Revue boursière de la semaine terminée le 27 octobre 2017

Les profits des entreprises nous en mettent plein la vue!

La saison des résultats bat son plein, la semaine dernière des centaines d’entreprises ont fait connaître leurs résultats financiers pour le trimestre terminé le 30 septembre. Selon Factset Earnings, en date de vendredi, 55% des compagnies du S&P 500 ont dévoilé leurs résultats et 76% d’entre elles ont dépassé les attentes des analystes. Les chiffres d’affaires de 67% des compagnies ayant rapporté leurs résultats l’ont fait en ayant dépassé les attentes.

Réussir à augmenter ses profits en réduisant ses dépenses peut être fait pendant un certain temps. Une vraie croissance implique que les ventes soient à la hausse. C’est aussi ce dernier scénario qui se produit présentement et qui laisse croire que la situation économique s’améliore.

Un marché haussier naît quand l’économie est dans la cave, les taux d’intérêt sont bas, l’inflation est basse et que les attentes de profits sont à la hausse. Cette situation nous l’avons connue en 2009.

Un marché baissier naît quand l’économie roule très fort, que les taux d’intérêt et l’inflation sont à la hausse et que les attentes de profits tournent à la baisse. L’inflation et les taux d’intérêt commencent à progresser, mais les attentes de profits sont encore en hausse. Le niveau des taux d’intérêt et d’inflation part d’un niveau si bas que cela laisse l’espoir que le marché haussier puisse se poursuivre pendant un certain temps. Le graphique ci-dessous montre les attentes de profits pour le S&P 500 en ce moment:

On entend souvent dans les médias financiers ces temps-ci des gens affirmer que le marché est mûr pour une correction pour affirmer du même souffle qu’une baisse de la bourse présentera une occasion d’achat pour eux. Ce qu’il faut comprendre de ces commentaires c’est qu’à moins d’être spéculateur et de vouloir jouer le marché, il devrait être préférable de conserver ses placements lors d’une correction qui ne devrait pas durer longtemps.

Nous continuerons de suivre les attentes des profits des analystes pour avoir une idée si un nouveau marché baissier se dessine à l’horizon.

 

 

Revue de la semaine terminée le 27 octobre, 2017

 

Une bonne partie des grandes corporations américaines publiaient leurs résultats cette semaine et leur influence sur les marchés s’est fait sentir.  Lundi General Electric décevait les marchés et on avait droit à une journée qui se terminait dans le rouge.  L’optimisme revenait mardi alors que des grandes corporations du secteur industriel tel que 3M et Caterpillar émettaient des résultats positifs.  En milieu de semaine, les résultats de Chipotle, Advance Micro Device et Roots corporation  décevaient les marchés et les indices boursiers perdaient du terrain.  Jeudi, les grandes corporations telles que DuPont émettaient des résultats qui satisfaisaient les attentes des marchés ce qui faisait monter les principaux indices boursiers.  Cependant, les compagnies du secteur des technologies étaient en baisse, de sorts que le NASDAQ perdait du terrain.  Finalement, vendredi les géants du secteur des technologies (Amazon, Google, et Microsoft) émettaient des résultats positifs et ceci entrainait à la hausse les autres géants du secteur, tel que Apple.  Le NASDAQ terminait la journée en hausse de 2,2% alors que les autres indices étaient positifs, mais dans une moindre mesure.

 

  Valeur au 27 octobre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 954 +97 +0.61%
Dow Jones 23 434 +105 +0.45%
Pétrole ($US/baril) 53.90 +2.06 +3.97%
Or 1 273.35 -7.12 -0.56%
Can$/US$ 78.04 -1.16 -1.46%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 30 octobre au 3 novembre, 2017

 

Mardi le produit intérieur brut canadien sera publié, de même que l’indice de confiance des consommateurs américains.  Mercredi, nos rapports usuels de début de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.   Vendredi les rapports sur les balances commerciales américaines et canadiennes sont publiés ainsi que les rapports sur l’emploi, tant au Canada et aux États-Unis sont émis.

