Revue boursière de la semaine terminée le 27 janvier 2017

Fin de cycle et inflation pour 2017 selon Fidelity

Fidelity lançait en grande pompe la semaine dernière à Toronto son fonds Fidelity Vision Stratégique géré par Will Danoff. Pour l’occasion, Fidelity a réuni ses meilleurs gestionnaires canadiens et américains pour donner une conférence d’une journée qui visait à nous faire connaître les points de vue de la firme sur la situation des marchés. Non seulement Will Danoff était présent, mais on trouvait à ses côtés Joel Tillinghast. Ces 2 gestionnaires ont eu des rendements bien supérieurs aux indices de référence et ont également eu des meilleurs rendements que le légendaire investisseur Warren Buffett au cours des 25 dernières années!

Quand des gestionnaires d’une telle envergure parlent, la communauté financière écoute.

La plupart des gestionnaires présents étaient d’avis qu’on est présentement en fin de cycle économique. En fin de cycle ne veut pas nécessairement dire qu’une récession est imminente, mais que la prudence est de mise. Certains gestionnaires comme Daniel Dupont sont sortis du marché pour protéger leurs portefeuilles, d’autres pensent qu’il y a encore de la place à la hausse.

Tous semblent s’entendre que l’inflation devra faire partie des choses à prendre en compte en 2017. Les échéances devraient être réduites pour éviter les risques de hausse de taux d’intérêt. Les politiques de Trump sont de nature inflationniste.

En économie on explique tout par la loi de l’offre et la demande. Les plans d’augmenter les dépenses gouvernementales en infrastructures et de diminuer les impôts fera se déplacer la courbe de la demande (choc de la demande). Le fait de mettre des restrictions sur le commerce comme des droits de douane fera déplacer la courbe de l’offre (choc de l’offre). La combinaison des chocs de la demande et de l’offre devraient faire monter les prix. Il n’est pas certain qu’une croissance économique résultera de toutes ces actions comme le démontre le graphique ci-dessous:

Source: Fidelity Investment

 

Revue de la semaine terminée le 27 janvier, 2017

 

Le Président Trump tenait le haut du pavé en ce début de semaine avec des commentaires à l’effet que les États-Unis mettraient en place plus de mesures protectionnistes.  Ceci faisait en sorte que les bourses terminaient la journée à la baisse.  Les bourses montaient mardi et mercredi poussé par une flopée de bons résultats publiés par les corporations américaines.  Jeudi, les marchés prenaient une pause,  Qualcomm publiait des résultats en deçà des attentes et les actions du secteur des matériaux et de l’énergie chutaient.  Le marché américain terminait au neutre alors que la bourse canadienne baissait un peu.  Vendredi, une journée sans grand changement alors que les données sur le produit intérieur brut américain décevaient.

 

  Valeur au 27 Janvier Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 576 +28 +0.18%
Dow Jones 20 094 +267 +1.35%
Pétrole ($US/baril) 53.17 -0.05 -0.09%
Or 1 191.12 +19.13 -1.58%
Can$/US$ 76.03 +0.9 +1.27%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 30 janvier au 3 février, 2017

 

Beaucoup de rapports à teneur économiques sont publiés cette semaine.  Parmi les plus importants, on note la publication du produit intérieur brut canadien mardi, de même que l’indice de confiance des consommateurs américains.  Mercredi, le rapport sur l’emploi d’ADP de même que nos rapports usuels de début de mois soit le rapport ISM (Institute of Supply Management) et PMI (Purchasing Managers Index) pour les secteurs manufacturiers américains et canadiens.  Ces deux rapports sont des indicateurs du niveau d’activité manufacturière aux États-Unis.  Toujours mercredi, la Réserve Fédérale américaine fera une mise à jour de sa politique monétaire, laquelle inclue une mise à jour des taux d’intérêt.  Finalement vendredi, le rapport global sur l’emploi américain est publié.

