Revue boursière de la semaine terminée le 26 janvier 2018

Euphorie à New York et calme plat à Toronto

La bourse américaine a connu un de ses meilleurs débuts d’année de l’histoire. L’indice Dow Jones était en hausse de 7.45%, le S&P500 de 7.67% et le Nasdaq de 8.72% au cours de clôture de vendredi dernier par rapport au dernier jour de décembre. La performance de la bourse américaine en dollars canadiens est amoindrie de près de 2% à cause de la hausse du dollar canadien pendant la même période.

L’indice phare de la bourse de Toronto a presque effacé tous ses gains de l’année la semaine dernière ne montrant plus qu’une performance de 0.18% depuis le début janvier.

Plusieurs analystes financiers et économistes prévoyaient une performance de la bourse de 5% à 10% pour l’année 2018 et cette performance a été atteinte en quatre semaines… La croissance des profits des entreprises et les faibles taux d’intérêt jumelés à l’adoption d’une réforme fiscale aux États-Unis expliquent l’emballement de la bourse. La fête serait loin d’être finie selon Ray Dalio, un investisseur milliardaire reconnu comme l’un des meilleurs gestionnaire de hedge fund au monde qui donnait une entrevue à l’émission Squawk Box du réseau CNBC jeudi matin, M. Dalio a déclaré la semaine dernière que ceux qui laissaient leur argent en encaisse allaient le regretter.

La peur de manquer la chance de s’enrichir par la bourse a attiré les petits investisseurs au cours des dernières semaines. Le fonds négocié  en bourse SPDR S&P 500 mieux connu par son code boursier SPY a dépassé les 300 milliards d’actifs sous gestion la semaine dernière alimentée par des entrées de fonds de 6.2 milliards pour les 5 derniers jours selon Factset.

L’histoire nous dit toutefois que les émotions sont mauvaises conseillères en matière de placement. Les investisseurs ont tendance à avoir une grande confiance au moment où les marchés atteignent leurs sommets et craignent les marchés quand il est à son plus bas comme l’illustre le graphique ci-dessous:

Source: site internet Banque TD

Le secret pour réussir avec ses placements n’est pas de chasser le placement qui performe le mieux au moment présent, mais de biens diversifier ses avoirs selon un plan établi et de suivre ce plan.

Revue de la semaine terminée le 26 janvier, 2018

 Les bourses américaines et canadiennes évoluaient différemment cette semaine.  Lundi, une entente entre les élus démocrates et républicains faisait en sorte que le gouvernement américain rouvrait ses portes et la bourse rebondissait.  Au Canada, c’était une journée à la baisse, exception faite des compagnies de marijuana qui volaient la vedette.  Mardi des résultats tantôt bons, tantôt moins bons laissaient les marchés pratiquement inchangés.  Pour le reste de la semaine, la bourse américaine montait significativement, supportée par d’excellents résultats corporatifs, alors qu’au Canada, on perdait un peu, les résultats du CN et de Valeant étant inférieurs aux attentes des investisseurs.

  Valeur au 26 janvier Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 239 -114 -0.70%
Dow Jones 26 616 +544 +2.094%
Pétrole ($US/baril) 66.14 +2.53 +3.98%
Or 1 349.12 +17.28 +1.30%
Can$/US$ 81.25 +1.21 +1.51%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse Canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

Ce que nous réserve la semaine du 29 janvier au 2 février, 2018

Mardi : Indice de confiance des consommateurs américains

Mercredi : Produit intérieur brut au Canada et les minutes de la rencontre de la Réserve fédérale américaine

Jeudi : Le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.

Vendredi : Rapport sur l’emploi aux États-Unis

Beaucoup de résultats corporatifs cette semaine, voici quelques compagnies qui publieront les leurs :

Lundi : Lockheed Martin

Mardi : Metro inc. McDonald

Mercredi : Groupe CGI, Facebook, Microsoft, PayPal, AT&T

Jeudi : Alibaba, Amazon, Alphabet (le parent de Google), MasterCard, Visa, Quincailleries Richelieu

Vendredi: Chevron

Sur notre radar cette semaine

 Cette semaine nous parlons de Constellation Software (CSU).  CSU est une compagnie canadienne et un des leaders mondiaux de services et de logiciels informatiques, avec plus de 125,000 clients dans plus de 100 pays.  Peu de gestionnaires canadiens ont acquis la réputation d’excellence de son président Mark Leonard.  Ce dernier, un peu comme Alain Bouchard de Couche-Tard est devenu un maître pour faire croître sa compagnie par acquisitions et pour bien intégrer les compagnies acquises. La preuve en est que les ventes de CSU totalisaient 2.1 milliards de dollars pour l’exercice terminé le 31 décembre 2016 et selon l’analyse de Thanos Moschopoulos de BMO Marché des Capitaux, les ventes de CSU avoisineront 2.9 milliards de dollars pour l’exercice terminé le 31 décembre 2018, soit une croissance de 38% sur deux années.  Le titre se transige à 795$ et monsieur Moschopoulos prévoit que le titre montera à 840$ d’ici un an.  N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 12 janvier 2018