 

Nous sommes dans la saison des résultats et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Lundi : Cognex

Mardi : Mastercard, Shopify, AK Steel, Electronic Arts

Mercredi : Cogeco, Facebook, Kraft Heinz, Molson Coors, Tesla

Jeudi : Alibaba, Activision, Enbridge income fund, Gildan, Fairfax Financial, Ferrari, Saputo, SNC Lavalin

Vendredi : Brookfield Infrastructure, Fortis, Berkshire Hataway, Transalta

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

 

Cette semaine nous faisons un retour sur les chemins de fer Canadien National. (CNR).  Le CN est la plus importante compagnie de chemin de fer au Canada et une des plus importantes en Amérique du Nord avec 20,000 miles de rails de chemin de fer au Canada, dans le Midwest américain.  L’efficacité opérationnelle du CN est citée en exemple partout dans le domaine.  Il est important pour une compagnie de chemin de fer d’avoir de clients de secteurs diversifiés, car lorsqu’un secteur éprouve des difficultés économiques un autre peut prendre la relève.  La diversification de la clientèle du CN est justement un des points forts de la compagnie. De plus le CN est une des compagnies de chemin de fer qui investit le plus dans le maintien de ses rails ce qui à long terme permet de diminuer significativement les coûts de réparation.  La compagnie a réussi à augmenter ses tarifs de 2,3% au cours de la dernière année ce qui est appréciable, d’autant plus que la gestion des dépenses du CN est citée en exemple partout dans le milieu du rail.  On s’attend à ce que le CN nous livre une croissance entre 5-10% cette année.  L’économie canadienne se porte bien, ce qui ne nuira certainement pas.   Le titre de transige aux alentours de 104$  et Fadi Chamoun de BMO Marché des Capitaux lui donne une cible de 111$ d’ici une année.  De plus la compagnie verse un dividende de l’ordre de 1.6%.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 20 octobre 2017

Le Dow à un niveau suracheté pas vu en 117 ans!

L’indice Dow Jones atteignait un nouveau niveau record vendredi dernier, il l’a fait avec un niveau de force pas vu en 117 ans!

L’indice de force relative est un indicateur classique de mesure du momentum boursier qui tente de déterminer si un titre est suracheté ou survendu. Cet outil mesure la vitesse et l’étendue d’une hausse d’un titre. On s’attend normalement à ce qu’un titre ou un indice qui monte en bourse connaisse aussi des périodes de replis. L’indice de force relative est gradué de 0 à 100. Quand cet indice atteint 70, on dit que le marché est suracheté. Quand l’indice est à 30, on dit que le marché est survendu. L’indice de force relative a dépassé le niveau de 85 la semaine dernière surpassant ainsi tous les niveaux observés pour le Dow Jones depuis l’année 1900 selon Craig Johnson de la firme Piper Jaffray.

Bien que cette mesure soit à des niveaux historiques à court terme, M. Johnson a affirmé dans une entrevue au réseau CNBC qu’il demeurait optimiste et voyait que l’indice Dow Jones pouvait continuer à s’apprécier. Dans un marché haussier, la situation surachetée peut se poursuivre pendant une période étendue. Toujours selon M. Johnson le marché pourrait bien connaître un léger recul et cela représenterait une occasion d’achat.

L’optimisme de M. Johnson pour le Dow Jones vient de l’analyse qu’il fait des composantes de l’indice. 20 des 30 titres de l’indice sont en tendance haussière, 4 auraient atteint leur sommet et 6 seraient en tendance baissière. Son analyse lui laisse croire que de nouveaux sommets importants seront atteints dans les 6 à 9 prochains mois.

Un autre indicateur de la persistance du marché haussier est le nombre de jours que l’indice S&P 500 poursuit une tendance à la hausse sans connaître une baisse d’au moins 5%.
Chaque année depuis l’an 2000 on a eu au moins une baisse de 5% par année, ce ne fut pas le cas depuis 27 juin 2016. Nous avons donc connu 330 jours de bourse sans baisse d’au moins 5% depuis cette date. Le record de tous les temps serait de 369 jours.

