Revue boursière de la semaine terminée le 17 novembre 2017

Le temps des réjouissances en bourse?

L’optimisme semble être le sentiment dominant ces dernières semaines. Dès que le marché baisse le moindrement, les chasseurs d’aubaines entrent en jeu et font remonter le marché. À deux reprises la semaine dernière, le Dow Jones commençait la journée en baisse de près de 150 points pour récupérer la plupart de ses pertes avant la fin de la journée. Un vote sur la réforme fiscale américaine jeudi a laissé croire que le meilleur est peut-être encore à venir.

Selon un article paru le dimanche 19 novembre sur CNBC.com, on assiste généralement à une hausse plus grande que la normale entre la fin novembre et la fin de l’année quand:

1) Le S&P500 atteint un sommet record en septembre
2) Quand la bourse est en hausse pendant 7 mois de suite
3) Quand la bourse a enregistré une hausse d’au moins 15% entre le début de l’année et la fin d’octobre

Comme toutes ces considérations sont rencontrées cette année, plusieurs en déduisent que le meilleur est à venir.

Un des secteurs boursiers les plus performants en fin d’année est habituellement le secteur des technologies. Ce secteur connaîtrait sa meilleure période entre le début novembre et la première semaine de janvier. Les investisseurs semblent connaître leur histoire et ont investi massivement dans les fonds négociés en bourse de technologie au cours de 2 dernières semaines.

Revue de la semaine terminée le 17 novembre, 2017

Les actions du secteur de l’énergie chutaient en ce lundi, entrainant la bourse canadienne en territoire négatif.  Aux États-Unis, General Electric (GE) annonçait une coupure de son dividende de 50% ce qui effaçait les gains des compagnies du secteur de la consommation de base. Mardi, GE et le prix du pétrole chutaient, ce qui entrainait les marchés à la baisse.  Mercredi, des doutes sur l’approbation du plan de réduction d’impôts faisaient chuter les marchés.  Cette chute était de courte durée, car le lendemain, la chambre des représentants approuvait le plan de réduction d’impôts et les marchés célébraient.  Vendredi, retour à la réalité, des doutes relatifs à l’approbation par le Sénat du plan de réduction d’impôts faisaient chuter la bourse américaine.  Au Canada cependant, les marchés étaient à la hausse, le secteur des soins de santé était le grand gagnant.

  Valeur au 17 novembre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 999 -40 -0.25%
Dow Jones 23 356 -64 -0.27%
Pétrole ($US/baril) 56.55 -0.19 -0.33%
Or 1 292.42 +17.35 +1.36%
Can$/US$ 78.33 -0.50 -0.63%

Source : Bloomberg

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 20 au 24 novembre, 2017

Mardi : Statistiques sur les ventes de gros au Canada et sur les ventes de maisons existantes aux États-Unis

Mercredi : Les données sur les commandes de biens durables américaines et les minutes de la dernière rencontre de la  Réserve Fédérale américaine

Jeudi : les données sur les ventes au détail au Canada

Voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

Mardi : Salesforce.com, Dollar Tree, Lowe’s Co.

Mercredi :  Deere & Co., Métro inc.

Jeudi : Seadrill

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous préférons ne pas ajouter à nos positions.  Les marchés nous semblent incertains.

Revue boursière de la semaine terminée le 10 novembre 2017

Les rats dans la mine de cuivre

Autrefois, dans les mines de cuivre, les mineurs apportaient avec eux un rat. Le rat peut pressentir un effondrement puisqu’il perçoit des vibrations du sol bien avant l’humain. Quand tous les rats se précipitaient vers la sortie, les mineurs suivaient pour éviter que la galerie ne leur tombe sur la tête. De tout temps, les investisseurs ont tenté de trouver un indicateur précurseur qui les préviendrait d’une baisse imminente de la bourse.

Cinq indicateurs sont souvent cités pour anticiper le marché. Deux de ceux-ci nous montrent la tendance à long terme soit les prévisions de profits des analystes et la courbe des taux d’intérêt. Trois indicateurs sont à plus court terme: la théorie de Dow, la direction des petites capitalisations et celle des obligations à rendement élevé.

Indicateurs de tendance à long terme:

Le moteur qui justifie une montée de la bourse est la profitabilité des entreprises. Plus les attentes de profits sont en hausse, plus les investisseurs seront prêts à payer plus cher pour les actions. Nous suivons donc la tendance des prévisions des profits des analystes.

Source: Yardeni Research inc.

Comme le démontre le graphique ci-dessus, les attentes de profits ont atteint de nouveaux sommets la semaine dernière. Tant que ces attentes seront en hausse, on est porté à penser que la tendance à long terme devrait se poursuivre. Il est normal dans une tendance à long terme à la hausse de connaître des baisses temporaires pouvant parfois atteindre 10%.