 

Du côté des résultats corporatifs, la saison des résultats du quatrième trimestre bat son plein.  Voici quelques corporations qui publient leurs résultats :

 

Mardi : Apple, Exxon Mobil, Pfizer, Aflac

Mercredi : Facebook

Jeudi : Merck & Co, Open Text Corp, Saputo, Visa, Hershey

Vendredi :

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine, on parle de Premium Brands (PBH).  PBH est une compagnie canadienne qui œuvre dans le secteur de l’alimentation, dans un sous-secteur qui fait hurler les diététistes, soit les viandes froides, les collations à base de viande telles que les bâtons de peppéroni, le popcorn, les biscuits, les pâtisseries, etc..  En regardant sur leur site internet, je n’arrivais pas à identifier des marques qui sont connues ici, car leurs activités sont surtout dans l’Ouest canadien et américain.  Nous sommes tous en santé et ne consommons pas trop ce genre de produit, mais il semble que beaucoup d’autres personnes en consomment puisque la croissance prévue des ventes de PBH est de 23% pour se chiffrer à 1.7 milliard de dollars.  La compagnie croit tant organiquement que par acquisitions, dans laquelle elle est passée maître pour en tirer le maximum. Le titre se transige présentement à approximativement 69$ et Leon Aghazarian de la Banque Nationale lui donne une cible de 73$ sur un an. De plus la compagnie paie un dividende de 2,2%.  N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.

Revue boursière de la semaine terminée le 20 janvier 2017

L’immobilier au Canada selon Brandes

Le marché immobilier serait très surévalué au Canada selon Luiz Sauerbronn, gestionnaire chez Brandes. Voilà la raison pour laquelle il n’investit pas dans les banques canadiennes qui seraient les entreprises les plus affectées par une débâcle immobilière.

Se loger est un besoin de base, chacun doit se loger. Il est donc normal de s’attendre à ce que le prix des maisons reflète les salaires des gens. Plus les salaires augmentent, plus le prix des maisons augmente. Si le prix des maisons monte de 10% par année, alors que les salaires ne progressent que de 2%, il viendra un moment où les gens n’auront plus les moyens de se loger c’est alors que les prix immobiliers cesseront de monter ou commenceront à descendre.

L’alternative à acheter une maison ou un condo est de louer. Il devrait exister une relation étroite entre le coût d’un loyer et le prix d’achat d’une habitation. Dans le graphique ci-dessous, préparé par la firme Brandes, on voit qu’au Canada le prix des maisons ne cesse de croître et n’est plus en relation ni avec les salaires ni avec le coût des loyers.

Revue de la semaine terminée le 20 janvier, 2017

 

La bourse américaine était fermée lundi en raison de la journée de Martin Luther King, mais au Canada, les actions de Magna et de Linamar baissaient, entrainant la bourse canadienne dans son sillage.  Mardi, ce sont les gagnants post-élections américaines i.e. les financières et les industrielles qui perdaient du terrain entrainant les marchés à la baisse.  Mercredi, le rebond des perdants de la veille (financières et industrielles) n’était pas suffisant pour faire monter les marchés.  Jeudi, la veille de l’assermentation de Donald Trump, les investisseurs vendaient pour prendre leurs profits ou encore pour se protéger contre d’éventuels soubresauts des marchés et la bourse américaine tombait (une 5e journée d’affilée), au Canada, le CN et le CP montaient passablement et on avait un petit gain.  Vendredi, on réalisait que l’assermentation de Trump ne signifiait pas nécessairement la fin du monde financier et les marchés reprenaient du tonus pour terminer à la hausse.

 

  Valeur au 20 Janvier Variation de la semaine Variation  de la semaine %
Bourse de Toronto 15 548 +51 +0.33%
Dow Jones 19 827 -59 -0.30%
Pétrole ($US/baril) 53.22 +0.85 +1.62%
Or 1 210.33 +12.99 +1.08%
Can$/US$ 75.08 -1.17 -1.53%

Source : Bloomberg

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

Bourse canadienne Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse
     
Bourse américaine Perspectives à court terme En hausse
  Croissance des profits En hausse

Source : Vector Vest

 

 

Ce que nous réserve la semaine du 23 au 27 janvier, 2017

 

Les ventes de gros canadiennes sont publiées lundi.  Par la suite, le produit intérieur brut américain est publié vendredi, de même que les commandes de biens durables, de nos voisins du sud.

 

Du côté des résultats corporatifs, la saison des résultats du quatrième trimestre bat son plein.  Voici quelques corporations qui publient leurs résultats :

 

Lundi : McDonald’s

Mardi : Les Chemins de fer Canadien National, Johnson & Johnson, Métro, Verizon

Mercredi : AT&T, eBay, Novartis

Jeudi : Caterpillar, Comcast, Intel, Microsoft, Tembec

Vendredi : Chevron

 

Sur notre radar cette semaine

 