 

Revue de la semaine terminée le 20 octobre, 2017

 

Les grandes banques américaines débutaient la semaine sur le bon pied, faisant monter les marchés, alors qu’au Canada, la baisse du prix du pétrole causait une petite perte.  Mardi, de bons résultats trimestriels de United Health et de Johnson & Johnson faisaient monter les marchés.  Mercredi, c’était du pareil au même pour la bourse américaine, cependant les compagnies du secteur de l’énergie faisaient chuter la bourse canadienne.  Jeudi nous avions droit à une journée sans grand changement et vendredi, les espoirs de voir enfin se matérialiser le plan de réduction des impôts américains prenait le haut du pavé, et les marchés montaient.

 

  Valeur au 20 octobre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 857 +50 +0.32%
Dow Jones 23 329 457 +2.00%
Pétrole ($US/baril) 51.84 +0.39 +0.76%
Or 1 280.47 -23.35 -1.79%
Can$/US$ 79.20 -0.25 -0.31%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 23 au 28 octobre, 2017

 

Mercredi, la banque du Canada fera une mise à jour de sa politique économique, incluant une mise à jour des taux d’intérêt.  Rappelons-nous que la Banque du Canada a augmenté ses taux à deux reprises récemment, cependant nous ne nous attendons pas à une nouvelle hausse.  Ceci dit, Steven Poloz, le gouverneur de la Banque du Canada nous a réservé quelques surprises cette année, alors c’est à suivre.  Vendredi, les données sur le produit intérieur brut américain seront émises, de même que l’indice des sentiments des consommateurs.

 

Nous sommes dans la saison des résultats et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Lundi : Halliburton, West Timber Fraser

Mardi : Caterpillar, General Motors, MacDonald’s, Novartis, AT&T

Mercredi : Barrik Gold, Goldcorp, Suncor, Coca Cola, Waste Connection

Jeudi : Amazon, Alphabet (Google), Potash, Teck Ressources Comcast

Vendredi : Chevron, Exxon Mobil, Groupe TVA

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

La compagnie d’assurance Manuvie (MFC) est sous la loupe cette semaine.  Manuvie œuvre dans le domaine de l’assurance vie.  Nous connaissons les produits de MFC au Canada, mais Manuvie a une forte présence aux États-Unis ainsi qu’en Asie.  Deux facteurs militent en faveur de Manuvie : 1- les hausses de taux d’intérêt sont favorables aux compagnies d’assurances, car elles doivent mettre de l’argent de côté aujourd’hui pour payer les primes au décès dans un avenir qu’on peut le plus lointain possible.  Ainsi des taux d’intérêt plus élevés veulent dire que MFC peut mettre de côté moins d’argent puisque l’argent mis de côté progressera plus rapidement.  Le deuxième point militant en faveur de Manulife est que sa division asiatique connaît une croissance soutenue et a un très grand potentiel de rentabilité.  Le titre de transige aux alentours de 26$$ Tom MacKinnon de BMO Marché des Capitaux lui donne une cible de 30$ d’ici une année.  De plus la compagnie verse un dividende de l’ordre de 3.2%.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 13 octobre 2017

Optimisme prudent à la Banque Nationale

 

 

Le réseau des correspondants de la Banque Nationale tenait sa conférence annuelle la semaine dernière.

Martin Lefebvre, vice-président, chef des placements et stratège a présenté les grands thèmes qui guident son équipe de gestion. La reprise économique en cours pourrait se poursuivre pendant encore quelques années. Il a fallu 5 ans, de 2009 à 2014 pour que l’économie américaine revienne à son niveau de 2008, cela fait donc seulement 3 ans que l’économie est en expansion. Si on se fie aux cycles économiques passés, la phase d’expansion actuelle pourrait bien durer encore 3 ans. Le message véhiculé par M. Lefebvre était que si vous retirez votre argent de la bourse parce que vous craignez une récession, vous êtes beaucoup trop tôt et vous risquez de manquer de bons rendements.

Les attentes de rendements du stratège de placements sont très modestes  pour les 5 prochaines années: des rendements nuls à légèrement négatifs pour les obligations et de 6% par année pour les actions.

Les politiques monétaires trop accommodantes ne reflètent pas la vigueur de l’économie, l’inflation devrait s’accélérer et forcer des hausses de taux d’intérêt. Le stratège utilise l’indice ISM qui est habituellement un indice précurseur de 2 ans sur l’inflation pour affirmer qu’on est sur le point de renouer avec une période inflationniste. Quand les taux d’intérêt montent, la valeur des obligations descend. Les intérêts qui seront générés par les obligations 10 ans ne seront pas suffisants pour couvrir les baisses de valeur de ces mêmes obligations. M. Lefebvre compare la situation actuelle du marché obligataire à celle qui prévalait de 1954 à 1959: une hausse de taux à partir d’une base très faible peut donner un rendement net négatif sur 5 ans.

