Revue boursière de la semaine terminée le 22 juin 2018

La menace d’intensification de guerre commerciale fait trembler les bourses mondiales

L’imposition de tarifs douaniers par les américains sur l’aluminium et l’acier le mois dernier a engendré une réponse des pays visés qui se sont mis à imposer eux aussi des tarifs sur les produits importés des États-Unis. Certains économistes commencent à dire que l’escalade des droits de douane pourrait mener l’économie mondiale vers une récession.

Une projection publiée par la Banque Scotia la semaine dernière laissait entendre que des droits de douane de 20% sur l’ensemble des importations américaines plongeraient le Canada et le Mexique en récession dès 2020. On disait que l’économie canadienne pourrait reculer de 1,8% advenant une telle imposition de droits de douane.

La croissance économique des États-Unis  est aussi remise en question, mais ça prendrait tout un choc pour faire dérailler une économie qui a une croissance projetée de 2,8%, selon la réserve fédérale, qui connait un niveau de confiance record des consommateurs et des entreprises et qui a un taux de chômage au niveau le plus bas des 20 dernières années.

Comme investisseurs on ne peut souhaiter qu’une chose: que les gouvernements s’entendent et ne posent pas de restrictions au commerce international. En attendant la divulgation des résultats des compagnies au 30 juin, on peut s’attendre à ce que la turbulence se poursuive sur les marchés…

Revue de la semaine terminée le 22 juin 2018

L’imposition de tarifs douaniers faisait baisser la bourse américaine lors de la première journée de la semaine alors que de bons résultats de Bombardier faisaient monter la bourse canadienne. Mardi, les tarifs douaniers faisaient encore baisser les marchés. Mercredi, nous avions droit à un rebond, particulièrement du côté du secteur des technos ainsi que de la consommation discrétionnaire.  Jeudi, la peur de l’imposition de tarifs douaniers reprenait le haut du pavé et les marchés perdaient du terrain. Vendredi, un rebond du prix du pétrole faisait monter la bourse.

Ce que nous réserve la semaine du 25 au 29 juin 2018

 

Mardi : Indice de confiance des consommateurs américains

Mercredi : Commandes de biens durables aux États-Unis

Jeudi : Données sur le produit intérieur brut américain

Vendredi: Données sur le produit intérieur brut canadien

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine:

 

Mercredi: Chorus Entertainment, General Mills

Jeudi: Nike, Shaw Corporation

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous prenons une pause et attendons de voir comment les marchés vont réagir avant d’investir à nouveau.

Revue de la semaine terminée le 15 juin 2018

Turbulence attendue sur les marchés…

Nous approchons de la fin du trimestre qui se terminera le 30 juin prochain. Les entreprises se font plus discrètes en matière de nouvelles financières les concernant de crainte de divulguer des informations privilégiées qui doivent être données à tous les investisseurs en même temps lors du dévoilement des résultats.

Faute de résultats financiers, l’attention des investisseurs se porte davantage sur les politiques monétaires des banques centrales et bien sûr sur les politiques du président américain qui réussit à faire bouger les marchés à coup de tweet…

Une des rumeurs qui laisse croire à plus de volatilité est que les entreprises interrompent le rachat de leurs actions pendant les périodes de blackout. Une période de blackout couvre la période entre la fin d’un trimestre et le jour du dévoilement des résultats. On veut éviter par le blackout que les membres de la haute direction d’une entreprise ne profitent d’informations privilégiées pour acheter ou vendre des actions. Dans les faits, il est permis de poursuivre les rachats d’actions pourvu que ces rachats soient faits de façon systématique, qu’ils ne se fassent dans les 10 dernières minutes de transaction de la journée, qu’ils n’utilisent pour ce faire que les services d’un seul courtier et que le volume de transactions n’excède pas de plus de 25% le volume moyen des 4 semaines précédentes.

Un analyste technique, Steve Miller, s’attend à une baisse des marchés pour les 4 prochaines semaines avant que ceux-ci ne reprennent leur tendance haussière à long terme. L’approche de M. Miller repose sur l’idée que des cycles se superposent pour nous donner la direction du marché. Chacun des cycles est représenté par un demi-cercle. La convergence des cycles à la baisse devrait se terminer vers la mi-juillet comme le montre le graphique ci-dessous. La ligne bleue pointillée représente la direction la plus probable des marchés selon M. Miller.

Une zone de turbulence prévue n’est jamais une raison valable pour sauter en bas d’un avion en plein vol…  Un portefeuille bien diversifié, composé entre autres d’entreprises rentables, en croissance et à prix raisonnables devrait passer les 4 prochaines semaines sans trop de dommages et profitera de la reprise qui devrait suivre si on se fie toujours à la même analyse de Steve Miller.