Cette semaine, contrairement à nos habitudes, nous vous présentons une compagnie du secteur des petites capitalisations, soit une compagnie de moindre envergure que les grandes corporations dont nous avons l’habitude de vous présenter.  Cette compagnie s’appelle New-Flyer Industries.  New Flyer (NFI) est une compagnie canadienne qui a des activités en Amérique du Nord.  C’est un fabricant d’autobus et un fournisseur de pièces dans le même domaine, offrant une vaste gamme de modèles pouvant s’adapter aux différents types de transports.  Par exemple NFI offrira de petits autobus adaptés aux transports de courtes distances alors qu’ils peuvent aussi offrir de plus grands autobus conventionnels.  Leurs autobus sont renommés pour être légers, économiques et très respectueux de l’environnement.  NFI produit également des modèles entièrement électriques qui contribuent à leur avantage compétitif qui est de produire des modèles légers et économes en carburant.  Dans un contexte où on met l’emphase sur l’environnement et aussi sur l’investissement en infrastructures, NFI se veut tout indiqué.  La compagnie est en croissance, leur carnet de commandes est en hausse de 22% et la compagnie prévoit augmenter ses ventes de 40% au cours de la prochaine année (source Vectorvest).  Le titre se transige présentement à approximativement 40$ et la moyenne des analystes sondés par Thompson Reuters lui donne une cible de 50$ sur un an. De plus la compagnie paie un dividende de 2,4%.  N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.

Revue boursière de la semaine terminée le 13 janvier, 2017

L’effet Trump

En cette semaine de l’investiture de Donald Trump il est plus que temps de parler des vraies affaires. Quel sera l’effet Trump sur les marchés boursiers en 2017.

Pour répondre à cette question, il faut savoir qui de Ivanka ou de Melania aura le plus d’influence sur la mode féminine cette année.

On dit depuis longtemps que plus la jupe se porte courte, plus la bourse monte et à l’inverse plus l’ourlet est long, plus la bourse connaît des périodes de baisse. L’indice de l’ourlet a été publié pour la première fois en 1926 par l’économiste Georges Taylor. Bien qu’il n’y ait aucune corrélation, il est amusant de constater que ça semble fonctionner. Dans les années folles (années 20) et les années 1960 la jupe se portait courte et la bourse montait en flèche. Dans les années 1930, c’était la dépression et les jupes touchaient par terre…

Le 8 novembre dernier Ivanka Trump portait une robe courte nous laissant croire à des jours meilleurs alors que Melania en portait une longue qui pourrait laisser croire le contraire. Les Trump semblent nous dire que ça pourrait aller d’un bord comme de l’autre comme plusieurs analystes s’attendent à de la volatilité en 2017!


Revue de la semaine terminée le 13 janvier, 2017

Faute de grandes nouvelles économiques, les marchés variaient en fonction du baril de pétrole en ce début de semaine. Ainsi la bourse américaine tombait lundi et mardi de concert avec la chute du baril de pétrole. Au Canada, on voyait une baisse lundi, mais mardi, l’augmentation du prix des matériaux compensait pour la baisse du pétrole et ma bourse terminait la journée avec un petit gain. Mercredi, un rebond du secteur pétrolier faisait monter les marchés. Jeudi on sentait une déception face au discours de Donald Trump prononcé la veille, lequel semblait mettre des doutes dans l’esprit des investisseurs sur ses politiques et sur la capacité des réaliser. Vendredi, de bons résultats des banques américaines faisaient contrepoids à des ventes au détail décevantes. La bourse américaine terminait la journée pratiquement inchangée, alors qu’au Canada, les banques faisaient monter la bourse, car elles ont un poids plus important sur l’indice boursier canadien.

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :


Ce que nous réserve la semaine du 16 au 20 janvier, 2017

Notons que lundi, la bourse américaine est fermée en raison du jour de Martin Luther King. Mercredi, la Banque du Canada fera une mise à jour sur sa politique monétaire, laquelle inclue les taux d’intérêt. Aux États-Unis, l’indice des prix à la consommation sera émis. Jeudi, les ventes du secteur manufacturier canadien seront émises, de même que les mises en chantier américaines. Vendredi, l’indice des prix à la consommation canadiens sera publié.