L’attente d’un rendement annuel de 6% tant pour les actions canadiennes qu’américaines est venu d’un nouveau modèle ajusté à l’économie du savoir appliqué au modèle de Robert Shiller sur le ratio cours-bénéfice ajusté aux cycles économiques. Selon cette façon de voir les choses, le rendement moyen de 6% par année sera atteint, mais avec une volatilité beaucoup plus grande que ce que nous avons connu au cours des 5 dernières années. En d’autres mots, une route cahoteuse nous attend sur le marché des actions.

À court terme, M. Lefebvre croit que la bourse canadienne pourrait faire mieux que la bourse américaine. Il s’attend à ce que les placements dans les entreprises de valeurs prennent le dessus sur les entreprises de croissance. Les titres des financières et des pétrolières étant dans le camp des titres de valeur et surreprésentés dans l’indice canadien justifient cette prise de position.

 

Revue de la semaine terminée le 13 octobre, 2017

 

La bourse canadienne était fermée lundi pour l’Action de grâce et aux États-Unis, le secteur des soins de santé entrainait la bourse à la baisse.  Mardi, d’excellents résultats de Walmart faisaient monter les marchés.  Mercredi, les marchés anticipaient une bonne saison des résultats et terminaient la journée à la hausse.  Jeudi, les premières compagnies rapportaient leurs résultats du troisième trimestre et, bien que Citigroup et JP Morgan faisaient mieux que prévu, AT&T décevait les marchés.  Les investisseurs se concentraient sur la mauvaise nouvelle et les bourses chutaient.  Vendredi de bonnes statistiques sur les ventes au détail et une inflation contrôlée faisaient monter les marchés.

 

  Valeur au 13 octobre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 807 +79 +0.50%
Dow Jones 22 872 +98 +0.43%
Pétrole ($US/baril) 51.45 +2.16 +4.38%
Or 1 303.82 +27.14 +2.13%
Can$/US$ 79.45 -0.34 -0.43%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 16 au 20 octobre, 2017

 

Du côté des nouvelles économiques, on notera les données sur la production industrielle américaine, publiées mardi.  Mercredi, les ventes du secteur manufacturier canadien ainsi que les mises en chantier américaines seront émises.  Finalement, vendredi les ventes au détail, et l’indice des prix à la consommation canadien, ainsi que les ventes des maisons existantes chez nos voisins du sud seront publiés

 

Nous sommes dans la saison des résultats et voici quelques compagnies qui publient leurs résultats cette semaine :

 

Lundi : Netflix

Mardi : Les chemins de fer Canadien Pacifique, les chemins de fer CSX, Goldman Sachs, IBM, Morgan Stanley, United Health

Mercredi : Alcoa, Chorus Entertainment, EBay,

Jeudi : The Blackstone group, Intuitive Chirurgical, Rogers Communication, Transforce (TFI International), Verizon Communication

Vendredi : General Electric, Honeywell International, Proctor & Gamble

 

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine nous revenons sur CCL Industries (CCL.B).  Après une pause à la bourse, où les actions ont fait du sur-place, notre fabricant d’étiquettes semble vouloir reprendre vie.  CCL.B est un des plus importants joueurs dans le monde des étiquettes et des emballages sous vide, possède la compagnie Avery, qui est un joueur important dans la papeterie. La compagnie est présente dans plusieurs régions du monde.  La compagnie se tire toujours bien d’affaire, la croissance organique (la croissance de la compagnie excluant les acquisitions) est de l’ordre de 5.7%, ce qui est impressionnant, et si on ajoute les acquisitions, on pense que CCL pourrait accroitre ses ventes de l’ordre de 30% d’ici une année.  Le titre de transige aux alentours de 64.50$ Stephen MacLeod de BMO Marché des Capitaux lui donne une cible de 72$ d’ici une année.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 6 octobre 2017

Début d’une nouvelle saison des résultats

Les compagnies sont sur le point de dévoiler leurs chiffres de profits pour le trimestre terminé le 30 septembre dernier. Ces chiffres devraient être les catalyseurs qui propulseront la bourse vers de nouveaux sommets ou pourraient au contraire nous amener vers une correction de marché.