Perspectives 2018 de Clément Gignac

En début d’année, il est toujours intéressant d’entendre ce que les économistes et les gestionnaires de portefeuilles ont à dire sur leurs attentes pour la prochaine année. Clément Gignac, vice-président principal et économiste en chef à IA Groupe financier, a présenté ses perspectives financières 2018 jeudi dernier. Voici les grandes lignes qui ont retenu notre attention:

1) Tous les pays de l’OCDE sont en croissance économique en même temps. La croissance synchronisée des grandes économies est une première en 10 ans et explique la bonne performance des divers marchés boursiers en 2017. La croissance économique chinoise s’est accélérée en 2017, une première depuis 2009, ce qui devrait soutenir la croissance des pays émergents. La croissance économique devrait se poursuivre en 2018, aucune récession ne serait en vue.

2) L’économie américaine tourne à son plein potentiel. Nous entrons dans la phase mature de l’expansion. Il serait normal de s’attendre à voir des pressions inflationnistes à ce stade-ci et à des hausses de taux d’intérêt.

3) L’immigration est un des facteurs majeurs qui explique la vigueur économique du Canada. La plupart des immigrants au Canada sont des gens instruits et participent activement à la richesse collective.

4) Depuis mars 2009, le S&P 500 a progressé de plus de 300% sans connaitre de baisse de 20% ou plus. C’est le second marché haussier le plus long de l’histoire. M Gignac compare ce marché à un match de baseball où nous serions dans la 7e manche d’un match qui en compte habituellement 9 mais qui peut aussi aller en prolongation… Il préfère les marchés européens qui seraient plutôt en 4e manche…

5) Le marché boursier a été très peu volatil en 2017. La pire baisse fut de 2,8% alors que la médiane des baisses est de 13%. Une si faible volatilité, c’est du jamais vu et on ne s’attend pas à ce que ça se répète en 2018.

6) Les aubaines en bourse seraient davantage ailleurs dans le monde qu’aux États-Unis vu l’évolution des divers marchés depuis 2009, des ratios cours-bénéfices et des rendements de dividendes:

source: J.P. Morgan Asset Management

Revue de la semaine terminée le 12 janvier, 2018

La session boursière de lundi se terminait sans grand changement, les investisseurs n’ayant aucune nouvelle significative à se mettre sous la dent.  Mardi, l’assouplissement des tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis faisaient monter les marchés.  Mercredi, on avait droit à une session plus volatile, des rumeurs à l’effet que les États-Unis pourraient se retirer de l’ALENA faisaient tomber les marchés un peu.  Jeudi et vendredi les marchés montaient passablement portés par de bons résultats corporatifs, notamment par ceux de JP Morgan et les autres banques américaines.

  Valeur au 12 janvier Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 308 -41 -0.25%
Dow Jones 25 803 +507 +2.00%
Pétrole ($US/baril) 64.35 +2.91 +4.74%
Or 1 334.92 +15.33 +1.16%
Can$/US$ 80.26 -0.30 -0.37%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse Canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

Ce que nous réserve la semaine du 15 au 19 janvier, 2018

Mercredi : la Banque du Canada fera une mise à jour de sa politique monétaire, notamment au sujet des taux d’intérêt.  Les données sur la production industrielle américaines seront également publiées.

Jeudi : mises en chantiers américaines

Vendredi : statistiques sur les ventes du secteur manufacturier canadien.

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

Mardi : Citigroup, Chemins de Fer CSX, United Health Group

Mercredi : Alcoa, Bank of America, Goldman Sachs

Jeudi : American Express, Chemins de fer Canadien Pacifique, IBM, Quincailleries Richelieu

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous parlons de Blackrock (BLK).  BLK est une firme de gestion de placements parmi les plus importantes au monde en termes d’actif géré.   (*information prise sur le site internet de Blackrock).  Ils gèrent l’argent tant pour les fonds de pension et autres investisseurs institutionnels, ainsi que pour les investisseurs individuels.  Un de leur produit le plus populaire est les fonds négociés en bourse distribués sous la marque IShare.  L’appétit des investisseurs pour les fonds négociés en bourse est indéniable et BLK, à titre de joueur dominant sur le marché, tire une large portion de ses revenus et profit des FNB, et on prévoit que la tendance va se maintenir.  Ses résultats, publiés la semaine dernière étaient excellent et la compagnie prévoit augmenter ses profits de l’ordre de 11% d’ici une année.  Le titre se transige à 555$ US et Craig Siegenthaler de Crédit Suisse prévoit que le titre montera à 672$ US d’ici une année.  De plus BLK verse un dividende de l’ordre de 1.80%. N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 5 janvier 2018

Magie de Noël 2017!