Du côté des résultats corporatifs, on débute la publication des résultats du quatrième trimestre. Voici quelques corporations qui publient leurs résultats :

Mardi : Les chemins de fer CSX, Morgan Stanley et United Health

Mercredi : Les chemins de fer Canadien Pacific, Citigroup, Goldman Sachs

Jeudi : Skyworks

Vendredi : General Electric

Sur notre radar cette semaine

La compagnie Equifax retient notre attention cette semaine. Basée à Atlanta, membre du S&P500 (parmi les 500 plus grandes compagnies au monde) Equifax emploie plus de 9,000 employés et analyse les données de plus de 800 millions de consommateurs et plus de 88 millions d’entreprises. La demande pour les solutions de crédit d’Equifax est en croissance constante de sorte que la compagnie prévoit augmenter ses ventes de 20% et ses profits de l’ordre de 15% (source Vectorvest). Une compagnie qui augmente ses profits se verra toujours récompensée au niveau boursier. Le titre se transige présentement à 120$ et la moyenne des analystes sondés par Thompson Reuters lui donne une cible de 134$ sur un an. N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.

Revue boursière de la semaine terminée le 6 janvier 2017

Un autre Noël magique en bourse!

Nous profitons de cette première chronique boursière de l’année 2017 pour vous souhaiter nos meilleurs voeux de santé et de prospérité pour la nouvelle année!

Le portefeuille d’action Phoenix prudent et opportuniste a fini l’année 2016 en beauté et très bien commencé l’année 2017 grâce à l’opportunité du rallye de Noël. Le 15 décembre dernier, le fonds a vendu toutes ses bonnes actions de compagnies rentables, en croissance et à prix raisonnables pour acheter les 10 titres qui avaient baissé le plus en 2016 sur le TSX et les 10 titres qui avaient fait de même sur le S&P500.

Au Canada cette stratégie a rapporté 4.57% au cours des 3 dernières semaines pendant que le TSX ne progressait que de 1,36%

Source: Gestion privée Phoenix

La stratégie a été encore plus spectaculaire aux États-Unis avec un rendement de 7.30% en 3 semaines alors que le S&P500 n’a progressé que de 0.66%!

Source: Gestion privée Phoenix

Cette stratégie aura donc été profitable 12 fois sur 13 au cours des 13 dernières années au Canada et 17 fois sur 21 aux USA comme le démontrent les tableaux suivants:

Source: Gestion privée Phoenix

Source: Gestion privée Phoenix

Revue de la semaine terminée le 6 janvier, 2017

Les marchés débutaient l’année en continuant sur la lancée du rallye de Donald Trump mené par le secteur des télécommunications et des titres technologiques. Mercredi, les marchés montaient encore, en dépit du fait que les minutes de la Réserve fédérale américaine indiquaient que l’arrivée de Donald Trump pourrait signifier une croissance économique plus rapide et par conséquent les taux d’intérêt pourraient monter à un rythme plus rapide que par le passé récent. Jeudi, les titres du secteur du commerce au détail faisaient tomber la bourse américaine alors qu’au Canada, le secteur des matières premières entrainait la bourse en hausse. Vendredi, le rapport sur l’emploi américain indiquait que les salaires augmentaient à un rythme soutenu ce qui faisait monter les marchés, alors qu’au Canada, les titres aurifères faisaient tomber la bourse.

 

Perspectives techniques et quantitatives des marchés :

 

Ce que nous réserve la semaine du 9 au 13 janvier 2017

Ce sera plutôt tranquille du côté des nouvelles économiques cette semaine. Mardi on aura droit à la publication des mises en chantier canadiennes et le rapport sur les emplois disponibles aux États-Unis est publié. Vendredi, les ventes au détail américaines sont émises.

Du côté des corporations on note que Cogeco publie ses résultats mercredi, Delta Air Line publie les siens jeudi et les grandes banques américaines Bank of America, JPMogan Chase ainsi que Wells Fargo publient les leurs vendredi.

Sur notre radar cette semaine

Cette semaine nous vous présentons Uni Select, une compagnie québécoise basée à Boucherville. Uni Select est un leader nord-américain dans la distribution des pièces d’auto et des outils reliés au domaine automobile. La compagnie emploie plus de 3000 personnes et opère plus de 255 magasins corporatifs. Ses ventes sont de l’ordre de 1,5 milliard de dollars. La compagnie prévoit accroitre ses profits de 18% l’an prochain (source : vectorvest) et cette croissance provient des magasins existants, d’acquisitions ciblées dans ses secteurs stratégiques et on voit un accroissement des marges de profits, notamment dans la division FinnishMaster. L’action d’Uni Select se transige aux environs de 30$, Jonathan Lamers de BMO marché des capitaux lui donne une cible de 35$, de plus Uni Select verse un dividende de 1,13%. N’hésitez pas à nous contacter afin de valider si cet investissement peut vous convenir et le niveau de risque impliqué.