La divulgation des résultats est l’occasion pour les analystes financiers de revoir leurs attentes pour les mois à venir. Si les résultats du trimestre sont meilleurs que ce qu’attendaient les analystes et que les dirigeants des compagnies sont optimistes sur leurs perspectives d’avenir, nous aurons alors les ingrédients nécessaires à la poursuite du marché haussier. Comme le démontre le graphique ci-dessous, les attentes de profit pour les 12 prochains mois (ligne bleue) sont à leur niveau le plus élevé de tous les temps et justifient les niveaux records atteints par la bourse américaine.

Source: Yardeni Research

Un analyste des banques américaines, Dick Bove, mentionnait au réseau CNBC que les banques américaines pourraient décevoir les marchés cette semaine. L’indice des grandes banques a progressé de 12% au cours des 4 dernières semaines et ce rallye ne sera sans doute pas justifié quand les chiffres de profits seront publiés selon l’analyste.

JP Morgan Chase et Citigroup publieront leurs résultats jeudi de cette semaine tandis que Bank of America et Wells Fargo publieront les leurs le lendemain.

Certains observateurs des marchés financiers sont plus optimistes que l’analyste Bove. Jeremy Siegel, professeur de finances à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie déclarait qu’il ne serait pas surpris de voir la bourse monter de 10% d’ici la fin de l’année… C’est donc avec intérêt que nous suivrons cette nouvelle saison des résultats et vous tiendrons informés sur l’évolution des perspectives de profits.

 

Revue de la semaine terminée le 6 octobre, 2017

 

On débutait la semaine positivement, les données du secteur manufacturier américain réjouissaient les investisseurs.  Mardi, les ventes d’automobiles surprenaient positivement les investisseurs et les marchés poursuivaient leur marche à la hausse.  Mercredi, la publication de bonnes données économiques entrainait la bourse américaine à la hausse, alors que la baisse du prix du pétrole faisait chuter la bourse canadienne.  L’approbation du budget des dépenses de 2018 aux États-Unis donnait une raison aux investisseurs de célébrer et vendredi les données sur l’emploi américain étaient en deçà des attentes, ceci étant partiellement causé par les ouragans du dernier mois.  La bourse américaine terminait au neutre et les marchés canadiens chutaient avec la baisse du prix du pétrole.

 

  Valeur au 6 octobre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 728 +93 +0.59%
Dow Jones 22 774 +369 +1.65%
Pétrole ($US/baril) 49.29 -2.38 -4.61%
Or 1 276.68 -3.07 -0.24%
Can$/US$ 79.79 +0.40 -0.50%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 9 au 13 octobre, 2017

 

Les mises en chantier canadiennes ont été émises ce mardi.  Mercredi le résumé de la rencontre de la Réserve fédérale américaine est publié et vendredi les ventes au détail américaines et l’indice des prix à la consommation américains seront émis.

 

Du côté des résultats corporatifs, on note Delta Airlines qui publie ses résultats mercredi.  Citigroup et JP Morgan Chase publient les leurs jeudi et Bank of America ainsi que Wells Fargo publient les leurs vendredi.

 

Sur notre radar cette semaine

 

La compagnie Sherwin-Williams (SHW) est sous notre radar cette semaine.  Le détaillant de matériaux de construction est principalement connu pour la production et la distribution de peinture.  Les tempêtes des derniers mois avaient refroidi les ardeurs des investisseurs sur ce titre.  Cependant, nous notons que les dommages causés par ces tempêtes sont moins importants que prévu et les dépenses de reconstruction semblent être des catalyseurs pour la compagnie.  SHW prévoit augmenter ses bénéfices de 14% l’an prochain.  Le titre de transige aux alentours de 380$US et Matthew Spencer de Valueline lui donne une cible moyenne et 450$ US d’ici une année.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.