Nous profitons de cette première chronique boursière de l’année 2018 pour vous souhaiter nos meilleurs vœux de santé et de prospérité pour la nouvelle année!
Une des stratégies opportunistes qu’utilise le fonds Phoenix prudent et opportuniste d’actions est celle du Rallye de Noël. Cette stratégie suppose qu’on achète entre le 11 et le 15 décembre les 10 titres qui ont le plus baissé dans l’année tant sur le TSX que sur le S&P500 et de revendre le tout le 6 janvier de l’année qui suit. L’idée est d’acheter des titres qui sont vendus pour les pertes fiscales de fin d’année et qui se transigent sous leur valeur intrinsèque. Ces compagnies survendues reviennent plus près de leur vraie valeur quand les vendeurs pour fins fiscales disparaissent du marché. Voyons ce que cette stratégie aurait donné en 2017 en supposant qu’on ait fait ses achats le 15 décembre à 16h et qu’on ait revendu le tout vendredi dernier.

Au Canada, cette stratégie aurait rapporté 7,28% alors que le TSX n’a progressé que de 1,92% pendant cette période:

Source: Gestion Privée Phoenix S.A. et VectorVest

Aux États-Unis, cette stratégie aurait rapporté 6,91% contre 2,52% pour le S&P 500:

Source: Gestion Privée Phoenix S.A. et VectorVest

Les résultats obtenus par Gestion Privée Phoenix ont été moins élevés que ce qui est indiqué ci-dessus, car les achats ont été faits avant 16h le 15 janvier à des prix un peu plus élevés, il y a eu des frais pour les achats et les ventes, le dollar canadien s’est apprécié de 3.39% réduisant d’autant le rendement américain converti en dollars canadiens. Il demeure que cette stratégie a souvent surpassé les indices de référence au cours des dernières années.

Au Canada cette stratégie a été rentable 13 fois au cours de 14 dernières années:

Source: Gestion Privée Phoenix S.A.

Aux États-Unis cette approche a fonctionné 18 fois au cours des 22 dernières années!

Source: Gestion Privée Phoenix S.A.

Revue de la semaine terminée le 5 janvier, 2018

L’année boursière débutait mardi portée par l’optimisme des investisseurs et la journée se terminait positivement.  Mercredi et jeudi, de bonnes données économiques faisaient encore monter les marchés.  Finalement vendredi, un bon rapport sur l’emploi faisait monter la bourse américaine alors que la baisse du secteur de l’énergie faisait baisser le marché canadien.

  Valeur au 5 janvier Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 349 +140 +0.86%
Dow Jones 25 295 +576 +2.33%
Pétrole ($US/baril) 61.44 +1.02 +1.29%
Or 1 319.59 +16.79 +1.69%
Can$/US$ 80.56 +1.01 +1.27%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse Canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 8 au 12 janvier, 2018

 

Mardi : Les mises en chantier canadiennes et le rapport sur les emplois disponibles aux États-Unis

Vendredi: Les ventes au détail et les données sur l’inflation aux États-Unis

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

Mardi : Acuity Brands,

Mercredi : Cogeco Inc., Delta Airlines

Jeudi : Bank of America

Vendredi : Wells Fargo, JP Morgan Chase, Blackrock inc.

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous parlons de Canadian Tire (CTC.A).  CTC.A est l’une des plus importantes compagnies canadiennes œuvrant dans le commerce au détail avec plus de 500 magasins.  Il va sans dire que dans le milieu où œuvre CTC.A, les barrières à l’entrée sont importantes.  C’est-à-dire qu’il est peu probable qu’un compétiteur parvienne à s’installer à un cout raisonnable.  Nous trouvons l’action de CTC.A peu dispendieuse par rapport à la profitabilité de la compagnie.  La croissance est stable et CTC.A prévoit augmenter ses profits de l’ordre de 11%, ce qui est très bien pour une entreprise de cette taille et à maturité.  De plus, la croissance des ventes des magasins ouverts depuis plus d’un an se chiffrait à 4.7% lors du dernier trimestre, encore une bonne donnée.  Le titre se transige à 167$ et Peter Sklar de BMO marché des Capitaux prévoit que le titre montera à 182$ d’ici une année et CTC.A verse un dividende de l’ordre de 2.15%. N’hésitez pas à me contacter afin de valider si ce titre pourrait vous convenir.