 

Revue de la semaine terminée le 15 juin 2018

La hausse du prix du pétrole faisait monter la bourse canadienne alors que c’était le clame plat aux États-Unis en cette première journée de la semaine. Mardi, les investisseurs restaient sur les lignes de côté dans l’attende de la rencontre de la Réserve fédérale américaine (FED) à venir le lendemain.  Puis mercredi, la FED annonçait une hausse de taux et portait à croire qu’il y en aurait deux autres cette année.  Ceci, donnant une hausse de taux de plus qu’anticipé par plusieurs, faisait baisser les marchés.  Peu de nouvelles financières jeudi et vendredi les marchés chutaient sur l’annonce d’imposition de tarifs douaniers par Trump.

Ce que nous réserve la semaine du 18 au 22 juin 2018

Mardi : Mises en chantier aux États-Unis

 Jeudi : Ventes de gros au Canada

Vendredi:  Données sur l’inflation et le commerce au détail au Canada

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine:

Mardi: Fedex, Oracle

Mercredi: Micron

Vendredi: BlackBerry, Carmax

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous vous présentons intuitive Chirurgical (ISRG). ISRG développe et manufacture des systèmes opératoires assistés et robotisés de sorte que certaines opérations peuvent maintenant se faire sans trop de dommages permanents sur le patient.  Les excellents résultats du dernier trimestre, ainsi que le fait que la compagnie soit plutôt optimiste dans ses prévisions de profits pour cette année font en sorte que nous aimons passablement le titre. Le titre se transige à 490S US et Michel Ratty de Value Line croit que le titre pourrait aller aussi haut qu’à 650$ d’ici un an.

 

N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.

 

 

Revue boursière de la semaine terminée le 8 juin 2018

Il y a plus d’emplois offerts que de chercheurs d’emplois pour les combler!

Le marché de l’emploi est souvent regardé comme le meilleur indicateur de la vigueur d’une économie. Le département du travail américain publie depuis l’an 2000 des statistiques sur les emplois offerts. Il y avait 6,7 millions d’emplois disponibles à la fin d’avril 2018 a révélé la semaine dernière le plus récent rapport qui montrait une forte hausse de la demande dans le secteur manufacturier.

Plusieurs emplois ne trouvent pas preneurs aux États-Unis par manque de compétence et de formation du côté des chercheurs d’emplois.

On annonçait également la semaine dernière que plus de 103 000 emplois étaient à pourvoir au Québec. Le vieillissement de la population et le départ à la retraite des baby-boomers expliqueraient entre autres le dynamisme de l’emploi chez nous.

On devrait s’attendre à ce que dans un marché serré de l’emploi, les employés en profitent pour demander des augmentations de salaire. Les statistiques à ce sujet ne confirment pas cette thèse pour l’instant alors qu’on dit que les salaires auraient augmenté de 2,7% au cours de la dernière année aux États-Unis. Les investisseurs boursiers souhaitent une inflation modérée qui permet de garder les taux d’intérêt bas et c’est ce que l’économie leur offre pour l’instant.

Le graphique ci-dessous illustre la relation entre le nombre de chercheurs d’emplois et le nombre d’emplois disponibles. Pendant la crise économique de 2008, il y avait presque 7 chercheurs d’emploi pour chaque emploi disponible. Ce ratio est tombé sous la barre de 1 pour la première fois depuis que l’on suit ces statistiques aux États-Unis.

Nombre de chercheurs d’emplois par emploi disponible aux États-Unis

 

Warren Buffet appelé à commenter la situation économique au réseau CNBC a déclaré que l’économie se portait à merveille. Il a rajouté toutefois que ce n’est pas parce que l’économie va bien que cela veut nécessairement dire que les marchés boursiers vont bien se comporter dans les prochains mois…

 

Revue de la semaine terminée le 8 juin, 2018

Les marchés étaient encore portés à la hausse par le très bon rapport sur l’emploi émis vendredi et la bourse montant en ce lundi.  Mardi, les tensions concernant l’imposition de tarifs douaniers faisaient baisser la bourse américaine alors qu’au Canada, les compagnies de marijuana faisaient monter la bourse.  Mercredi, les titres du secteur financier faisaient monter les marchés.  La journée de jeudi se terminait en dent de scie, les titres du secteur de l’énergie étaient en hausse alors que les titres des technos baissaient.  Vendredi, les titres du secteur technologiques poursuivaient leur légère baisse alors que les compagnies perçues comme étant généralement plus sécuritaires comme celles des soins de santé et les produits de consommation de base étaient en hausse.  Au final, la bourse terminait la journée en territoire positif.

