l’occasion d’achat qui se présentait lors du dernier repli. Pour tirer profit d’une nouvelle tendance haussière, il est préférable d’attendre une confirmation de nouvelle tendance haussière. Investors Business Daily et VectorVest proposent chacune une façon de confirmer qu’une nouvelle tendance est en place.

Selon Investors Business Daily, on doit d’abord avoir une journée à la hausse et une confirmation de nouvelle tendance est obtenue quand cette première hausse est suivie entre 4 et 10 jours plus tard par une autre journée en hausse de plus de 1,2% avec un volume de transactions plus élevé que celui de la veille. Cette situation pourrait arriver cette semaine si la bourse monte lundi et est confirmée par une hausse importante vendredi.

L’approche de VectorVest suggère d’attendre que la bourse ait monté pendant 2 semaines consécutives avant de s’y aventurer.

Nous vous tiendrons informé du moment identifié par chacune des 2 méthodes pour entrer de façon plus conservatrice dans le marché.

En attendant la confirmation d’une nouvelle tendance, les fonds Phoenix prudents et opportunistes ont tout de même acheté des actions en fermeture de marché jeudi dernier pour profiter d’un rebond qui devrait se produire d’ici la fin de la semaine. Même en plein milieu d’une correction boursière, il survient des rebonds qui durent en moyenne 6 jours dont les fonds Phoenix entendent bien profiter.

On utilise un outil statistique pour identifier un marché sur-acheté ou sur-vendu: les bandes de Bollinger. Ces bandes placées à deux écarts types d’une moyenne nous indiquent si un marché a monté trop vite ou descendu trop vite par rapport à la moyenne. Quand le marché atteint la bande inférieure, on doit s’attendre à un rebond vers la moyenne, au premier signe d’un rebond, les fonds Phoenix achètent les titres financièrement intéressants qui ont le plus baissé dans la dernière correction avec l’idée de les conserver pour 6 à 12 jours. La ligne en rouge sur le graphique ci-dessous montre quand le S&P 500 est en situation sur-vendue.

Revue de la semaine terminée le 26 octobre 2018

Mauvaise semaine sur les marchés.  Lundi, les investisseurs jaugeaient l’impact des tarifs douaniers sur les coûts de production et les marchés débutaient la semaine en baisse.  Mardi, une série de résultats corporatifs décevants faisaient en sorte que la chute se poursuivait.  Puis mercredi, une autre série de résultats en deçà des attentes faisaient baisser les marchés lourdement.  Mercredi, l’optimiste revenait et les bons résultats de Microsoft expliquaient ce rebond.  Finalement vendredi, Amazon et Google publiaient de très bons résultats, mais les attentes étaient tellement élevées que ces bons résultats désappointaient les marchés et la bourse repartait à la baisse.

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés:

 

Ce que nous réserve la semaine du 29 octobre au 2 novembre 2018

 

Nouvelles Économiques

 

Mardi :  Indice de confiance des consommateurs canadiens

Mercredi : Produit intérieur brut au Canada

Jeudi : Indices PMI pour le Canada et les États-Unis, et indice ISM pour les États-Unis.  Ces indices sont des indicateurs de l’activité manufacturière

Vendredi : Rapports sur l’emploi au Canada et aux États-Unis

Compagnies publiant leurs résultats :

 

Lundi : Mondelez International, Waste Connection

Mardi : eBay, Facebook, MasterCard, Prizer

Mercredi : Cenovus Energy, Molson Coors, Transalta

Jeudi : Bombardier, BCE inc. EnCana, Fairfax, Saputo, SNC-Lavalin

Vendredi : Berkshire Hathaway, Chevron, Exxon Mobil

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous préférons le pas investir, l’encaisse est roi.

Revue boursière de la semaine terminée le 19 octobre 2018

Stéfane Marion: pas de récession avant 2 ans!

 

Stéfane Marion qui est économiste et stratège en chef à la Banque Nationale du Canada présentait son point de vue sur la situation économique à une conférence à l’intention des gestionnaires de portefeuille du Canada vendredi dernier. Malgré les fluctuations des dernières semaines, M. Marion croit que l’économie devrait aider à soutenir les marchés boursiers pour les 2 prochaines années.

Depuis la récession de 2008-2009, nous sommes dans le cycle de croissance économique le plus long de l’histoire. Nous serions entrés dans la phase finale d’un cycle économique, la phase de maturité depuis 6 mois. La phase de maturité dure en moyenne 33 mois, d’où l’espoir d’une continuité de la prospérité pour les deux prochaines années.

La croissance économique devrait atteindre 3.5% en 2019, une croissance plus lente que 2018, mais tout de même une croissance. La croissance chinoise ralentira à 6%. Les tensions géopolitiques continueront à inquiéter les économistes.