Revue boursière de la semaine terminée le 29 septembre 2017

Perspectives de placements d’Invesco

La firme Invesco tenait son sommet du placement Invesco 2017 à Mont-Tremblant la semaine dernière. Invesco est une firme de gestion de placement d’envergure mondiale présente dans plus de 150 pays et qui gère plus de 800 milliards d’actifs.

Le but d’une telle rencontre est d’exposer le savoir-faire de la firme de gestion et non de faire de grandes prédictions sur la direction future des marchés. Les gestionnaires se sont montrés optimistes sur l’environnement macro-économique et justifiaient cet optimisme par la faiblesse des taux d’intérêt.

Plusieurs ont fait remarquer que même si la Réserve fédérale américaine a monté ses taux 4 fois depuis décembre 2015, les taux des obligations 10 ans n’ont pratiquement pas bougé. L’environnement de faibles taux d’intérêt pourrait durer encore longtemps et cela est favorable pour les marchés boursiers. Les taux sont bas, car l’inflation est basse et cela s’explique en partie par la technologie et la percée d’une compagnie comme Amazon. Les ventes en ligne contribuent à une très forte compétition au niveau des prix qui n’est pas près de s’estomper et pourrait garder l’inflation basse pour encore longtemps.

Source: Invesco

La bourse américaine telle que mesurée par le Dow Jones a terminé en hausse au cours des 8 derniers trimestres. Une telle situation ne s’est pas vue depuis 1997 selon le réseau CNBC. Les gestionnaires d’Invesco reconnaissaient que le marché américain est cher et qu’il est plus facile de trouver des aubaines sur le marché européen ou encore dans les marchés émergents. La valeur relative des marchés est calculée en utilisant soit le ratio cours-bénéfice ou le ratio de Shiller qui est un ratio cours-bénéfice ajusté pour les cycles économiques. La carte du monde ci-dessous résume les évaluations en question:

Source: Invesco

 

Revue de la semaine terminée le 29 septembre, 2017

 

Les tensions en Corée faisaient chuter les marchés américains alors que la hausse du prix du pétrole nous donnait des gains au Canada lors de la première journée boursière de la semaine.  Mardi, des commentaires émanent de la Réserve fédérale américaine nous faisaient croire que la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis est de plus en plus probable et ceci entrainait les marchés dans une petite baisse.  Les journées de mercredi et de jeudi se terminaient positivement, supportées par l’espoir que les Américains arrivent finalement à s’entendre sur un plan de réduction des impôts.  Vendredi les marchés terminaient la journée au neutre dans une session boursière sans histoire.

 

  Valeur au 29 septembre Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 635 +181 +1.17%
Dow Jones 22 405 +56 +0.25%
Pétrole ($US/baril) 51.67 +1.01 +1.99%
Or 1 279.75 -17.55 -1.35%
Can$/US$ 80.19 -0.84 -1.04%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 2 au 6 octobre, 2017

 

Lundi, nos rapports usuels de début de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.  Jeudi, les rapports sur les balances commerciales américaines et canadiennes sont publiés et vendredi les rapports sur l’emploi, tant au Canada et aux États-Unis sont produits.

 

Le géant des produits fertilisant Monsanto publie ses résultats mercredi. Costco, Pepsi et les Quincailleries Richelieu publient les leurs jeudi.

 

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine les magasins Dollarama (DOL) sont sur notre radar. La compagnie n’a plus besoin de présentation.  Avec plus de 1,000 magasins dans les dix provinces, DOL nous a habitué à surpasser les attentes des analystes trimestre après trimestre.  Pendant un moment, les rumeurs de la venue au Canada du géant américain Dollar Three a fait craindre pour la croissance future de Dollarama, mais il faut bien le dire, notre magasin du dollar québécois n’en a que faire des rumeurs et il a poursuivi sa croissance.  Sa stratégie d’ajouter des prix de vente supplémentaires au dollar original est un succès, les ventes des magasins ouverts depuis plus d’un an sont en constante augmentation.  De plus Dollarama prévoit accroitre ses profits de 15% d’ici un an. Le titre de transige aux alentours de 136$ et Peter Sklar de BMO marché des capitaux lui attribue une cible de 150$ d’ici une année.  N’hésitez pas à me contacter afin de vérifier si ce titre pourrait vous convenir.