 

Ce que nous réserve la semaine du 11 au 15 juin 2018

Mardi : Données sur l’inflation américaine

Mercredi : Mise à jour de la politique monétaire américaine (incluant les taux d’intérêt)

Jeudi : Ventes des maisons neuves au Canada et Données sur le commerce au détail américain

Vendredi: Statistiques sur la production industrielle américaine

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine:

Lundi: David’s Tea

Mercredi: Seadrill

Jeudi:  Enghouse System, Transat

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous vous présentons Fairfax Financial Holdings (Fairfax) symbole boursier FFH. Fairfax est une compagnie de gestion qui œuvre dans le domaine des services financiers et qui possède plusieurs compagnies d’assurances, de réassurances tant en assurance vie qu’en assurance de dommages.  La particularité des compagnies d’assurances est qu’elles prennent les primes des investisseurs et les investissent.  Plus le rendement sur les placements est bon et plus la compagnie est rentable.  Le président de Fairfax, Prem Watsa est reconnu pour être un des meilleurs gestionnaires en placement dans son domaine et est souvent comparé à Warren Buffet. De plus, la hausse des taux d’intérêt amorcée il y a un an fait en sorte que les placements garantis sont plus payants et diminuent le besoin de réserves au bilan pour payer les primes d’assurances futures, ce qui est un plus.  Présentement, la compagnie a beaucoup d’encaisse à investir et les marchés font confiance à Prem Watsa pour tirer son épingle du jeu.  Le titre se transige à 742$ et Tom MacKimmon de BMO marché des Capitaux lui attribue une cible de 770$ d’ici un an.

 

N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.

 

Revue boursière de la semaine terminée le 1er juin 2018

Début de guerre commerciale…

source: Renaud-Bray.com

 

Donald Trump a encore réussi à faire la une des nouvelles économiques en annonçant des tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Canada, de l’Europe et du Mexique. Le Canada et les pays européens ont répondu en annonçant eux aussi des tarifs sur certains produits américains.

Le Canada a choisi d’imposer de tarifs douaniers sur des produits fabriqués dans des états où la lutte s’annonce chaude pour les élections de novembre prochain. Les tarifs canadiens s’attaquent au jus d’orange, aux sacs de couchage, au bourbon et aux cartes à jouer entre autres, car ils sont produits dans des états où les républicains risquent de perdre leurs sièges à la chambre des représentants.

Les échanges visés par les tarifs représentent près de 16 milliards de dollars par année. Selon Radio-Canada les ventes de produits canadiens aux États-Unis atteignent plus de 400 milliards de dollars par année. C’est donc près de 4% des produits exportés vers les États-Unis qui seront touchés. La plupart des économistes présents dans les médias financiers ont condamné ces mesures protectionnistes qui risquent d’amener de l’inflation. Avec seulement 4% des échanges visés pour l’instant, la plupart des analystes s’entendent pour dire que ces tarifs ne feront pas dérailler le train de la croissance économique.

Les marchés boursiers devraient varier au gré des nouvelles sur le commerce international cette semaine. La réunion du G7 qui aura lieu dans Charlevoix à la fin de la semaine mettra en opposition le président américain avec ses homologues d’Europe et du Canada. Comme peu de résultats financiers sont attendus cette semaine et que peu de nouvelles statistiques économiques seront publiées, les journalistes ne parleront que de tarifs douaniers et de leurs impacts potentiels sur les économies du monde développé. C’est bien plus la peur d’une escalade de la guerre commerciale entamée cette semaine qui fait peur que l’effet réel des mesures annoncées la semaine dernière.

Revue de la semaine terminée le premier juin 2018

La baisse du prix du pétrole faisait baisser la bourse canadienne lundi alors que la bourse américaine était fermée.  Mardi, une crise politique en Italie et la menace que le pays ait l’intention de sortir de l’Union européenne faisait baisser les marchés.  Mercredi, le prix du pétrole remontait et les investisseurs faisaient fi des craintes liées à l’Italie et la bourse reprenait presque tout le terrain perdu la veille.  Jeudi, les États-Unis annonçaient une hausse des tarifs douaniers sur l’aluminium et l’acier pour le Canada, le Mexique et l’Union européenne et ceci faisait chuter les marchés. Finalement vendredi, un très bon rapport sur l’emploi américain faisait monter la bourse, alors qu’au Canada, on terminait la journée sans grands changements.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 4 au 8 juin 2018

Mardi : Rapport sur les emplois non comblés américains

Mercredi : Balance commerciale canadienne

Vendredi:  Rapport sur l’emploi au Canada, vente de gros américaines, début de la rencontre du G7.

 

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine:

Mardi: Ambarella

Mercredi: Mediagrif, Ubisoft

Jeudi:  Broadcom, Dollarama, Saputo, Transcontinental

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous faisons un retour sur Google (GOOGL).  Nous avons parlé de ce titre à quelques reprises et encore il nous apparaît comme un bon investissement.  Les revenus de publicité générés par de multiples plateformes, dont ses moteurs de recherche, les applications et un meilleur ciblage de YouTube, font en sorte que les revenus pourraient encore croître de 15-20% par année.  Le titre se transige à 1,135$ US et Steven Ju de Crédit Suisse lui attribue une cible de 1,3500$ US d’ici un an.

N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.