Les taux d’intérêt devraient augmenter de 0.25% cette semaine au Canada et on s’attend à une autre hausse de taux aux États-Unis d’ici la fin de l’année. Les bons du Trésor américains de 10 ans devraient afficher un taux entre 3% et 3,5% pour les 12 prochains mois soit près de leur niveau actuel. Le dollar canadien devrait monter vers les 80 cents US aidés par le prix du pétrole qui devrait se maintenir dans la fourchette des 65$ à 75$.

Le rebond identifié la semaine dernière s’est en grande partie dégonflé à la fin de la semaine. Les fonds Phoenix ont liquidé toutes leurs positions en bourse et attendront les prochains signes de reprise avant de réinvestir. La négociation du rebond a donné un léger profit aux États-Unis et une légère perte au Canada…

 

Revue de la semaine terminée le 19 octobre 2018

Les marchés débutaient la semaine à la baisse, les préoccupations concernant la hausse des taux d’intérêt étaient toujours présentes.  Puis mardi, les marchés bondissaient mardi suite au début de l’émission des résultats trimestriels des corporations américaines.  Mercredi, l’émission des minutes de la rencontre de la Réserve fédérale américaine montrait une unanimité quant à la décision de continuer la hausse des taux d’intérêt.  Ceci faisait recules les marchés.  Puis jeudi, les tensions géopolitiques avec l’Arabie Saoudite, de même que le budget déficitaire de l’Italie s’ajoutaient aux craintes d’augmentation des taux d’intérêt et la bourse chutait.  Vendredi, on débutait la journée en lion, supporté par de bons résultats corporatifs, mais cette hausse s’amenuisait au fur et à mesure que la journée passait.  On terminait cependant la journée en territoire positif.

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

 

Ce que nous réserve la semaine du 22 au 26 octobre 2018

 

Nouvelles Économiques

 

Mercredi : Mise à jour de la politique économique de la Banque du Canada, incluant l’orientation des taux d’intérêt.  Données sur les ventes des maisons neuves américaines

Jeudi : Données sur les commandes de biens durables aux États-Unis 

Vendredi : Publication du produit intérieur brut aux États-Unis pour le troisième trimestre.

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Kimberly Clark,

Mardi : Chemins de fer Canadian National, Caterpillar, Verizon

Mercredi : Barrick Gold, Microsoft, AT&T, Suncor, Visa

Jeudi : Comcast, Alphabet, Twitter, Union Pacific

Vendredi : Colgate-Palmolive

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous préférons ne pas investir, l’encaisse est roi.

Revue boursière de la semaine terminée le 5 octobre 2018

L’économie va bien: la bourse baisse…

 

Les nouvelles économiques sont très bonnes et pourtant la bourse a baissé la semaine dernière. Le rapport ADP sur la création d’emplois et l’indice ISM non manufacturier dépassaient les attentes mercredi, le Dow Jones a atteint son sommet de l’année à la publication de ce dernier indice avant de se mettre à reculer et terminer en baisse pour les deux sessions suivantes. Vendredi, on annonçait le taux de chômage le plus bas en près de 50 ans aux États-Unis et la bourse baissait.

Ce que les bourses craignent c’est que les taux d’intérêt montent trop vite. Le marché obligataire a fortement réagi aux bonnes nouvelles et on a vu les taux d’intérêt monter de plus de 0,15% en moins de 2 jours. Le président de la Réserve fédérale américaine n’a pas aidé en laissant entendre dans un discours que l’économie allait bien au-delà de ses attentes. Le commentaire de Jerome Powell a été interprété par les participants au marché que les hausses de taux sont inévitables et qu’un impact à la baisse sur le marché boursier ne freinerait pas les restrictions de politique monétaire.

Les entreprises les plus touchées par les hausses de taux d’intérêt sont bien sûr celles qui sont le plus endettées. L’indice Russel 2000 des petites capitalisations américaines de même que l’indice Nasdaq avaient touché leur sommet le 31 août dernier et ont accentué leur descente cette semaine suite à la hausse des taux. Le graphique ci-dessous montre l’évolution des petites capitalisations américaines depuis le mois d’août:

 

La petite baisse du Dow Jones cette semaine comme celle du Russel 2000 depuis 1 mois, devrait être de courte durée selon la majorité des analystes financiers qui viennent donner leurs commentaires dans les médias financiers. Un des plus pessimistes, Steve Miller, prévoit que la baisse pourrait atteindre 10% à 15% d’ici novembre avant que la bourse ne remonte de façon précipitée en fin d’année pour atteindre de nouveaux sommets quelque part en janvier ou février. Le conseil qui revient le plus souvent est de profiter de la baisse du marché pour acheter à bon prix des actions… Un véritable marché baissier, un marché qui afficherait une baisse de plus de 20%, devrait survenir lors d’une prochaine récession qu’aucun économiste sérieux n’annonce pour 2019…