Les récessions ont de tout temps eu un impact majeur sur la profitabilité des compagnies. Il a été remarqué qu’avant une récession, on assiste à un inversement de la courbe de rendement des obligations. Une courbe normale de taux d’intérêt est quand les taux à court terme sont inférieurs aux taux à long terme. On assiste présentement à une courbe normale des taux comme le démontre le graphique suivant:

Source: Stockchart.com

Les indicateurs à long terme sont positifs. Dans une telle situation, les investisseurs veulent profiter de tout repli boursier pour acheter des actions à bon compte. Les replis se sont faits rares dans la dernière année, en date de vendredi, le réseau CNBC affirmait que le S&P500 n’avait pas connu de replis de plus de 3% au cours de la dernière année. Une telle situation ne s’est jamais vue dans l’histoire de la bourse.

Les indicateurs à court terme:

Charles Dow avait remarqué à la fin des années 1800 que les titres de compagnie de transport baissaient avant les  titres industriels. Il a donc créé deux indices, le Dow Jones Industrial average et le Dow Jones Transport average pour comparer ces deux familles de titres. En faisant le même exercice aujourd’hui, on remarque que les titres des compagnies de transport ont plafonné le 12 octobre dernier pour redescendre de près de 6% alors que le Dow Jones Industrial poursuivait à la hausse. Selon la théorie de Dow, il serait normal à ce moment-ci d’anticiper une petite correction de marché.

Source: Vectorvest

Plusieurs analystes s’entendent pour dire que la bonne tenue de la bourse est attribuable aux faibles taux d’intérêt et aux baisses d’impôts promises par le président Trump. Les plus grands bénéficiaires des baisses d’impôts et des faibles taux seraient les petites capitalisations américaines. Le comportement de l’indice des petites capitalisations, le Russel 2000, pourrait aussi être un indicateur précurseur de ce qui nous attend pour les grands indices. On remarque dans le graphique ci-dessous que le Russel 2000 a monté fortement dès l’élection de Trump et a été suivi par le Dow Jones.  Le Russel 2000 a atteint un sommet le 5 octobre dernier et est en repli de 2,5% depuis lors.

Source: Vectorvest

Le dernier indice souvent mentionné la semaine dernière est celui du niveau des obligations à rendement élevé. Plus ces obligations montent en valeur, plus on peut croire que les investisseurs ont un appétit pour le risque. Ces obligations ont connu une belle montée au lendemain de l’élection présidentielle américaine et étaient un bel indicateur de la montée boursière qui allait suivre. La belle tendance à la hausse semble bien inversée depuis la semaine dernière quand la valeur de ces obligations est passée sous la moyenne mobile de 200 jours. Ce troisième indicateur pourrait aussi nous laisser croire qu’une correction est possible

Source : Vector Vest

 

Revue de la semaine terminée le 10 novembre, 2017

 

Après avoir au peu à se mettre sous la dent au cours des trois premières journées boursières de la semaine, lesquelles se terminaient sans grandes variations, jeudi les investisseurs avaient droit à la phrase célèbre de Shakespeare, être ou ne pas être.  Ceci en regard aux baisses d’impôts américaines.  En effet, jeudi les marchés chutaient lourdement en début de journée sur la rumeur que les baisses d’impôts américaines ne seraient peut-être pas pour 2018, ou peut-être que oui…, on ne sait pas.  Le Sénat et la chambre des représentants nous réservaient une de leurs traditionnelles pièces de théâtre politiques.  En milieu de journée, les chasseurs d’aubaines se mettaient au travail et faisaient remonter les marchés qui malgré tout terminaient la journée en territoire négatif, mais loin du creux de la journée.   Vendredi on continuait sur les mêmes sentiments et les marchés chutaient à nouveau.

 

 

  Valeur au 10 novembre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 16 039 +19 +0.12%
Dow Jones 23 422 -117 -0.50%
Pétrole ($US/baril) 56.74 +0.92 +1.64%
Or 1 275.07 +5.10 +0.40%
Can$/US$ 78.83 +1.09 +1.40%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 13 au 17 novembre, 2017

 

Mercredi : Les données sur l’inflation américaine ainsi que les ventes au détail toujours chez nos voisins du sud

Jeudi : Ventes du secteur manufacturier canadien et la production industrielle américaine

Vendredi : Les données sur l’inflation canadienne et les mises en chantier américaines

 

Nous poursuivons la publication des résultats trimestriels et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Lundi : Nemaska Lithium

Mardi : Home Depot, Home Capital Group, Enercare, Premium Brands, Park Lawn Corp.

Mercredi :  Cisco, Loblaws

Jeudi : Applied Material, Ross Stores

 

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine nous préférons ne pas ajouter à nos positions.  Les marchés nous semblent adéquats, mais en perte de vitesse.  De plus le psychodrame shakespearien des baisses d’impôts américaines nous porte à attendre un peu avant de prendre d’autres positions.