En passant, les fonds Phoenix Prudents et opportunistes gérés par François Gagnon avaient vendu toutes leurs actions en début de semaine, juste avant les dégringolades de jeudi et vendredi…

Revue de la semaine terminée le 5 octobre 2018

L’entente de libre-échange conclue le Canada et les États-Unis faisait monter les marchés lundi dernier.  La fête se poursuivait aux États-Unis mardi, mais au Canada, les banques perdaient du terrain, entraînant la bourse en territoire négatif.  Mercredi, un bon rapport préliminaire sur l’emploi faisait monter les marchés.  Mais cette joie était de courte durée.  Les taux d’intérêt montaient sur les marchés obligataires et ceci faisait chuter les marchés jeudi et vendredi.

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

 

Ce que nous réserve la semaine du 8 au 12 octobre 2018

 

Nouvelles Économiques

Lundi : bourse canadienne fermée

Mardi : mises en chantier canadiennes

Jeudi : données sur l’inflation aux États-Unis

Vendredi : Indice de confiance des consommateurs américains

Compagnies publiant leurs résultats :


Mercredi : MTY Food

Jeudi : Delta Airlines 

Vendredi: JP Morgan, Wells Fargo

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous préférons ne pas rajouter à nos positions et privilégions l’encaisse.

 

 

Revue boursière de la semaine terminée le 28 septembre 2018

Meilleur trimestre depuis 2013 aux États-Unis

Les Américains ont une autre raison d’être fiers: leur marché boursier a été l’un des plus performants au monde au cours du 3e trimestre de 2018 qui s’est terminé la semaine dernière. Le S&P 500 a progressé de 7,2% au cours du trimestre pendant que le Dow Jones avançait de 9,3%.

La bonne performance du marché boursier américain s’explique par des chiffres de profits en forte croissance. Les baisses d’impôts corporatifs ont bien sûr aidé à la profitabilité. Donald Trump peut donc pavoiser en toute quiétude en s’attribuant les mérites des bons rendements obtenus par les investisseurs au cours du dernier trimestre. Le graphique ci-dessous illustre la performance du Dow Jones pendant les 3 derniers mois:

Au Canada, la situation n’est pas aussi rose. Les menaces de tarifs douaniers sont venues faire baisser le prix des actions de ressources naturelles et des entreprises industrielles qui exportent aux États-Unis. Le S&P TSX de la bourse de Toronto a baissé de 1,25% pendant le dernier trimestre. Justin Trudeau peut toutefois dire que grâce à lui, les titres de producteurs de marijuana vont très bien…

Le graphique ci-dessous montre l’évolution de la bourse canadienne pour le dernier trimestre:

Revue de la semaine terminée le 28 septembre 2018

Les tergiversations concernant l’imposition de tarifs douaniers continuaient et faisaient chuter la bourse américaine en cette première journée boursière de la semaine.  Mardi les investisseurs restaient sur les lignes de côté en attendant le résultat de la décision de la Réserve fédérale américaine (FED) concernant les taux d’intérêt.  Les bourses chutaient quelque peu.  Mercredi, la FED annonçait une hausse des taux.  Les marchés chutaient, en réalisant que le cycle économique haussier que nous connaissons présentement pourrait arriver près de la fin.  Jeudi, les titres de Facebook, Apple et Google montaient et ils entraînaient les marchés avec eux.  Finalement vendredi, ces mêmes titres étaient en baisse, cependant les titres plus défensifs, tel que les titres de services aux collectivités montaient.  Au final, la bourse américaine montait un peu.  Au Canada, l’anxiété causée par l’absence d’une entente au sujet de l’ALENA faisait chuter la bourse.

Ce que nous réserve la semaine du 24 au 28 septembre 2018

 

Nouvelles Économiques

Lundi : Indices PMI pour le Canada et les États-Unis, et indice ISM pour les États-Unis.  Ces indices sont des indicateurs de l’activité manufacturière

Vendredi : Rapports sur l’emploi au Canada et aux États-Unis

Compagnies publiant leurs résultats :

Lundi : Calmain Food

Mardi : Pepsi

Mercredi : Acuity Brands

Jeudi : Costco, Quincaillerie Richelieu

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine, nous discutons de Amazon (AMZN). La compagnie n’a pas besoin de présentation, la demande pour les biens et services du détaillant en ligne est en croissance continue.  La compagnie prévoit augmenter ses ventes et profits de 39% et de 37% respectivement, tout ça d’ici l’an prochain (source Vector Vest).  Les services web offerts par Amazon sont utilisés par de plus en plus de grandes corporations telles que Verizon, Fox, Ryannair, etc. Le titre se transige aux alentours de 2,000$ US et Daniel Salmon et BMO marché des capitaux lui donne une cible moyenne de  2,250$ US d’ici un an.

N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.